Share
Nikopik interviewé par France Culture pour répondre au Ministère de la Culture et à Hadopi

Nikopik interviewé par France Culture pour répondre au Ministère de la Culture et à Hadopi

L’affaire des téléchargements supposés du Ministère prend de l’ampleur et commence à intéresser les médias traditionnels…

Voici que France Culture s’y penche à son tour, et me donne la parole pour répondre au démenti très léger du Ministère de la Culture et d’Hadopi :

C’est aux alentours de 5 minutes 10 que vous retrouverez ce sujet 😉

 

12 Commentaires sur cet article

  1. Oui, je t’ai entendu en partant au taf et ai versé ma petite larme 🙂

    Répondre
  2. C’est vrai que dans le process Hadopi ils peuvent vérifier que le fichier est fiable et que tu l’as télécharger intégralement, mais j’accode assez de confiance à ce site YHD puisqu’en testant mon IP perso, j’avais bien 2 fichiers que j’avais téléchargé (sans passer par mon VPN 🙂 donc ce site ne balance pas des IP bidons au hasard…
    Ce qui serait formidable c’est qu’on puisse prouver que ces téléchargements ont eu lieu.
    Peut-on retrouver les logs de connexion de ces IPs en utilisant les mêmes mécanismes qu’Hadopi (et donc assimiler ça à une preuve, tout comme eux 🙂

    Répondre
  3. Sylvain Lemoine

    Ca commence à prendre de l’ampleur cette affaire !!! Fais gaffe en sortant de chez toi maintenant … =P

    Répondre
  4. enfin en écoutant, pour l’auditeur lambda… ça finit par « Hadopi est plus fiable que toi… » 🙁 . ah c journalistes… 😉

    Répondre
  5. Bien joué, c’est grâce à des contributions comme la tienne que les choses peuvent avancer 😉

    Répondre
  6. « …pour identifier les dangereux pirates »
    J’ai ri

    Répondre
  7. Jusqu’où iront-ils dans le genre « on vous prend pour des abrutis »?

    En tout cas Nicolas, c’est cool que tes articles fassent des vagues parce que c’est pas en restant les bras croisés que les choses vont s’arranger.

    Répondre
  8. Question con, si TMG doit télécharger une partie du fichier pour valider que la personne le partage… Euh pardon… Pirate (pour reprendre les termes officiels).
    Il doit bien y avoir un moment où l’adresse IP de TMG se retrouve sur le tracker et donc on devrais savoir ce qu’ils surveillent. Non ?

    Autre possibilités, quand le ministre dit que ce n’est pas comparable c’est parce que YHD.com surveille les trackeurs bittorent alors que TMG surveille la mule et d’autres trucs du genre donc forcement, c’est pas comparable, c’est pas le même réseau…

    Mais ce qui me fait le plus rire à chaque fois c’est le coup du « rien ne peux être téléchargé illégalement EN P2P sur le réseau du ministère ». Ça veut dire que MU et Rapidshare tournent à fond ?

    Répondre
  9. Bravo Nicolas!
    Nous allons avoir des contrôleurs contrôlés par d’autres contrôleurs qui seront eux mêmes contrôlés ,bon j’arrête !!!!

    Répondre
  10. Ils parlent pas du p0rn !!!!!!!!!

    CENSURE ^^

    Répondre
  11. blackillzone

    Ils ont parlé aussi vite fait de ton article sur la radio Contact (une radio du Nord)

    Répondre
  12. C’est la célébrité qui commence !

    Répondre

Laisser un commentaire