Share
Western Digital propose des disques durs optimisés pour les NAS : est-ce vraiment pertinent ?

Western Digital propose des disques durs optimisés pour les NAS : est-ce vraiment pertinent ?

Ceci est un article sponsorisé en association avec Western Digital.

Quand le fabricant de disques durs Western Digital m’a proposé de tester sa gamme de disques RED, conçus spécialement pour les NAS, j’ai tout d’abord été sceptique : ces disques durs ne sont-ils qu’une appellation marketing différente ou proposent-ils véritablement une différence par rapport à un disque dur normal ?

Si vous avez un NAS (de l’anglais Network Attached Storage, ou serveur de stockage en réseau pour ceux qui ne sont pas familiers avec le terme), vous pensez peut-être qu’il suffit d’y installer des disques durs de n’importe quel type pour pouvoir profiter de votre espace de stockage partagé sur votre réseau. Dans le fond ce n’est pas faux : votre NAS devrait fonctionner sans problème même avec des disques durs qui ne sont pas spécialement conçus pour cet usage. Mais sur du long terme, c’est une autre paire de manches, et c’est là que les disques durs RED se démarquent des disques durs classiques :

  • Premièrement, ils sont spécialement conçus pour tourner 24h/24, 7j/7, avec un temps de fonctionnement moyen avant panne de 1 million d’heures. Ils chauffent moins qu’un disque dur classique (meilleure durée de vie de vos disques durs et de votre NAS) et sont aussi plus silencieux en fonctionnement. Et ils sont garantis 3 ans au lieu de 2 pour un disque dur classique. Rien que pour ça, ça vaut déjà le coup de mettre quelques deniers de plus pour utiliser des disques durs RED pour votre NAS.

  • Deuxièmement, les disques durs RED sont conçus au niveau de leur firmware pour une utilisation bien spécifique des NAS : l’utilisation du RAID. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cette technologie, en gros le RAID permet d’utiliser plusieurs disques durs simultanément pour accroître la sécurité de vos données en cas de panne, ou bien les performances en lecture/écriture de vos données. Pour faire cela, les disques durs doivent fonctionner parfaitement, sous peine de provoquer des erreurs de lecture pouvant faire croire au NAS que votre disque est endommagé, et du coup vous obliger à refaire régulièrement votre RAID, voire vous laisser en plan lorsque vous rencontrerez une véritable panne… Avant l’apparition de la gamme RED chez Western Digital, il n’y avait finalement que les disques durs réservés à un usage professionnel qui pouvaient proposer ce genre de fiabilité, moyennement un prix bien plus élevé. Là au moins, vous avez la fiabilité de fonctionnement sans le surcoût prohibitif !

La gamme RED de Western Digital est donc véritablement adaptée pour un usage avec un NAS. L’utilisation de disques qui ne sont pas optimisés pour cet usage risque au final de vous coûter une grave perte de données, quand bien même vous auriez pris la peine d’utiliser un RAID 1 ou 5 pour accroître la sécurité de vos informations… Il ne s’agit pas ici d’un coup marketing, mais bel et bien d’un produit spécialement conçu pour être utilisé dans un NAS. Indispensable donc si vous comptez vous mettre au stockage en réseau, d’autant plus que Western Digital propose des disques RED allant jusqu’à 8 To de capacité de stockage, ce qui ferait un joli maximum de 64 To dans un NAS à 8 baies ! De quoi stocker pas mal de fichiers vidéo en 4K non ? 😉

17 Commentaires sur cet article

  1. Emmanuel Bouillon

    Ca ressemble a un article sponsorisé Ô_o

    Répondre
  2. Zulgrib

    C’est moche de couler la mention sponsorisé entre une image et un bloc en gras, ça attire l’attention ailleurs.

    Répondre
  3. lecameleon99

    A part vanter ce que WD nous dit déjà, ce post est un peu inutile (désolé d’être aussi direct…)
    Avec le titre, je m’attendais a du test, du concret!
    Mais non, juste une explication que les disques Raid sont mieux que les autres, car ils sont mieux…
    Rien ne prouve que ces disques sont plus fiables sur du long terme qu’un autre disque (un green ou un blue)
    Ce n’est pas parce qu’il est garantie 3 ans qu’il est forcément plus fiable.

