Share
Les données piratées du site Ashley Madison laissent à penser que le site était une arnaque

Les données piratées du site Ashley Madison laissent à penser que le site était une arnaque

Ashley Madison est un site qui promettait aux personnes en couple de trouver un partenaire intéressé par une relation extraconjugale. Un concept jugé infect par de nombreuses personnes, choquées de voir un site de rencontre promouvoir le mensonge et la malhonnêteté au sein des couples. Un groupe de pirates a récemment piraté le site et mis en ligne des millions d’informations sur les utilisateurs de ce « service ».

Des informations qui semblent nous montrer, au-delà de toute considération morale, qu’une grande majorité des profils féminins présents sur Ashley Madison n’étaient que des appâts pour faire payer plus les utilisateurs masculins du site.

Une grande enquête d’analyse des données mise en ligne publiquement par les hackers responsables du piratage d’Ashley Madison a été effectuée par le site Gizmodo (la version US hein, pas la bouse Made in France). On y apprend ainsi pas mal de choses à propos des profils qui figuraient sur ce site de rencontre pas comme les autres :

31 millions d’hommes étaient inscrits au service, contre 5.5 millions de profils féminins créés

1403242054515326382

On peut déjà rapidement constater que l’on est loin ici de respecter la parité des sexes ! Le nombre de profils masculins étaient bien plus élevés que celui des profils féminins créés sur le site.

De nombreux profils féminins sont des faux

On pouvait déjà le savoir avec un ancien procès qui avait eu lieu il y a de ça quelques années, opposant une employée d’Ashley Madison qui attaquait son ancien employeur pour des motifs de harcèlement moral, après avoir été recrutée pour créer 1000 faux profils de femmes en moins de 3 mois. Des profils rédigés en portugais, afin d’attirer une audience brésilienne sur le site.

D’autres preuves corroborent le fait que de nombreux faux profils féminins ont été créés par Ashley Madison : des dizaines de milliers de profils utilisent une adresse de contact @ashleymadison.com, avec des alias visiblement créés par un bot : 100@ashleymadison.com, 200@ashleymadison.com, 300@ashleymadison.com, etc… Des adresses normalement utilisées seulement pour un usage interne en entreprise.

Si l’on se penche maintenant sur les adresses IP utilisées pour se connecter au compte, il apparaît que de nombreux profils féminins utilisent l’adresse « 127.0.0.1 », soit l’adresse IP locale, celle qui ne peut être utilisée que dans les locaux d’Ashley Madison !

Nombre de profils utilisant une adresse IP 127.0.0.1, classé par genre
Nombre de profils utilisant une adresse IP 127.0.0.1, classé par genre

Alors que 85% des profils enregistrés sur Ashley Madison sont masculins, il est intéressant de noter que 82% des profils actifs enregistrés via une adresse IP locale sont féminins. Il s’agit visiblement de faux comptes créés en interne par l’entreprise afin d’appâter ses clients masculins.

Les femmes ne consultaient pas leurs messages

Autre preuve éclatante de l’évidence de l’utilisation de faux profils féminins : les profils féminins ne consultaient ni leurs messages, ni n’utilisaient le système de chat !

1403242054690450350
Le nombre de personnes qui ont consulté leurs messages
Le nombre de personnes qui ont utilisé le système de chat d'Ashley Madison
Le nombre de personnes qui ont utilisé le système de chat d’Ashley Madison

Des dizaines de millions d’hommes, contre à peine 2400 femmes à tout casser : voilà l’activité réelle qui avait lieu sur le site.

Ashley Madison était donc un site où de nombreux faux profils féminins avaient été créés en interne, et où des millions d’hommes envoyaient des messages, des chats et dépensaient de l’argent sur une plateforme où les femmes n’étaient pas du tout présentes. De quoi générer des millions d’euros de bénéfices en jouant sur la misère sexuelle de certains hommes malheureux en couple…

Plus près de nous, il est à noter que le très français AdopteUnMec recueille de nombreuses accusations d’héberger de faux profils féminins en son sein (cf. les commentaires des utilisateurs à propos de l’application sur le Play Store par exemple), afin d’inciter les utilisateurs masculins à basculer vers la version payante du site. Comme je l’avais déjà écrit précédemment, j’espère que cette entreprise saura tirer les leçons du piratage du site de rencontre américain plutôt que de possiblement en reproduire ses erreurs…

Source

5 Commentaires sur cet article

  1. Il faut peux être allez au delà des / faux profils , mais un vrai  » moralisation  » de ce type de site serais bien …

    Répondre
  2. « On peut déjà rapidement constatés »
    constater

    Merci pour ton travail c’est un plaisir de te lire

    Répondre
  3. vchalmel

    Il ne faut pas se contenter des images reprises partout non plus. Je cite l’article original sur Gizmodo :
    « It’s worth noting that those 12,108 women’s accounts may represent THE ONLY TRUE NUMBER we’ve got for women who used the site. After all, paying to delete an account is a sure sign of activity, though of course it’s evidence of disengagement rather than the amorous engagement that Ashley Madison promised. »

    Ce qui implique au moins 12108 à (plus l’autre signe d’activité ~ certain, le chat) 15000 véritables femmes en base, ce qui implique un taux d’actifs d’un peu moins d’1/3 chez les hommes (35millions d’inscrits /11millions d’actifs) comme chez les femmes
    Ta conclusion « DES dizaines de millions d’hommes, contre à peine 2400 femmes à tout casser : voilà l’activité réelle qui avait lieu sur le site. » est donc fausse, c’est soit « une dizaine de millions d’hommes contre 2400 femmes » soit « des dizaines de millions d’hommes contre à peine 15000 femmes (grosse moto) »
    Pas que la différence soit bien grande non plus ^^

    Répondre
  4. Excellent article
    D’un côté on force les femmes à se prostituer pour vivre; de l’autre on force les hommes dans la misère sexuelle à se séparer de leur portefeuille pour rien.
    Et c’est toujours les même qui vivent sur le dos des miséreux.

    Répondre
  5. Ca fait des lustres que tous les systemes de Chat dont la publicite est faite aux heures de grandes ecoutes TV, plus maintenant ce genre de services, font partie des missions de sous traitance des centres d’appels du Maghreb, J’en ai personnellement fait l’experience las bas. C’est plus que juteux vu les « obligations de resultats » absentes de l’equation.

    Répondre

Laisser un commentaire