Share
La DARPA travaille sur un hélicoptère capable d’adapter en temps réel son train d’atterrissage

La DARPA travaille sur un hélicoptère capable d’adapter en temps réel son train d’atterrissage

Les hélicoptères sont des appareils volants adaptés pour de nombreux usages : transports de personne ou de fret, lutte contre les incendies, secourisme, usages militaires… Bien que pouvant très facilement décoller, ces machines volantes ont aussi besoin d’un terrain d’atterrissage suffisamment stable et d’une surface plane pour espérer pouvoir se poser. Il n’est ainsi pas possible de faire atterrir un hélico sur un bateau soumis à de rudes conditions climatiques, ce qui peut s’avérer très problématique pour des missions de sauvetage ou de surveillance en mer.

Un casse-tête que tente de résoudre la DARPA avec ses premiers modèles réduits d’hélicoptères équipés de « jambes » robotiques s’adaptant en temps réel au terrain mouvant se trouvant sous l’appareil.

Pour que vous puissiez bien comprendre le genre de problème qui se pose à un pilote d’hélicoptère durant une mission en mer, voici la vidéo d’un appontage très mouvementé :

Un appareil capable d’adapter par lui-même son train d’atterrissage en temps réel suivant l’inclinaison du terrain ou les potentiels obstacles rencontrés pourrait donc bien représenter un véritable progrès dans le monde des hélicoptères !

Le concept imaginé par la DARPA, mis en image
Le concept imaginé par la DARPA, mis en image

Un peu comme un insecte se posant sur une surface, cet hélicoptère saurait placer ses « pattes » suivant les bons angles et les bonnes inclinaisons, afin de pouvoir rester le plus stable possible lors d’un atterrissage mouvementé.

Un prototype à échelle réduite a déjà été construit pour illustrer ce que souhaite réaliser l’agence américaine de recherche pour les projets innovants :

Plus besoin de roues donc pour ces hélicoptères du futur, mais de pattes robotisées capable de se replier durant le vol, afin de ne pas gêner à l’aérodynamisme de l’appareil. Des capteurs intégrés permettent de « sentir » les obstacles, et d’adapter l’orientation de l’appareil en conséquence, afin que l’atterrissage soit le plus stable possible.

La DARPA annonce même que ce genre de système peut être directement intégré sur des hélicoptères déjà assemblés. Ils en attendent aussi un risque réduit de dommages durant l’atterrissage, avec un taux de réduction de ces incidents aux alentours de 80%. Un système d’atterrissage bientôt présent chez les drones pour qu’ils puissent eux aussi éviter d’être endommagés durant l’une des phases les plus critiques d’un vol ?

Source

Laisser un commentaire