Share
Windows 10 se réserve le droit de désactiver à distance vos jeux piratés ou périphériques non autorisés

Windows 10 se réserve le droit de désactiver à distance vos jeux piratés ou périphériques non autorisés

Mon récent article sur ce que Windows 10 envoie aux serveurs de Microsoft a suscité de nombreuses réactions passionnées : de nombreuses personnes ont été véritablement outrées de l’étendue de ce qu’envoie W10 à la firme de Redmond, d’autres pensent que cela est tout simplement trop gros pour être vrai.

Pourtant, si l’on se penche sur les conditions générales d’utilisation des services de Microsoft, une petite ligne à propos des mises à jour du système nous démontre que Windows 10 se réserve le droit de désactiver à distance vos jeux piratés ou périphériques non autorisés.

Les conditions d'utilisation de Windows 10
Les conditions d’utilisation de Windows 10

Oui ce n’est pas bien de pirater des jeux ou d’utiliser des périphériques bidouillés (encore que sur ce dernier point, le débat serait bien plus houleux), mais faut-il vraiment que Windows 10 puisse se réserver le droit de désactiver à distance vos jeux piratés ou de rendre vos périphériques inutilisables si Microsoft juge que vous ne devriez pas les utiliser ?

Surtout que la définition d’un périphérique matériel non-autorisé reste bien vague : peut-il s’agir d’une manette de Xbox modifiée ? Du matériel pour PC bidouillé pourrait-il un jour rentrer dans cette catégorie ?

Les pirates de jeu en herbe feraient donc bien de se méfier de Windows 10 s’ils souhaitent continuer à jouer à des jeux piratés sur leur ordinateur. Bien sûr, ils peuvent aussi passer du côté lumineux de la Force et acheter ces jeux. C’est probablement ce qu’essaie de forcer Microsoft avec ce genre de conditions d’utilisation. Sachant que Microsoft a récemment mis en place la possibilité de streamer des jeux depuis sa console de salon Xbox One vers son PC sous Windows 10, et qu’il semble bien que l’inverse soit aussi en cours de développement, l’explosion du marché du jeu vidéo sur PC ne pourrait finalement que profiter à Microsoft, et ce même sur le marché des consoles de salon !

Source

19 Commentaires sur cet article

  1. Patos le fourbe

    Pour être exhaustif sur le sujet, il aurait été pas mal de préciser que Windows a abandonné le « pourrissime » Windows Live Games pour supporter désormais Steam, il y a donc une certaine logique à cette volonté de détecter les jeux piratés je pense, mue probablement par un deal avec tonton Gabe.

    Répondre
    • Patos le fourbe

      Juste un petit complément sur le marché du jeu PC, qui « explose » certes, mais pour le coup le lien avec Miscrosoft me semble erroné car le chiffre d’affaires du jeu video sur PC est porté par les free-to-play depuis 2013, avec une forte croissance de l’Asie. Ce type de jeu n’est pas concerné par la problème de l’illégalité ni des DRMs, et je ne suis pas sur que streamer du MOBA ou du MMO sur une console de salon et son pad limité soit très porteur. 😉

      Du coup je pense qu’au contraire, l’explosion du marché du jeu video PC ne va pas profiter plus que ça à Microsoft, il n’y a qu’à voir comme l’éditeur s’accroche à sa pépite Minecraft et ne finance plus aucune licence comme à la belle époque d’Age of Empire.

      Répondre
      • Microsoft est quand même actif… Quantum break (exclu), crackdown 3 sont des jeux en grande partie financé par MS et halo war 2 est annoncé W10, XB1

        Répondre
  2. Avec toutes les promos Steam, dur de justifier le piratage.
    Après, le coup de désactiver à distance, c’est le cas sous Android, Kindle (Amazon), iOS, etc. donc rien de neuf.
    Si tu es un pirate, tu sais pirater sans ce genre de soucis.
    Sinon tu « mérites » de te faire prendre 😉

    Répondre
    • Antidrm

      Euh c’est justement pour éviter les DRM comme Steamworks que certaines personnes piratent… et c’est totalement justifié vu la malhonnêteté de leurs SSA. Un joueur qui achète son jeu en magasin ne devrait pas être forcé d’aller abandonner ses droits sur ce genre de plate-forme.
      Il ne faut pas confondre les pirates qui cherchent à ne pas payer (condamnable), et ceux qui le font en réaction à un irrespect de la part des ayants droit (irrespect souvent à la limite de la légalité d’ailleurs).

