Share
L’entreprise d’exploitation d’astéroïdes fondée par les responsables de Google lance ses premiers satellites dans l’espace

L’entreprise d’exploitation d’astéroïdes fondée par les responsables de Google lance ses premiers satellites dans l’espace

Souvenez-vous, c‘était en 2012 : Planetary Resources venait d’être lancée en grande pompe avec, aux manettes, de richissimes visionnaires comme 2 des hauts responsables de Google, Larry Page et Eric Schmidt, ou bien même le réalisateur James Cameron, ainsi que d’anciens ingénieurs et astronautes de la NASA.

Le but de ce projet ambitieux : exploiter les ressources des astéroïdes de notre système solaire. Un projet fou qui se concrétise de plus en plus, avec le lancement des premiers satellites de Planetary Resources.

"Say cheeeeeese"
« Say cheeeeeese »

Après un premier lancement réussi par une fusée de chez SpaceX du premier satellite de démonstration Arkyd 3 Reflight en avril 2015, l’A3R devrait atteindre la station spatiale internationale, afin d’être positionné dans une orbite basse d’ici le mois de juillet 2015.

Le but ici est de tester et valider les satellites qui seront utilisés pour la première étape du projet de Planetary Resources : analyser les astéroïdes.

asteroide_minage

L’A3R va envoyer des données sur Terre durant son vol de 90 jours, avant de se désintégrer dans l’atmosphère à la suite de sa mission.

En parallèle de l’A3R, Planetary Resources prévoit de lancer l’Arkyd 6, un petit appareil autonome capable non seulement d’embarquer des instruments scientifiques et des technologies permettant d’assurer sa navigation dans l’espace profond, nécessaires pour l’exploitation à terme des astéroïdes, mais aussi d’assurer des missions pour le compte d’autres entreprises.

Image de synthèse de l'Arkid 6 en orbite basse
Image de synthèse de l’Arkid 6 en orbite basse

L’A6 comportera en effet des outils de précision, des possibilités d’envoi ou de réception de données avec une large bande passante et une architecture modulaire, capable de s’adapter aux besoins scientifiques ou commerciaux d’autres organisations, qui n’auront ainsi pas besoin de concevoir leur propre vaisseau.

Pour ceux qui se demandent encore s’il y a de l’argent à faire dans cette ruée vers l’espace moderne, rassurez-vous : il s’agit d’une industrie qui pourra vraisemblablement générer, dans les 30 ans à venir, des billions de dollars de bénéfices pour les entreprises qui posséderont la capacité à accéder aux ressources cachées dans les astéroïdes :

asteroid_mining_trillion_dollar_industry

Je suis étonné que les médias grand public ne parlent pas plus de cette nouvelle course à l’espace, qui pourrait bien provoquer dans notre quotidien des répercussions encore plus importantes que le premier pas de l’Homme sur la Lune en 1969. Pour la première fois de notre Histoire, nous sommes en train de concrétiser véritablement la conquête de l’espace, et nous pourrions bien assister à cela de notre vivant.

Source

5 Commentaires sur cet article

  1. Fascinant, mais pour moi c’est comme salir l’Espace, le désacraliser et le pourrir avec le fric.. :/

    Sinon c’est « répercussion », y’a pas de T :p

    Répondre
    • Merci pour la coquille 😉

      Répondre
    • je ne comprend pas vraiment en quoi cela pourrait salir l’espace, la poussière de roche et de glace n’y manque déjà pas.
      pour ce qui est de le pourrir avec le fric c’est déjà malheureusement le cas en orbite terrestre. par contre l’abondance de certain matériaux que cela apporterait pourrait être une des étapes menant a un changement socio-économique important, nous pourrions passer d’une économie de la rareté à une économie de l’abondance.

      Répondre
  2. Garvil Nagarian

    C’est Sergey Brin le deuxième créateur de Google, pas Eric Schmidt, qui est par contre président du CA.

    Répondre
  3. goumou

    Il me parait évident que lorsque cette entreprise fonctionnera à plein rendement, qu’un astéroïde, un peu plus gros que les autres, pourrait dévier accidentellement de sa trajectoire et pour finir sa course dans une explosion finale sur Terre = fin de l’humanité,…

    Répondre

Laisser un commentaire