    Il y a peu, un collègue a perdu un disque spécial NAS (d’un autre constructeur) pour remplacer un disque mort il y a un peu plus de 3 ans dans un Raid1. Celui ci est HS, mais l’autre disque du Raid, qui a maintenant plus de 5 ans est toujours OK…

    Bref, sans test réel, je reste un peu convaincu que ces labels sont marketing plus que autre chose. Un ou deux paramètre niveau BIOS pour effectivement tuner le disque en mode NAS/Raid. Un prix plus gros pour combler le fait qu’il est garantie 3 ans et que donc il en changerons plus que ceux garantie 2 ans…

    Désolé pour ce commentaire négatif, c’est rare de ma part, mais ce post est plus un présentation des disques qu’un test comme le laisse entendre le titre.

    Répondre
  4. Arrindos

    …. avec un temps de fonctionnement moyen avant panne de 1 million d’heures.
    Question con : Ils ont fait comment pour tester ? (ceci n’est pas un troll )

    Répondre
  5. Je ne remets en cause l’honnêteté de l’auteur, j’ai bien vu la mention sponsorisé pa WD)…
    Mais du coup, ça plombe un peu la légitimité de l’article…J’ai l’impression de lire la pub WD et du coup je ne le lis pas comme l’avis d’une personne éclairée,
    Au final, ça n’apporte rien.
    Après, si ça vous rapporte un peu de thune pour bouffer, je peux le comprendre aussi.

    Répondre
  6. Yohann

    Comme d’autres, je m’attendais plus à un réel test.

    Lorsque tu dis que tu as été sceptique au début
    1) soit tu as pu utiliser les disques afin d’avoir un avis, et il aurait été intéressant d’en parler.
    2) soit tu n’as pas pus les tester et donc je suis encore plus sceptique que toi au début : est-ce qu’ils n’auraient pas évités de te les faires tester car tu te serais justement rendu compte que c’était complètement du bullshit.

    Il y a aussi un autre point qui me rend très sceptique.
    Pendant la moitié de l’article tu parles d’une utilisation en RAID, pour finir par dire qu’avec 8 disques de 8To dans un NAS l’utilisateur aura 64To… comme si c’était 64To de stockage utilisable. Dans la réalité avec 8 disques de 8To, l’utilisateur aura entre 8To et 56To utilisable selon le RAID qu’il utilisera. Et un NAS sans utiliser de RAID pour vraiment avec 64To… je doute que beaucoup de monde dépense près de 4000€ pour se faire un NAS de cette taille sans y aller avec un RAID.

    Pour se donner un avis, mieux vieux aller voir des tests comparatifs sur d’autres blogs/sites.

    Répondre
  7. Ça reste quand même une opération marketing (les disques RED j’entends) : ce qui change par rapport aux autres disques c’est le firmware. C’est purement logiciel. Rien n’empêcherait de faire pareil sur un Blue, Black ou autre modèle. Enfin c’est mon avis personnel. Je ne dis pas non plus que ces disques sont mauvais, je prendrais probablement un RED pour remplacer le disque de mon NAS.

    Répondre
  8. Et dans l’autre sens… qu’on de moins les disques WD Red face au Black ?

    Répondre
  9. pffff j’en possède 4 (2×2 raid 1) et j’en es 2 qui m’ont lâché en 2 jours d’affiler, perte total de mes données (photo, film, jeux) et j’avais déjà eu une panne il y a 6 mois.
    je les utilise pas en nas, mais en stockage, donc fonctionne que lorsqu’on les interroge, (réglage de l’arrêt des disque apres 10 min d’inactivité) apres maintes recherche, il s’agit d’un bug, le pc les voit plus, j’ai réussi à recup mes données la premier fois en débranchant à chaud un disque du deuxieme raid et remplacer par un de ceux qui répondait plus, et ça a fonctionné, mais la dernière panne rien à faire, en les formatant il re-fonctionne mais adieu mes données…
    WD c’est de la camelote, déjà un disque externe qui à cramer au bout d’un ans, il tourne plus,

