Share
Encore un journaliste du Nouvel Obs qui défend Hadopi, avec des arguments bien légers…

Encore un journaliste du Nouvel Obs qui défend Hadopi, avec des arguments bien légers…

Pour une fois que nous avons une Ministre qui ose affirmer que la Hadopi coûte bien trop cher par rapport à ce qu’elle peut apporter de bénéfique, et que tout le monde l’acclame car c’est ce que nous ne cessons de répéter depuis les prémices de cette loi mort-née… un journaliste retourne sa veste et accuse la Ministre de la Culture de favoriser le piratage en osant critiquer cette bonne vieille Hadopi.

Et ce n’est pas tout, l’article de Claude Soula, grand reporter et journaliste au Nouvel Obs, se permet de prendre un ton condescendant et de donner des leçons aux jeunes journalistes critiquant la Haute Autorité… sauf que ses arguments sont bien légers et ne tiennent pas à l’épreuve des faits !

« Une bonne partie de la presse se déchaîne contre Hadopi. Etrange combat de la part de journalistes, qui oublient régulièrement que – pour la plupart d’entre eux – ils sont payés non pas par les mirages de l’internet gratuit mais par des cochons de payants : les lecteurs de la presse papier. »

Monsieur Soula semble oublier que tout le monde n’est pas payé par un grand journal quand il publie des articles en ligne, et que les sources de revenus de nombreux sites sont plutôt des publicités en ligne ou des partenariats avec des sites de ventes par l’affiliation, voire même des systèmes d’abonnements et de dons (bien que cela soit tout de même confidentiel). Les mirages de l’Internet gratuit, tout le monde en est revenu depuis au moins 10 ans…

« Ces journalistes (jeunes, pour la plupart), élevés depuis leur plus jeune âge avec l’habitude de faire ce qui leur chante sur le net et de prendre leurs désirs immédiats pour des obligations impérieuses, ont du mal à faire le lien entre deux faits : quand les auteurs interprètes musicaux (ou cinématographiques) se font piller sur le net, sans aucune rémunération, c’est comme si eux, journalistes, devaient renoncer à leur salaire, ou leur pige. »

Pour ma part, je n’ai jamais eu de souci de paiement avec Google. Par contre, je ne décrirais pas par le détail le temps qu’il m’a fallu pour toucher quelques malheureux euros sur mes piges au Nouvel Obs… Mais j’imagine que quand on est grand reporter, on a un peu de mal à se rendre compte de cette réalité : les jeunes journalistes ne sont pas extrêmement bien traités et payés.

J’ajouterais une chose aussi : sur un site d’informations ou un blog, ce ne sont pas les informations toutes récentes qui rapportent le plus d’argent à long terme, mais les articles qui s’accumulent au fil du temps, et ramènent des visiteurs très régulièrement. Les jeunes journalistes vont-ils toucher une part des revenus publicitaires générés par cette manne ? Les interprètes musicaux ou cinématographiques qui se font parfois piller sur le net touchent quelque chose lors d’une diffusion à la radio ou à la télévision. Il me semble que rien n’est prévu pour assurer une part des revenus publicitaires pour les jeunes journalistes « qui font ce qui leur chante sur le net et prennent leurs désirs immédiats pour des réalités »

« Il y a eu un contrevenant sanctionné par Hadopi ? Toute la presse nous explique que le malheureux ne comprend rien au net, que c’est sa femme qui téléchargeait, qu’il est un benêt innocent, que le méchant, c’est Hadopi, pas lui le voleur. Ça paraît un peu fort de café, car il avait reçu auparavant des lettres d’avertissement : sa femme savait ce qui se passait, et lui aussi sans doute. »

Une idée reçue étayée par… rien du tout. Quand on se donne la peine de se renseigner sérieusement sur cette affaire et que l’on comprend comment fonctionne certains logiciels, on se rend bien compte que le gars condamné à cause d’Hadopi pour un téléchargement qu’il n’a pas commis a été averti 3 fois pour le téléchargement de 2 chansons de Rihanna. Or il n’a pas retéléchargé ces 2 chansons 3 fois de suite et s’est fait flashé 3 fois de suite à cause d’un manque de bol inimaginable : le logiciel qui a permis le téléchargement des chansons était laissé en partage durant des mois, car les deux protagonistes de cette affaire n’ont qu’une connaissance sommaire, voire inexistante pour le monsieur incriminé, du fonctionnement des logiciels de partage via BitTorrent.

