Share
Ne serait-il pas mieux de nous laisser payer pour Facebook, Google, Twitter, etc. ?

Ne serait-il pas mieux de nous laisser payer pour Facebook, Google, Twitter, etc. ?

Si vous surfez souvent sur Internet, vous avez déjà dû croiser cette phrase à de nombreuses occasions : « Si un service en ligne est gratuit, vous n’êtes pas un client : c’est vous qui êtes le produit ». Ce raisonnement n’a jamais été aussi vrai avec l’avènement des réseaux sociaux, n’hésitant pas à récolter nos données personnelles pour les vendre à des annonceurs publicitaires, voire même à certains gouvernements…

Pourtant, ces entreprises milliardaires ne gagnent finalement en moyenne qu’une très petite somme d’argent pour chaque utilisateur actif inscrit à leurs services. Ne serait-il pas mieux, pour nous comme pour ces entreprises, qu’elles nous permettent de payer l’accès au service afin d’en bénéficier sans contrepartie négative ?

La vision de la plupart des médias concernant Julian Assange, la fondateur de WikiLeaks, et Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook
La vision de la plupart des médias concernant Julian Assange, la fondateur de WikiLeaks, et Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook

La chercheuse techno-sociologue américaine Zeynep Tufekci, maître de conférence à l’Université de Caroline de Nord, remarque, dans une tribune publiée sur le New York Times, que 93 % des gens pensent que pouvoir contrôler qui a accès à ses informations personnelles est une chose importante.

Pourtant, la plupart des services en ligne gratuits ne permettent pas ce genre de contrôle, et revendent au plus offrant nos statistiques, nos comportements, nos envies, etc…

Facebook réalise en moyenne un profit de 20 centimes par utilisateur et par mois. C’est un chiffre dérisoire. Ne serait-il pas plus avantageux pour le réseau social (et pour d’autres services en ligne du même genre) de proposer une offre payante à 40 centimes d’euros par mois, voire même à 1 €, qui garantira que nos données personnelles ne sont pas réutilisées ?

Personnellement, je serais prêt à payer une telle somme pour accéder à un Facebook libre de tout pistage et de toute publicité. Je ne dis pas que tout Internet doit passer vers un mode payant, mais pourquoi ne pas proposer une option payante à un juste prix, permettant de se passer des nombreux trackings publicitaires ?

Après tout, le modèle payant fonctionne plutôt bien avec Netflix face au piratage de contenus sur Internet. Pourquoi ne pas proposer une telle alternative afin de se passer du modèle tout publicitaire, qui risque en plus de devenir de moins en moins performant avec la généralisation de bloqueurs de publicités de plus en plus sophistiqués ?

Après le scandale des écoutes de la NSA et le ras-le-bol général sur les excès du monde de la publicité en ligne, une partie du grand public n’est-elle pas prête à mettre la main à la poche pour avoir un service de qualité, respectueux de sa vie privée ? Et les grandes entreprises d’Internet n’aurait-elle finalement pas plus à y gagner ?

Source

9 Commentaires sur cet article

  1. Problème de « friction » : les gens utilisent FB parce que c’est simple en 2 clics.
    Tu rajoutes un 3ème clic (le paiement) et c’est mort.

    Répondre
  2. Florian

    Bonjour,

    Article et interrogation intéressante. Pourquoi une telle chose ne serait-elle pas possible ? Peut-être parce que du moment où le ver s’est introduit dans le fruit, il serait difficilement envisageable que les entreprises fassent un effort pour le retirer. Même si l’on devait payer Facebook, qu’est-ce qui nous certifierait qu’ils n’utiliseraient pas nos données personnelles à des but commerciaux ? C’est aussi l’argument en faveur des logiciels libres par rapport au propriétaire. Même si l’on paye un logiciel, tant que le code source n’est pas transparent, on ne peut pas être sur que le logciiel ne nous exploite pas…
    Aussi, ce serait toujours un supplément d’argent que les entreprises auraient du mal à se passer… Sans compter que beaucoup moins de personnes seraient prêt à payer… Pas sur que les grandes entreprises IT s’y retrouvent financièrement.
    Enfin, dans le documentaire d’Arte (Do Not Track), ils posent la question suivante « combien seriez-vous prêt à payer pour utiliser les services de Google ou Facebook ? » Arte annonce qu’ils se font beaucoup plus d’argent que tu l’as cité dans ton article (faudrait vérifier les sources…). C’est de l’ordre de 30-40€ par utilisateurs pour Google et 20€ pour Facebook. Serions-nous prêt à payer 35€ par mois pour utiliser Google ? Je ne suis pas sur… Et si l’on paye moins que ça Google, ils n’ont aucun intérêt à stopper la commercialisation des données personnelles car ça leur rapporte beaucoup plus que ce que l’on serait prêt à payer.

    Il faut peut-être espérer que la bulle Internet éclate une nouvelle fois…
    Je serai ravi de savoir ce que tu penses par rapport à mon message 😉

    Répondre
    • Effectivement, si les sources que tu cites sont dans le vrai, il me semble inconcevable d’envisager de payer autant pour ces simples services en ligne.

      Néanmoins, même si le ver est dans le fruit, le fait de contractualiser la protection des données en échange d’une offre payante rendrait les entreprise redevable de cette protection à leurs clients. Si elles ne les respectent pas, elles pourraient bien se voir attaquer en justice. même si cela ne serait pas la panacée, ça serait tout de même mieux que ce que l’on nous propose aujourd’hui non ?

      Répondre
  3. Qui crois encore à cette faribole de payé = vie privée ? c ‘est stupide comme assertion

    Répondre
  4. Patos le fourbe

    Je pense que Si Facebook, Twitter, et compagnie avaient été payants, ils n’auraient jamais percé à ce point, combien de jeunes utilisent ces services ? Combien d’après vous seraient prêt à mettre le moindre euro dans ce genre de service ?

    A titre personnel je n’aurais jamais payé pour Facebook, ou Twitter, par contre je pourrais le faire pour certains services utiles à la Google ou consort.

    Répondre
  5. Facebook réalise un profit de x mais le bénéfice est différent du chiffre d’affaire, on l’obtient une fois qu’on soustrait à ce dernier le coût opératoire. Combien un utilisateur devrait-il payer pour compenser le manque à gagner si on respecte plus sa vie privée en ne vendant pas ses données à des tiers ?

    Répondre

Leave a Reply Annuler la réponse