Share
Google+, le meilleur réseau social ?

Google+, le meilleur réseau social ?

Le 28 juin 2011, Google a lancé un énorme pavé dans la mare avec son service de réseau social Google+.

Bien vite, les curieux et les geeks se sont emparés des invitations pour tenter de voir ce que leur réservait le géant des moteurs de recherche, et se sont aussi empressés de comparer Google+ avec Facebook ou Twitter.

Les réactions de certains ne se sont pas fait attendre, et l’on voit encore des articles déclarant (sans argumentation) que Google+ était un service mort-né, et qu’il ne fera pas long feu sur la toile.

Maintenant que le service tourne depuis quelques mois et tout le monde peut le rejoindre librement, il est intéressant de faire un point sur Google+ et sur le potentiel faramineux qu’il représente (selon moi) face à Twitter et Facebook, ses deux plus gros concurrents.

Suivez le guide 😉

 

Une croissance très importante

Si de nombreux sites ont souligné le fait que Google+ n’a mis que 3 mois à attendre les 50 millions d’utilisateurs, beaucoup ont aussi parlé d’une débandade due à une baisse du trafic de 60% selon une source externe.

Il est intéressant de comparer ces chiffres et de faire quelques recherches plus approfondies dessus ^^

En ce qui concerne les 50 millions d’utilisateurs, il s’agit d’un chiffre estimé par Paul Allen, une personne se présentant comme l’ « analyste non-officiel » de Google+. A juste titre, puisque ces prévisions se sont avérées fausses.

Le chiffre officiellement fourni par Google+, il y a seulement 6 jours, est de 40 millions d’utilisateurs inscrits…

Cela vous semble peu face aux 800 millions d’inscrits à Facebook ? Effectivement, ce chiffre de 40 millions peut ne pas sembler énorme. Mais regardons le taux d’adoption des différents réseaux sociaux :

Même si le véritable chiffre à prendre en compte pour Google+ est de 40 millions d’utilisateurs, nous aurions une courbe qui ne serait que légèrement moins raide. Le taux d’adoption au réseau social de Google est extrêmement important, bien plus que tous les réseaux sociaux ayant existé à ce jour.

Autre point de comparaison : si ce chiffre de 40 millions d’utilisateurs est souvent comparé aux 800 millions de Facebook, il est bien moins comparé aux 100 millions d’utilisateurs de Twitter. Twitter est-il pour autant un réseau social 8 fois moins influent ou important que Facebook ? Je n’en ai pas l’impression…

Concernant la soit disant chute de 60% du trafic, on peut voir que ces données proviennent de l’entreprise Chitika, qui est tout simplement un concurrent direct de Google dans le domaine de la publicité en ligne ! De plus, ces statistiques sont basées sur les articles postés publiquement sur Google+. Qui peut expliquer à Chitika que les échanges se font aussi entre les cercles sur Google+ ? De quoi prendre du recul sur cette information non ? 😉

Comme quoi des données chiffrées brutes ne veulent pas dire grand chose, alors attention à ceux qui les utilisent à tout va pour enterrer Google+. Le mieux est encore d’utiliser directement ce réseau social pour comprendre sa portée et son influence sans cesse grandissante, plutôt que de faire des conjectures basées sur des statistiques biaisées !

 

Une interface facile d’utilisation

L’arrivée de Google+ a déclenché un vent de panique du côté de Facebook. Peu après sa sortie, l’entreprise de Mark Zuckerberg s’est empressée de copier la plupart des nouveautés intégrées dans G+.

Après cette période de copie, Facebook a réagit en sortant une nouvelle présentation des profils, nommée Timeline, ainsi qu’une nouvelle interface de programmation d’applications.

Ceci n’est qu’un avis personnel, mais je n’ai pas l’impression que ces changements, appelés à être révolutionnaires, aient véritablement modifié la vie des utilisateurs de Facebook. Ils auraient même eu tendance à l’avoir bien plus compliqué.

Du côté de Twitter, et ce n’est là que mon avis personnel, je n’accroche pas du tout à l’interface, que je ne juge pas du tout intuitive pour suivre des conversations ou des commentaires sur un sujet. Et cela fait bien longtemps, à ma connaissance, que de véritables changements n’y ont pas été apportés.

 

De véritables conversations

Twitter présente un autre gros défaut : la limitation à 140 caractères.

