Share

Toutes les raisons qui poussent encore au piratage

Vous pensez que les vilains pirates téléchargeurs ne sont que de sombres égoïstes qui n’ont jamais versé un centime dans les plateformes légales disponibles ?

Et si les cinéphiles et amateurs de musique se tournaient vers la piraterie après avoir été fortement déçus de l’offre légale, ça n’est jamais venu en tête de l’industrie culturelle ça ?

Vous trouverez une ribambelle d’exemples tous plus argumentés les uns que les autres qui nous rappellent que l’offre légale n’est pas du tout au point techniquement et qualitativement, qu’elle reste souvent horriblement chère vu le service rendu et que, bien souvent, le téléchargement illégal apporte la solution à tous les problèmes posés par ces solutions payantes.

Et on ira encore nous rétorquer que l’offre légale est au point en France…

Source

 

12 Commentaires sur cet article

  1. Haha j’étais juste en train de regarder ça tiens !
    D’ailleurs, j’ai un très bon pote qui bosse dans le cinéma. On s’est fait une belle discussion la dessus.
    Et oui, lui aussi avoue haut et fort que l’offre légale, ben.. Est à chier quoi.

    Répondre
  2. Mauvaise foi manifeste pour continuer à pirater sans vergogne :

    – même à un centime par mois, certains continueront à pirater par principe
    – le plus pourri des systèmes pirates n’a jamais découragé personne
    -Deezer, Google Play, iTunes, Steam, Amazon… Pas au point techniquement ? On croit rêver…

    Répondre
    • Réponse d’une mauvaise foi tout aussi manifeste :
      – Aux USA, le seul moyen qu’il y ait eu d’enrayer le piratage a été l’arrivée d’offres réellement intéressantes pour les consommateurs (Netflix, Hulu…).
      Bien entendu que certains continueront de pirater par principe, mais ils ne représenteront plus qu’une minorité si les offres légales sont vraiment intéressantes.
      – « le plus pourri des systèmes pirates n’a jamais découragé personne » J’avoue n’avoir pas compris où tu voulais en venir avec cette phrase ?
      – Marrant, il y a des exemples sur Google Play, iTunes, Steam et Amazon dans le lien que je fournis, mais tu n’as pas dû y aller avant de poster un commentaire avec une argumentation légère ^^

      Répondre
    • Oui, ces systèmes sont parfaits. C’est vrai qu’aujourd’hui, on peut lire toute la musique et toutes les vidéos et jouer aux jeux fournies par ces services sans connexion à Internet, sur n’importe quel appareil qu’on veut, et ça sans restrictions de copie…

      Répondre
    • Zadig & Voltaire ça ne vous dit rien ?
      Copier/Coller Wikipedia sans références à l’encyclopédie évolutive ?
      Roquet aussi bête que son maître ?

      Frédérique Lefevbre sort de ce corps ! !

      Répondre
    • Ann O'nym

      J’ai des CDs pour les lire sur mon autoradio. Impossible, protégés. J’arrive tant bien que mal à convaincre le vendeur de me les reprendre, j’en prends d’autre en faisant attention aux logos, même topo. J’ai lu les ripper. Or cracker une protection d’un CD acheté est plus sévèrement puni que de télécharger le contenu.
      Depuis je pirate.

      Répondre
  3. L’offre légale, tant qu’elle n’aura pas tous les atouts du piratage : multi-plateforme, choix de langue, même prix quelle que soit la résolution car ça ne coûte pas plus cher à faire, disponibilité rapide (les séries, pas au bout d’un an, dès le lendemain, et sous-titré merci ! Je rappelle quand même que les maisons de prod ont déjà les sous-titres pour malentendants prêts avant la diffusion de l’épisode donc rien n’empêche une société française de faire la traduction de sous-titres, puisque la synchro reste la même), possibilité de convertir, copier, lire le fichier n’importe où, n’importe quand, pas besoin de payer pour avoir une copie à résolution inférieure (si je prends une version HD, je veux pouvoir avoir une version pour mon téléphone sans repasser à la caisse). Ah et des soldes à la Steam aussi, ça pousse à l’achat compulsif et c’est vraiment intéressant !

