Share
Vous possédez peut-être déjà une Playstation 4…

Vous possédez peut-être déjà une Playstation 4…

L’arrivée des futures consoles se fait attendre de pied ferme, mais Microsoft et Sony refusent toujours de révéler leurs plans pour la future génération de consoles HD…

Le récent rachat de Sony d’une petite entreprise laisse entrevoir une possibilité complètement folle, mais incroyablement ingénieuse pour l’avenir de la Playstation 4 : et si vous en possédiez déjà une ?

En effet, Sony Computer Entertainment (l’entité qui gère la Playstation) a récemment mis la main sur GaiKai, une entreprise spécialisée dans un domaine qui monte : le Cloud Gaming.

Cela permet à n’importe quel jeu, même ceux qui requièrent le plus de puissance de calcul, d’être exécuté sur n’importe quel ordinateur, pour peu que le client possède une connexion Internet suffisante.

Du coup un vieux tromblon peut potentiellement faire tourner Mass Effect 3 avec des graphismes HD même s’il ne possède pas le matériel adéquat, puisque la puissance nécessaire pour générer les graphismes du jeu est fournie par les serveurs distants de GaiKai.

Mettons-nous maintenant à la place de Sony et rêvons un peu :

Qu’est-ce qui coûte le plus cher et qui est le plus risqué dans le monde des consoles de salon ?

Le développement d’une nouvelle plateforme, qui nécessite plusieurs années de recherches et qui peut parfois s’avérer un échec retentissant si la concurrence déploie une console concurrente bien plus puissante au même prix. C’est ce genre de situation qui a affaibli Sega dans le passé lorsque Sony a proposé une console bien plus puissante et facile à programmer que la Saturn. Résultat ? Sega n’a plus réussi à convaincre les joueurs et les développeurs, la Dreamcast n’a pas réussi à redresser les comptes de l’entreprise et la firme nippone a dû abandonner le marché lucratif des consoles de jeu.

Et si Sony avait le pouvoir de ne plus avoir à sortir une nouvelle console pour sa prochaine génération de jeux ?

En proposant des jeux Playstation 4 sur l’actuelle Playstation 3 via un abonnement à son système de Cloud Gaming par exemple, Sony continuerait de vendre des consoles dont les coûts de développement ont été depuis longtemps amortis, empêcherait toutes tentatives de piratage et s’assurerait une rentrée permanente d’argent, ainsi qu’une base déjà très importante de consoles installées dans les foyers.

Imaginez que les mises à jour de matériel ne se feront plus de chez vous, mais du côté des serveurs de Sony. Vous n’aurez pas à changer de matériel pour bénéficier d’une puissance accrue. Si une architecture matérielle pose problème (difficulté pour le développement, puissance limitée, montée de la concurrence…) il suffira à Sony de mettre à jour ses serveurs pour que vous soyez toujours au top.

L’émulation d’anciens titres PSX et PS2 sera aussi facilitée, vous donnant accès potentiellement à un énorme catalogue de jeux !

Le seul inconvénient d’un tel pari pour Sony ?

Le Cloud Gaming nécessite une connexion Internet permanente. Si cela n’a pas empêché Diablo III, un jeu qui nécessite lui aussi une connexion permanente à Internet, d’atteindre des ventes historiques, il vous faudra au minimum 5 Mbits/s pour profiter des jeux dans une très bonne qualité, dignes de succéder à la Playstation 3.

Du côté des joueurs, attendez-vous à voir disparaître les boîtes de jeux si un tel système est un jour mis en place, mais il semble que l’Union Européenne impose désormais la possibilité de pouvoir revendre d’occasion une copie d’un jeu acheté en ligne.

Sony osera-t-il se lancer dans ce pari audacieux mais Ô combien prometteur, ou continuera-t-il de proposer une nouvelle console « ordinaire » ?

Il va falloir encore attendre une bonne année avant de savoir ce que l’avenir nous réserve pour le futur des jeux vidéo…

Source et Image

18 Commentaires sur cet article

  1. Si cela se réalise alors c’est la fin du jeu vidéo pour moi..!

    Répondre
  2. Perrier Camille

    « empêcherait toutes tentatives de piratage » … de quelle façon ?

    Répondre
    • Le contenu est sur les serveurs de l’éditeur… Ca complique beaucoup le piratage, quand même

      Répondre
      • Perrier Camille

        Oui mais ça ne l’empêche en aucun cas !

        Répondre
        • au contraire ca peux l’empecher compltement, si l’inteligence de ton jeu (mouvement, IA, …) est gérée cotée serveur ben le piratage n’a plus aucun interet

          Répondre
  3. euh… moi je pleure s’ils font ca

    Répondre
  4. Paradis

    Bah moi je dis: vive le retrogaming dans ces conditions.