Ça vous paraît peut-être un peu fort de café, mais vous n’avez visiblement pas compris cette subtilité. Imaginez donc que cela puisse aussi échapper à un novice en informatique plutôt que de le fustiger avec des idées reçues…

« Il existe aujourd’hui de multiples façons d’écouter légalement de la musique, gratuitement pour l’auditeur, ou pour pas très cher via des offres comme Deezer, Spotify et consorts. Quand la ministre reproche à Hadopi le manque d’offres légales, c’est un mensonge absurde. Soit elle n’y connaît rien, soit elle ment volontairement. »

Il est vrai que les offres d’écoute musicale sont nombreuses… mais je doute que le dangereux pirate attrapé par Hadopi aurait pu en informer sa femme, puisqu’il n’en avait pas connaissance.

Pour rappel, Hadopi n’a pas qu’un rôle de surveillance, mais aussi d’encouragement de l’offre légale et du suivi de l’interopérabilité des dispositifs de DRM. Sur le premier point, il s’agit visiblement d’un échec, et sur le dernier, je ris tellement fort de constater qu’il s’agit d’une des missions de cette autorité, puisque par exemple Apple continue de vendre des chansons sur iTunes seulement compatibles avec ses produits maisons, ou qu’il n’existe pas aujourd’hui de moyen légal de lire un disque Blu-Ray sur un système d’exploitation GNU/Linux, preuve que le suivi de l’interopérabilité est inefficace.

Et en ce qui concerne le cinéma et les séries télévisées ? Pourquoi la Hadopi n’a-t-elle pas favorisée la venue des offres de Netflix ou de Hulu, qui rêvent pourtant de s’implanter en Europe ? Le site TorrentFreak constatatait pourtant une baisse importante du piratage des séries aux Etats-Unis, qui s’explique par des alternatives intéressantes pour les spectateurs, proposant un très large choix de films et de séries en streaming illimité pour un abonnement à un prix correct (Netflix représente environ 20 % du trafic Internet aux US durant les heures de pointe). J’imagine que cela ne doit pas plaire aux grandes chaînes de télévision et à certains médias…

« Dans les deux cas, elle est en tort. Quand les journalistes la suivent, c’est de la mauvaise foi militante, qui joue aussi contre eux. Aujourd’hui, l’intérêt de tous, c’est que l’utilisation des oeuvres sur le net, qu’elles soient journalistiques ou artistiques, soit payée – même symboliquement. La presse allemande vient d’obtenir une grande victoire contre Google, avec une loi qui va obliger le géant à rémunérer les articles qu’il utilise pour s’enrichir (même cela a été critiqué par des journalistes français, très masochistes !). Les éditeurs français – qui auraient dû agir depuis longtemps dans le même sens – s’engouffrent enfin dans la brèche. Mais seront-ils soutenus par une ministre qui préfère les pirates aux artistes qu’elle doit défendre ? »

En ce qui concerne la mauvaise foi, il est difficile de ne rien vous reprocher de ce côté-là ^^ Et affirmer que la Ministre défend les pirates plutôt que les artistes, alors qu’elle critique légitimement Hadopi, n’est-ce pas un peu fort de café pour reprendre votre expression ?

On s’étonne après que le milieu de la création culturelle a tant de mal à s’adapter aux changements imposés par la popularité et les nouveaux usages permis par Internet : certains n’ont toujours pas compris comment tout cela fonctionne (voir aussi la sortie de piste récente du patron de la rédaction du Nouvel Obs), mais semble néanmoins persuadés de maîtriser parfaitement le sujet, au point de se permettre de donner des leçons à l’immense majorité de journalistes et blogueurs osant s’exprimer contre Hadopi…

PS : au début de l’article, je parle de retournement de veste, car Clause Soula avait co-écrit un article en 2006 soutenant l’article du Nouvel Observateur : Nous sommes tous pirates. Et oui c’est chiant Internet, on peut facilement retrouver des choses que l’on aimerait bien garder enterrées… ^^

10 Commentaires sur cet article

  1. Quel boulet ce type … Très bon article au passage 😉

    Répondre
  2. Je télécharge toutes mes chansons légalement et ne télécharge aucun film et pourtant je suis contre Hadopi (bon je le reconnaît , il m’arrive de regarder des films en streaming sur YouTube). Je sais c’est étrange ^^….

