Share
Si le blocage d’un site de téléchargement n’améliore pas les ventes, celui de plusieurs sites en même temps fonctionne

Si le blocage d’un site de téléchargement n’améliore pas les ventes, celui de plusieurs sites en même temps fonctionne

Des chercheurs de l’Université britannique Carnegie Mellon viennent encore de démontrer que le blocage d’un seul site de téléchargement illégal, comme par exemple The Pirate Bay, n’était toujours pas efficace pour faire grimper les chiffres des offres légales.

Néanmoins, il apparaît que le fait de bloquer plusieurs sites de partage populaires en même temps a bien un impact positif sur les offres légales d’accès aux films, aux séries et à la musique.

Le piratage tue
Le piratage tue

L’idée derrière le blocage des sites de téléchargement est que cela pourrait obliger les pirates patentés à se tourner vers des offres légales.

Le problème ici, c’est qu’après le blocage du site The Pirate Bay, les britanniques n’ont pas changé leurs mauvaises habitudes : ils ont tout simplement choisi d’utiliser d’autres sites similaires, ou se sont tournés vers un VPN pour contourner la censure.

Par contre, il s’avère que quand plus d’une douzaine de sites de téléchargement illégal ont été bloqués en même temps, l’usage de solution légale comme Netflix a fait un bond en moyenne de 12% !

Si ceux qui ne téléchargeaient que peu n’ont augmenté leur consommation légale que de 3.5%, les pirates les plus acharnés ont augmenté leur utilisation de solutions légales de 23.6%, ce qui représente tout de même une différence non négligeable.

La conclusion de cette étude est donc qu’il faut rendre l’usage des sites de téléchargement bien plus compliqué, notamment en bloquant simultanément un large panel de sites pirates afin d’augmenter l’utilisation des solutions légales mises en place.

Les chercheurs notent aussi que ces solutions légales doivent être suffisamment attractives pour que les habitudes de nos pirates changent durablement. Une situation en France sur ce point qui n’est toujours pas rose, malgré l’arrivée de Netflix dans l’Hexagone

Source

3 Commentaires sur cet article

  1. vchalmel

    J’adore le côté pragmatique en diable de cette « nouvelle » qui ne surprendra personne ^^ ça prouve tellement l’amateurisme et le manque de volonté sinon symbolique de la lutte contre le piratage… imaginez les chercheurs annoncer triomphalement à un flic que c’est pas top de choper un dealer s’il y en a trois autres à deux rues de là pour mesurer l’évidence absurde de la chose.

    Répondre
  2. Petite coquille : Carnegie Mellon est en Pennsylvanie aux USA d’après Wikipedia

    Répondre
  3. Duncan Idaho

    « ces solutions légales doivent être suffisamment attractives pour que les habitudes de nos pirates changent durablement. »

    Ouais, bordel de m… Faut peut être commencer par là !

    En même temps, les majors freinent des pieds et des mains… C’est assez effarant de voir le nombre de films que netflix n’a pas le droit de diffuser en France (même des films sortis depuis plus de 3ans)

    Répondre

Leave a Reply Annuler la réponse