Share
Les robots du concours DARPA Robotics Challenge ne sont pas prêts d’asservir les humains

Les robots du concours DARPA Robotics Challenge ne sont pas prêts d’asservir les humains

Je vous partage assez souvent des vidéos impressionnantes montrant les capacités, parfois surhumaines, que certains robots arrivent aujourd’hui à accomplir.

Si certains de ces robots ne s’en sortent pas trop mal sur un petit parcours bien défini, ils semblent qu’ils aient beaucoup plus de mal à terminer le DARPA Robotics Challenge ^^

Les participants de ce concours nous offre un véritable florilège de cascades
Les participants de ce concours nous offre un véritable florilège de cascades

Alors que certains robots n’ont même pas parcouru 10 mètres avant de s’effondrer, certains échouent lamentablement devant un escalier ou une bête porte ouverte !

L’apocalypse robot annoncée dans de nombreuses oeuvres de science-fiction attendra encore quelques années ! 😀

6 Commentaires sur cet article

  1. Datawolf

    C’est par des ordinateurs qu’on sera asservis.

    Répondre
    • morodashi

      oui oui, c’est un sacré fantasme ça, mais le voir constamment utilisé par des gens qui ne bosse ni dans l’informatique, ni dans la programmation et encore moins dans la recherche sur l’intelligence artificiel et un divertissement sans fin

      Répondre
      • Gloubiboulga

        il n’a pas vraiment tord…pour exemple, si l’informatique mondial venait a tomber en panne, le monde sombrerait rapidement dans le chaos !
        sans le savoir, on déjà tous plus ou moins asservis par des ordinateurs…il suffit de regarder autour de soit..!

        Répondre
  2. Le dernier ma fait assez rire !

    Répondre
  3. Patos le fourbe

    Les robots qui nous asserviront n’auront pas d’enveloppe physique, et ils existent déjà a moitié : ils nous disent quoi regarder, quoi acheter, où aller s’amuser, etc. Dans 10-20 ans nous ne ferons plus rien ou presque qui ne soit suggéré par une machine, et le véritable asservissement est là : nous ne pourrons plus rien faire sans elles.

    Répondre

Laisser un commentaire