    Répondre
  3. Il a loupé sa carrière, il aurait du faire de la politique.

    Répondre
  4. Encore un de ces mercenaires stipendiés…

    Répondre
  5. « …ce n’est pas tout, l’article de Claude Soula, grand reporter et journaliste au Nouvel Obs, se permet de prendre un ton condescendant et de donner des leçons aux jeunes journalistes critiquant la Haute Autorité… sauf que ses arguments sont bien légers et ne tiennent pas à l’épreuve des faits !… »

    Soula ?… Souci similaire à celui assigné au cisèlement d’un blog que l’on salue ici ?
    http://leblogmarius.blogspot.fr/2010/06/soula-ferule-de-la-presse_12.html

    Deci delà, cintré Saint Soula ?

    Soucieux de saucissonner, inciser les singularités d’un échantillon de systèmes saisis par-ci par-là, se crisperait-il sur les symboles, dissociant en une syllogistique syntaxe sens, absurdité, réciproque, discordance, ceci, cela, cahin-caha ? Caca ?
    On s’assied alors en silence pour soula-ger le coccyx, pour songer et se soustraire si possible à la syncope, bassiné par l’asynchronisme de cette cyberculture qui censure pour s’encenser du scandale ainsi susurré.

    Sympathie, sourire, svp

    Répondre
  6. ce qui rendent pas compte;c’est qu’il risque de leur arrivé la même chose de ce qu’il s’est passé en Belgique (voir pire);un dé-référencement généralisé dans tous les moteur de recherche; rendant leur site totalement invisible aux yeux des internautes.pour accéder à leur site il faudra taper directement l’adresse(encore faut il la connaître).Je vois bien la construction de faux site à l’horizon.genre nouvelle.obs.fr ou .com pour demander des numéros de carte à mme michu pour s’abonner à leur journal.on va voir ce qui va se passer en Allemagne car une loi dans ce genre est en préparation.

    Répondre
  7. missemini

    si ce personnage connaissait vraiment le net il n’aurait pas sorti une bourde pareille ! bref il est aussi compétant que ce pauvre bougre qui a été condamné par défaut !

    quand on connait bien le net il n’est même pas utile de télécharger quoi que soit, tout est à disposition constante et sans risque…

    Répondre
  8. claude soula

    c’est gentil de parler de moi et de faire circuler mes blogs, mais je vous assure d’une chose, et vous pouvez en demander confirmation aux cosignataires de l’article que vous avez exhumé, j’ai toujours défendu ici la même position, même quand le journal appelait à une liberté totale du piratage. Par ailleurs, je pensais dans ce blog aux journalistes des journaux en papier, et pas ceux du digital, qui bien évidemment évoluent dans un autre espace, avec des règles économiques différentes.

    Répondre
    • Si vous défendiez Hadopi, pourquoi avoir cosigné un article soutenant la position initiale du journal contre Hadopi ?
      J’ai du mal à comprendre cette situation.

      D’après vous, où la presse du futur va-t-elle se situer ? Sur le papier ou en version numérique ?
      C’est bien pour cela que je parle du côté numérique de la presse : il s’agit indéniablement de son avenir, et tout comme certains artistes ne touchent pas de revenus de la part d’iTunes et consorts, les jeunes journalistes du Web sont payés au lance-pierre, sans toucher de revenus des anciens articles qui continuent de rapporter de l’argent.

      Je maintiens ce que je dis dans mon article : votre vision de la situation est faussée, et vos arguments pour soutenir Hadopi ne tiennent pas à l’épreuve des faits.

      Répondre
  9. Mais dites moi la loi hadopi a été réalisé suite au dossier fourni par Monsieur Denis Oliviennes à notre cher ancien gouvernement, non?
    Mais quel poste occupe actuellement ce cher Denis Oliviennes?
    Peut on encore parler d’indépendance journalistique?
    J’dois chercher la petite bête je pense…
    c.f. http://youtu.be/9OBnvpzb560

    c.f. aussi http://tempsreel.nouvelobs.com/opinions/20080325.OBS6526/aux-lecteurs-du-nouvel-observateur.html

    Répondre

Laisser un commentaire