    Aller perso je rebranche ma megadrive

    Répondre
  5. Tant que la fibre n’est pas démocratisée/généralisée en France j’ai bien peur que Sony perde plus de joueurs qu’il n’en gagne.

    Répondre
  6. guiaud23

    « vous faudra au minimum 5 Mbits/s pour profiter des jeux dans une très bonne qualité, »

    Et pour les gens comme mois qui habite en campagne et qui on juste du 512 K étendu ?

    On pourra rien faire car nous somme oublié de tous ..

    Répondre
  7. Personnellement je ne toucherai pas au Cloud Gaming.

    Comme dit plus haut, j’ai déjà rebranché ma mégadrive dans le salon :D, et s’ils continuent avec leur Cloud / Online DRM ala Diablo III (berk), le jeu vidéo s’arrêtera à cette génération-là pour moi.

    De toute façon le « casual gaming » est déjà devenu plus intéressant financièrement pour les éditeurs que les titres habituels non ? Le jeu vidéo vit dans une époque qui attend sa fin proche. C’est déjà arrivé avec les bornes d’arcarde, alors ça arrivera avec les consoles de salon et le PC.

    Pas sûr qu’avec ce qui arrive ce soit le consommateur qui y gagne, par contre.

    Répondre
  8. « nécessite une connexion Internet permanente »
    => C’est la problématique fondamentale ; accéder au Net tout le temps, depuis partout (i.e. un « Réseau » omniprésent) faciliterait énormément de choses.

    @Xpk : pour ma part, Megadrive (avec Master Converter ! On n’oublie pas la grande soeur), NES et Super Nintendo trônent fièrement à côté d’une PS3 et d’une Wii qui prennent la poussière…

    Répondre
  9. kptaine

    Sony a proposé une console bien plus puissante et facile à programmer que la Saturn

    d’accord avec le reste de l’article mais ce passage est faux, la saturn été aussi voir même plus puissante que la PSone et les consoles sony n’ont jamais été réputées pour leur facilité de programmation. ce qui a tué sega c’est leur mauvaise comm » et leur manque d’investissement dans le marketing!

    Enfin pour revenir à l’article parie audacieux de Sony si il se lance dans le cloud , mais il semble devenir l’avenir du jeux vidéo à mon grand regret.

    Répondre
    • Et pourtant si je maintiens ma position :
      Sega a intégré au dernier moment un second processeur dans la console pour pallier son manque originel de puissance, après que Sony ait dévoilé la Playstation.
      Cela a entraîné un développement bien plus complexe des jeux s’ils voulaient exploiter les capacités de la Saturn.
      Quand au marketing, Sega a énormément investi pour lutter contre Sony (c’est aussi ce qui lui a permis de devancer Nintendo à l’époque de la Megadrive dans certains pays), mais la firme nippone n’avait pas les moyens du géant Sony qui a lancé des campagnes de publicités bien plus ambitieuses.

      Répondre
  10. kptaine

    meme avec un seul processeur elle aurais fait jeux égal avec la psone , le 2eme proc lui apportais justement une puissance supérieur a la psone (il n’y a qu’a voir ladaptation de virtua fighter 2 ou de sega rally a l’époque) , sega a fait le choix de ne pas adapté des grosse license sur le marché EU,US sortie pourtant aux japon. Et puis il y’a un petit jeu nommé FF VII qui a achevé la bête …
    et quand je parlais de manque d’investissement c’est bien sur en cash.

    Répondre
    • Désolé mais je reste d’un avis différent. Sega avait misé au départ sur la 2D, alors que la mode était aussi sur la 3D, et que les capacités de la console de Sony étaient supérieures sur ce point, et qu’elle était plus facile à programmer.
      Ce n’est pas moi qui l’invente, j’ai lu des interviews des mecs de Sega qui ont bossé à l’époque que le projet.

      Répondre
  11. kptaine

    ok je m’incline 😉 mais l’écart de puissance n’étais pas si énorme , et je pense que c’est plutot les choix marketing qui ont coulé la saturne , quand on vois la dreamcast qui elle été pourtant plus puissante et facile a prog que la PS2 (emotion engine la bete noir des développeur)

    Répondre
    • Clair que la Dreamcast était LA console de Sega, où ils avaient appris de leurs erreurs, trop tard malheureusement pour attirer la confiance des joueurs à l’époque 🙁

      Répondre
  12. JohnCaffey

    Pour appuyer les propos de Niko, je rajoute qu’il suffit de voir avec quelle facilité la Saturn faisait tourner les conversions des jeux de baston 2D CAPCOM & Co ( pour cetains, il fallait une cartouche spéciale ajoutant de la RAM) alors que ces mêmes conversions étaient risibles sur PS1.

    Répondre

Laisser un commentaire