    Déjà ça serait un grand pas… Et je ne parle que de l’offre légale de vidéos, l’offre légale de musique elle pourra être aussi cool qu’ils le veulent, j’achèterai pas tant que le système de rémunération des artistes ne changera pas… Je donne pas du fric pour des majors mais pour qu’un artiste continue à faire de la bonne zik.

    Répondre
    • Tu as tout à fait raison, j’approuve ton raisonnement.

      C’est dommage que les politiques ne le comprennent pas.

      Répondre
    • C'est pas t'es oignons

      Ouaip, exactement!

      La plupart des politiques sont agés de 55 à 70 ans, ils n’y comprennent rien et vois ça en terme d’emploi, ce qui ne va pas franchement dans le sens du telechargement.

      Répondre
  4. Je pirate les jeux avec DRM par principe, j’achète aveuglément les jeux sans DRM, cessez de polluer mon ordinateur avec vos merdes et je payerais.

    Puis les arguments de Arkthus

    Répondre
  5. Nan mais sérieusement ceux qui sont contre le téléchargement illégale en disant que cela détruit l’industrie tout cela ont vraiment rien compris à la vie.

    Hé! Ho! les gars ! Le communisme est mort ! Pourquoi?! Parce que c’est dans la nature humaine de chercher son intérêt personnel, le Darwinisme vous connaissez ?

    Alors c’est vrai que certains ne piratent pas car ils ont des principes, c’est bien. Je suis d’accord piraté c’est mal. Mais avant de gueuler faites une petite expérience :

    Ouvrez un commerce (peu importe, une concession automobile, un FootLocker), mettez des masque en libres services à l’entrée, ne mettez que des caisses automatiques et aucuns vigiles.

    Maintenant plantez un gros panneau devant avec marqué « VOLER C’EST MAL ! » et voyez ce qui ce passe.

    Ce n’est pas un problème de « gens méchants qui téléchargent », comme le disait Schmidt « Internet est la première chose que l’homme a créer sans jamais la comprendre c’est la plus grande expérience en matière d’anarchie jamais réalisé.  »

    Internet c’est l’anarchie et c’est ce qui fait sa dangerosité mais aussi TOUT son intérêt. Je suis heureux que la société soit hiérarchisée et réglementée car je n’ai connus que cela et que j’y suis habituée.

    Mais avant de critiqué posez vous la question, si demains les coffres des banques était ouverts et que personnes n’était là pour les défendre, ne profiteriez vous pas de la situation ?

    L’internet finira fatalement par être réglementer, que l’on télécharge OU PAS, c’est la suite logique des choses et ce ne sera peut être pas plus mal juste différent. Mais en attendant profitons de ce que l’internet nous offre aujourd’hui, un espace de liberté de faire, de dire, et de partager absolument tout et n’importe quoi sans rien pour vous freiner.

    Répondre
  6. N’empêche, en y réfléchissant, le téléchargement illégal, c’est aussi la preuve d’un esprit de communauté international hors du commun.

    Prenez n’importe quelle série, n’importe quel anime, il faut à peine 24/48h (pour les plus connus) à une semaine, pour qu’ils soient disponibles à travers le monde, dans des qualités différentes, et sous-titrés dans quasi toutes les langues.

    C’est un vrai travail continu de développement culturel dans le fond. Ca me fait penser à un mec sur une conférence TEDx qui faisait le parallèle entre Wikipédia et Encarta, et qui montrait que quand les gens avaient le choix de participer eux-même au développement culturel, de manière gratuite (j’offre gratuitement mon savoir, et je reçois gratuitement celui des autres), ils préféraient cette option à celle payante et néanmoins très efficace.
    [/mode love OFF]

    Répondre

Laisser un commentaire