Share
La messagerie sécurisée CaliOpen quitte la France à cause de la Loi Renseignement

La messagerie sécurisée CaliOpen quitte la France à cause de la Loi Renseignement

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que la validation par le conseil constitutionnel de la tant décriée Loi Renseignement ne provoque des premiers départs de la France, devenue véritablement un des pays ennemis du respect de la vie privée.

C’est ainsi le projet CaliOpen, qui est une solution de messagerie sécurisée dont ses développeurs ne peuvent plus garantir une sécurité suffisante dans l’Hexagone avec le passage de la Loi Renseignement, qui choisit de trouver un nouvel état hôte pour échapper à la surveillance généralisée orchestrée par le gouvernement français.

L'interface de CaliOpen
L’interface de CaliOpen

CaliOpen a pour but de proposer une interface unique et sécurisée pour accéder à vos messages (emails et même SMS). Chacun de ces messages reçoit un niveau de confidentialité en fonction du compte utilisé, de sa provenance, de son expéditeur, etc… CaliOpen sera alors capable, selon le terminal que vous utiliserez ou la connexion Internet par laquelle vous passerez, d’estimer le niveau de confidentialité de votre accès et ne vous laissera accéder qu’aux messages ayant un taux de confidentialité faible lorsque les risques d’interception sont élevés, et vice versa.

Ce projet français est né suite aux révélations d’Edward Snowden à propos de l’espionnage étendu de la NSA. L’idée de CaliOpen existait déjà, mais le monde n’avait pas encore perçu l’intérêt d’avoir une interface sécurisée pour accéder à ses messageries. Après ce que l’on pourrait appeler le Prism-Gate, de nombreuses personnes ont exprimé leur intérêt pour ce genre de solution, afin que leur vie privée reste privée.

Les récents et tragiques événements de ce début d’année qui ont conduit au passage en force de la Loi Renseignement change la donne pour l’équipe derrière CaliOpen, qui ne peut plus garantir la sécurisation des données de ses utilisateurs avec la mise en place d’un texte de loi prônant une surveillance étendue et invasive d’Internet.

Quel que soit l’avenir du texte après son passage devant le Conseil Constitutionnel, il nous semble impossible de garantir aux futurs utilisateurs une réelle confidentialité de leurs données si Caliopen devait dépendre, de près ou de loin, d’un pays dont les représentants ont voté l’installation de « boites noires » chez les opérateurs et hébergeurs.

Le futur pays hôte n’a pas encore été définitivement arrêté, mais les créateurs de CaliOpen envisagent déjà de créer une structure juridique basée au Luxembourg pour garantir la non-ingérence de l’état français dans les communications transitant par CaliOpen. D’ailleurs, le projet sera probablement découpé en deux structures distinctes pour assurer sa pérennité : une association à but non-lucratif qui assurera le développement de la partie logicielle, et une structure commerciale pouvant vendre la solution afin de lui assurer un avenir économique viable.

Lorsqu’on voit que la Loi Renseignement provoque déjà le départ de projets impliqués dans le respect de la vie privée, alors même que cette dernière est censée être considérée comme étant un droit fondamental de toutes les femmes et hommes de cette planète d’après la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, on peut réellement se demander si la France mérite encore son titre de Pays des Droits de l’Homme…

Source

5 Commentaires sur cet article

  1. Loin de moi l’idée de leur faire un procès d’intention, mais il y a quand même des coïncidences magiques :
    – loi sur le renseignement
    – mise en place d’une structure commerciale
    – exil au luxembourg, parce-que c’est pas loin et qu’ils respectent la vie privée, pas du tout pour des raisons fiscales…

    Répondre
    • Kilzemol

      et alors ? n’ont-il pas le droit de gagner de l’argent..?
      ça s’appelle « faire d’une pierre deux coups » !

      Répondre
    • NiKaro

      Le projet est libre, tu peux vérifier le code source et/ou l’installer sur ton propre serveur. Ces « coïncidences » n’ont donc aucun intérêt. Puis c’est également méconnaître aussi les personnes derrière ce projet, ce ne sont pas des petits nouveaux dans le monde du libre et du respect de la vie privée.

      Répondre
  2. Bisounours42

    Cela fait déjà des années que la France ne mérite plus son titre de Pays des Droits de l’Homme

    Répondre
    • Remarque ce projet de loi à au moins eu le mérite de mettre un gros coup de lumière sur tous les projets permettant de mieux sécuriser ses données.

      Car il en existe beaucoup et depuis longtemps. Le public ne s’y intéresse(intéressait) juste pas.

      Répondre

Leave a Reply Annuler la réponse