      Répondre
      • +1 Antidrm

        Par exemple, tous mes jeux sont achetés (en physique ou sur Steam principalement), mais je finis presque toujours par utiliser un crack (no-cd, no-check-serveur-en-ligne-qui-est-down-3/4-du-temps…) simplement pour pouvoir jouer de façon tranquille (je traîne pas mon DVD de jeu avec moi simplement pour lancer le jeu, et j’ai pas toujours une connexion internet quand je suis en déplacement).

        Et surtout, c’est pas vraiment à Microsoft de vérifier ce que j’installe sur mon ordi. Je veux un OS, pas un DRM.

        Répondre
      • Oh et j’oubliais : ouais, je comprends l’action de vouloir pirater un jeu, vu comment les industriels nous prennent pour des voleurs.
        Et tant qu’à faire, si la version craquée d’un jeu pose moins de problèmes qu’un jeu acheté, je vois pas pourquoi je prendrais le jeu légalement (hors considération du facteur « prix », je parle).

        Répondre
      • Et surtout que ce foutoir de DRM empêche d’autres OS de faire tourner des jeux sur Linux (avec wine) s’ils ne sont pas dispo via Steam. La critique du piratage est un peu facile, certes la plupart le fait pour des raison pécunières, mais c’est aussi selon moi un acte de révolte contre pas mal de problématiques comme celles cités par Antidrm. Bref, dans tous les cas, le fait que MS face la police elle même « au nom de la justice pour les éditeurs » me laisse assez perplexe, et sachant que Gilles est un Linuxien… ça me suprend d’autant plus de l’entendre dire ça 🙂

        Répondre
        • Ca c’est l’argument facile : « mon jeu ne tourne pas sur mon SE qui représente 0.5 % du marché ».
          Faut pas pousser mémé dansl les orties…

          Répondre
      • Ha désolé je pensais à des jeux démat.
        Y’a encore des couillons pour acheter du physique ?
        Avec les soldes sur Steam j’ai acheté moins cher qu’en magasin, j’ai acheté des jeux inexistants en physique aussi.
        Et sinon ok je veux bien voir le piratage de jeux en multijoueur 😀

        Répondre
    • Deux ou trois fois j’ai été obligé de cracker des jeux qui ne reconnaissaient plus leur cd d’origine :/

      Maintenant tout mes jeux sont en démat’ sur steam :p

      Répondre
      • Et t’es obligé d’installer leur saleté de logiciel.
        J’ai acheté une fois un jeu dessus, ça m’a gaver de devoir utiliser leur truc : ça bouffe de la mémoire pour rien, tu te sens fliqué, ça n’apporte rien du tout, il faut s’enregistrer… => Poubelle

        Répondre
  3. Je suis d ‘ accord , mais à ce niveau d ‘ intrusion , je préfère resté poli

    Répondre
  4. Il faut voir aussi ce qu’ils appellent un jeu piraté. Pour moi un jeu cracker pour pouvoir continuer à l’utiliser alors que le serveur a été fermé n’est pas un jeu piraté, pourtant je crains que Microsoft ne s’amuse à le désactiver aussi. ça serait tout bénèf pour l’industrie du jeux ça.

    Répondre
  5. Cette histoire ( Fake ) à enflammé le web 🙂 seule quelques site sérieux ont cherché réellement à savoir si c’est vrai

    Répondre
    • Fake ? Je tire le texte du site de Microsoft, dont je cite la source et dont j’ai effectué une capture d’écran. Merci de vérifier justement tes dires avant de m’accuser de menteur.

      Répondre
      • Kolchack

        Comme indiqué dans le document, cela ne s’applique qu’aux applications et périphériques (« services ») fournis par Microsoft, pas aux applications ou périphériques tiers.

        Répondre
  6. Zulgrib

    Pour acheter des jeux au lieu de les pirater, il faudrait déjà qu’ils soient vendus sans DRM :
    Steam se réserve le droit d’installer et remplacer des logiciels sans nous demander notre avis dans les conditions d’utilisations, ils peuvent donc remplacer ma solution de sécurité par un logiciel publicitaire si ça leurs chante, pas trop pour moi. (S’ils voulaient juste pouvoir mettre à jours les jeux présents sur la plateforme steam, ils auraient pu indiquer qu’ils se réservent le droit d’installer et remplacer des jeux-vidéos de la plateforme steam … )

    Répondre

Leave a Reply Annuler la réponse