Share
« Auteurs en danger », la campagne lancée par les éditeurs français pour conserver leurs intérêts

« Auteurs en danger », la campagne lancée par les éditeurs français pour conserver leurs intérêts

Les acteurs du monde du Livre sentent bien que le vent est en train de tourner, que le droit d’auteur va certainement profondément évoluer à cause (ou grâce, c’est selon le point de vue) des nouveaux usages culturels (partage, modification, etc…) lancés par Internet. Le prêt de livres devient même une activité suspecte en France. Mais pour s’adapter à ce monde nouveau, chez les éditeurs de livres français, on n’est pas à une contradiction près !

Ces derniers viennent en effet de lancer une campagne de communication (certains diront même de propagande) afin que la réforme du droit d’auteur au niveau européen et le projet de loi français sur le numérique conservent bien les petites lignes qui protègent les intérêts de ces grandes maisons d’édition. Une campagne dont les valeurs défendues ne correspondent pas aux choix qui ont été pris pour la création du site Web de cet événement !

Sont donc des voleurs : les utilisateurs de Linux et de logiciels libres, n'importe quel spectateur d'une création sous licence libre ou publique, etc...
Sont donc des voleurs : les utilisateurs de Linux et de logiciels libres, n’importe quel spectateur d’une création sous licence libre ou publique, les bénéficiaires d’un don de livre, les prêteurs et emprunteurs de bouquins, etc…

Les arguments contre la création de contenus gratuits sont ainsi résumés dans un livret disponible… gratuitement. On sent déjà que la campagne de communication des « Auteurs en danger » commence bien.

Si l’on se penche un peu plus sur le site Web utilisé par nos chers éditeurs, on s’aperçoit qu’ils utilisent un serveur Apache pour le faire tourner. Un logiciel libre, gratuit… Mais n’est-ce pas censé être du vol d’après eux ?

L’utilisation de PHP, un langage de programmation libre, ainsi que le fait de faire tourner leur serveur sous une distribution Debian (libre et gratuite) continuent de rendre cette opération de communication aussi crédible qu’une promesse d’homme politique.

De plus, le site tourne sur un CMS libre et gratuit bien connu : WordPress…

Au-delà de ces considérations et de ces nombreuses contradictions, le fait pour les éditeurs de brandir les auteurs comme étant les victimes de futures lois qui vont potentiellement assouplir la propriété intellectuelle me fait directement penser aux campagnes de propagande orchestrées par la Hadopi et certaines majors de la musique, qui prétendaient que les artistes seraient les premiers floués par les assouplissements des usages permis par l’arrivée d’Internet dans nos foyers.

Et pourtant, les artistes, même parfois connus, ne touchent aujourd’hui que des miettes face aux bénéfices engendrées par certaines majors, qui bradent les prix des oeuvres dont elles assurent la gestion pour tirer des revenus d’autres sources indirectes. Croyez-vous vraiment que ce seront les auteurs qui seront touchés, ou bien les maisons d’édition qui profitent de rentes parfois quelque peu abusives, et ce depuis de nombreuses années ?

Source

1 commentaire sur cet article

  1. Ce ne sont que les spasmes d’une industrie qui ne sait pas évoluer avec son temps. En réagissant comme ça elle ne fera que précipiter sa mort au lieu de se soigner comme il faut en apportant des innovations qui vont dans le sens des consommateurs. Pourtant les solutions seraient simples si on se donne un peut la peine d’y réfléchir 5 minutes.

    Répondre

Laisser un commentaire