    Répondre
  10. L’article est certes sponsorisé mais il n’est pas inexact pour autant.
    Un point supplémentaire qui est important lors de l’utilisation de disque en baie est la gestion de la vibration. Les disques RED ont généralement un dispositif « anti-vibration » qui ménage la mécanique. Il a été constaté que les disques utilisés dans des baies pouvaient voir leur taux de panne augmenter significativement car ils rentrent « en résonance » avec les disques voisins.
    Quelques précisions par rapport aux différentes commentaires et problèmes mentionnés:

    1/ L’utilisation d’un seul NAS n’est pas sûre. Depuis mon premier crash de NAS (RAID 5, mais le second disque a lâché pendant la reconstruction du disque remplaçant le premier disque défectueux), je n’utilise les NAS que par paire. Un NAS « opérationnel » pour les sauvegardes et les stockage « gros volume », le second NAS sert à la sauvegarde du premier NAS. Le second NAS n’est pas en service permanent et n’est pas monté en permanence ce qui limite les risques en cas d’infection pas un malware.

    2/ Quelque soit les disques et les fabricants, il y a toujours un risque de rencontrer un modèle de disque « à problème ». A ce sujet, il ne faut pas hésiter à aller voir les rapports publiés sur le blog de Backblaze: https://www.backblaze.com/blog/hard-drive-failure-rates-q2-2016/

    3/ L’erreur de mode commun (common mode failure) dans les configurations RAID réside dans le fait que l’on utilise des disques identiques avec le même nombre d’heures de fonctionnement (les disques neufs sont mis en route ensemble) ; cependant la probabilité que le même type de panne se produise après le même laps de temps d’utilisation est loin d’être négligeable. Après 30 ans dans l’industrie, j’ai déjà rencontré plusieurs fois ce cas de figure : plusieurs disques du même lot lâchent en quelques jours après 18, 24 ou 30 mois d’exploitation. Dans le pire des cas, plusieurs disques d’une même grappe RAID tombent en panne en quelques heures (avant la fin des activités de reconstruction).

    4/ La taille actuelle des disques – plusieurs TB – causent des temps de reconstruction relativement longs – > 24 heures – et fatigant pour les disques survivants ; d’où une augmentation du risque de pannes quasi simultanées.

    5/ Les disques NAS ou « serveurs » ne sont pas conçus pour des arrêts (et redémarrages) fréquents. C’est une très mauvaise idée d’aller arrêter les disques trop souvent (par exemple après 10 minutes d’inactivité). En outre, le PC (probablement Windows) s’impatiente lorsqu’il veut accéder à un disque supposé être opérationnel mais qui doit redémarrer et se resynchroniser avec les autres disques de la grappe RAID (cela peut prendre entre 15 et 30 secondes). Ce n’est pas un « bug » des disques, cela est seulement dû à une utilisation inadaptée des disques.

    6/ Dans le cas de l’exploitation de 8 disques de 8 TB, j’en ferais au moins 2 grappes RAID 5 ou une grappe RAID 6 avec un disque de remplacement en hot-spare. Cela donne donc:
    2x RAID 5 à 4 disques de 8 TB : 2x 24 TB soit 48 TB effectifs
    1x RAID 6 avec 7 disques de 8 TB (plus 1 en hot-spare) : 40 TB effectifs.
    Personnellement, la seconde configuration a ma préférence, sans oublier le NAS de sauvegarde du NAS opérationnel.

    Répondre
  11. Utiliser un NAS suppose que l’on monitore l’équipement et les disques qui le composent.
    Il est plus que judicieux d’aller voire régulièrement l’état des informations SMART des disques ainsi que les fichiers de log ; l’idéal étant de monitorer le(s) NAS via SNMP.
    Dernier conseil !
    Lorsqu’il s’agit de données, il faut TOUJOURS être PARANO (et on ne l’est jamais suffisamment).

    Répondre

Laisser un commentaire