Share
L’Ethiopie rend illégal les services de VoIP et prévoit 15 ans de prison pour les utilisateurs de Skype, MSN ou GTalk

L’Ethiopie rend illégal les services de VoIP et prévoit 15 ans de prison pour les utilisateurs de Skype, MSN ou GTalk

La censure et le filtrage d’Internet font parfois la une des sites et de certains journaux lorsqu’ils touchent la Chine ou quelques autres pays importants, mais bien peu auront entendu parler de la scandaleuse loi qui est passée en Ethiopie, ramenant le pays à un véritable âge de pierre au niveau des télécommunications…

En effet, le gouvernement éthiopien a décidé de criminaliser l’usage des services de VoIP, rendant passible un usager de MSN, Skype ou GTalk d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison !

Un mois déjà que cette loi extrêmement sévère et injuste est appliquée dans le pays, et rien. Pas un article, un sujet au 20h ou un encadré dans la presse écrite pour parler de cette situation intolérable.

Le gouvernement éthiopien se justifie en parlant de « problèmes de sécurité nationale » et de « protéger le monopole des télécommunications de l’État. » Ethiotélécom est bien entendu le seul opérateur téléphonique du pays, et il appartient à l’état…

Et ce n’est pas tout : les usagers de cybercafés doivent décliner leur véritable identité qui sera ensuite consignée pour qu’ils puissent accéder à Internet (le rêve à peine caché de Nadine Morano en France), une partie des plateformes de blogs est censurée, et l’Ethiopie a aussi mis en place un système de filtrage empêchant l’utilisation de Tor.

Ayant déjà travaillé pour des opérateurs téléphoniques du monde entier, cette situation me paraîtrait presque familière :

Il y a de cela quelques années, un autre pays a rendu illégal l’usage des télécommunications par VoIP et a fait filtrer les flux correspondants pour empêcher ses citoyens de communiquer sans être surveillés, ainsi que pour s’assurer une rente financière confortable… Ce pays, c’était la Tunisie quelques mois avant les révoltes du Printemps Arabe.

Ce genre de blocage n’a néanmoins pas suffit au dictateur présent en Tunisie pour contrôler son peuple, mais cette révolte populaire a été rendue possible grâce à la participation de nombreux hackers fournissant les armes numériques aux révoltés.

Espérons que le cas de l’Ethiopie se médiatise bien plus pour que ses habitants ne soient pas oubliés dans les prochains mois…

PS : Remarquez en France, on risque toujours 3 ans d’emprisonnement pour le téléchargement d’un MP3…

Mise à jour : Plus d’infos ici !

Source et Image

2 Commentaires sur cet article

  1. Putain C’est n’importe quoi !!! J’hallucine complet !!!

    Répondre
  2. Nous devons tous sunir pour liberer la voiP, seul source des revenu pour les taxiphones en Afrique.
    Aussi je vous informe que comorestelecom vient aussi de bloquer la voip

    Répondre

Leave a Reply Annuler la réponse