Share
Des scientifiques ont réussi à relier plusieurs cerveaux animaux pour former un ordinateur organique

Des scientifiques ont réussi à relier plusieurs cerveaux animaux pour former un ordinateur organique

Des expériences ayant pour but d’approfondir nos connaissances sur le fonctionnement de nos cerveaux pourraient bien involontairement mener vers la création d’un ordinateur organique composé de plusieurs cerveaux d’animaux.

Une prouesse qui laisse aussi à penser qu’il sera un jour possible de travailler en équipe d’une manière encore plus efficace en reliant directement nos cerveaux entre eux !

Cela semble incroyable n’est-ce pas ? Et pourtant, ce genre de recherche concernant la possibilité de relier directement deux cerveaux l’un à l’autre a déjà été menée avec succès il y a 2 ans.

L’idée est d’arriver à convertir des signaux de cerveaux d’animaux afin de les retranscrire de manière numérique à un autre cerveau à distance.

Non seulement cela marche parfaitement bien chez des paires de rats qui, une fois entraînés, sont capables de mettre en commun leurs deux organes de la pensée afin de résoudre des problèmes qu’ils ne pourraient pas résoudre en tant qu’individu isolé, mais cela fonctionne aussi chez des singes, et cette fois en allant jusqu’à un trio de cerveaux !

3 singes contrôlent une partie des mouvements d'un bras virtuel
3 singes séparés contrôlent une partie des mouvements d’un bras virtuel

Ainsi, 3 singes séparés et ne pouvant communiquer entre eux que via l’interface implantée dans leurs cerveaux sont capables de coopérer et de résoudre des problèmes visuo-spatial complexes.

Le but de ces recherches est d’arriver à comprendre les mécanismes profonds qui régissent nos cerveaux afin de permettre, pour une personne handicapée moteur, de pouvoir contrôler un robot ou un exosquelette à distance. Il faudra par contre réussir à trouver une manière de rendre cela possible sans qu’il ne faille accéder directement à l’intérieur de notre boîte crânienne avec des méthodes invasives dangereuses et très inconfortables…

Source

Laisser un commentaire