Beaucoup diront que cela oblige à rester concis. D’après mon expérience, c’est surtout terriblement frustrant et réducteur. La moindre phrase un peu longue doit être épurée si l’on souhaite qu’elle puisse tenir dans cette limite, ce qui laisse bien peu de liberté à notre pensée pour s’exprimer…

L’interface est aussi peu adaptée à amener une conversation intuitive, et je ne parle pas des hashtags et des autres bricolages (encore une fois, ce n’est que mon opinion) tels que l’utilisation des codes RT, OH, FF, HT, TT, etc… bien loin de favoriser le dialogue, ainsi que l’appropriation du réseau social par le grand public.

D’ailleurs les sujets postés sur Google+ n’ont pas besoin de ce genre d’artifices pour être facilement retrouvés (bien que les Hashtags sont arrivés il y a peu sur G+, mais ils ne s’utilisent principalement que pour effectuer des recherches, et non pas comme indicateur de mots clés).

En ce qui concerne l’utilisation des liens raccourcis, je trouve qu’il s’agit d’une aberration, uniquement utilisée pour arriver à faire rentrer des URL + un peu de texte dans 140 caractères. Lorsqu’on n’a que le lien raccourci, on ne sait même pas où il va nous mener… Le fishing a encore de beaux jours devant lui avec ce genre de pratique.

Quid des conversations sur Facebook ? Allons jeter un oeil sur des pages très consultées.

Par exemple, la page publique d’Eric Dupin, fondateur de Presse-citron.net :

Tout semble être là pour faciliter les commentaires et le partages des informations. Et pourtant, on peut voir que les articles n’ont pratiquement pas eu d’actions de la part des internautes. On peut constater la même chose sur la page Facebook de Presse-citron

Désintérêt des internautes pour le célèbre blogueur ? Que nenni ! Regardez ce qu’il se passe sur Google+ pour le même sujet :

Alors que sur Facebook, à peine une seule personne a été active sur un sujet, il y a eu plus de 30 interactions avec le même sujet sur Google+, alors qu’il y a 20 fois moins d’utilisateurs présents que sur Facebook !

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, même pour les sujets qui ne sont pas liés à l’actualité informatique.

Mais alors, d’où provient cette énorme différence de participation de la part des adeptes de Google+ par rapport à ceux d’autres réseaux sociaux ?

Je pense qu’il y a plusieurs explications. En voici déjà quelques unes :

Il n’y a pas d’articles mis en ligne automatiquement sur Google+, ou alors, cela est très minoritaire. Contrairement à ce qui se fait beaucoup sur Facebook ou Twitter, et donc où les personnes qui publient sont moins présentes. Cela ajoute aussi un petit côté plus humain, non négligeable pour gagner la sympathie des visiteurs 😉

L’interface, extrêmement claire et intuitive, est conçue pour faciliter les échanges. Si cela ne saute pas forcément aux yeux, cela se ressent énormément à l’utilisation. Les +1, les partages et les commentaires fusent très rapidement.

Les personnes présentes n’ont pas du tout le même état d’esprit. Je m’explique : si j’ajoute une dizaine de personnes semblant partager les mêmes centres d’intérêts que moi sur Google+, je peux suivre ce qu’elles choisissent de me partager, et elles sont en général très contentes de diffuser des informations à d’autres utilisateurs. Si je fais la même chose sur Facebook, je reçois rapidement une dizaine de mails me demandant « T’es qui toi ? Pourquoi tu m’ajoutes ? On se connait ?« . Facebook est un réseau social essentiellement utilisé pour la vie privée, et non pas pour faire de la veille. Du coup, chacun reste un peu dans son coin, ou avec ses contacts proches. L’échange vers l’extérieur y est très limité.

L’ajout d’un trop grand nombre de personnes comme contact est proscrit sur Facebook. Si vous souhaitez ajouter quelques dizaines de personnes vous semblant intéressantes à suivre sur ce réseau, Facebook va très vite bloquer la possibilité d’ajouter des amis sur votre compte, vous prenant pour un spammeur. Sur Twitter, cela n’est pas autant régulé, mais il n’est à ma connaissance pas possible d’ajouter un paquet de personnes à suivre en quelques clics. Sur Google+, il est possible d’ajouter des personnes pour faire de la veille par centaines en un seul clic, grâce aux partages des cercles.

 

Des fonctions annexes bien pratiques

L’intégration de Google+ avec les comptes Google est aussi extrêmement pratique. Vous avez directement les notifications de votre flux G+ qui s’affiche lorsque vous êtes sur GMail par exemple. Si vous faites une recherche sur Google, vous pouvez voir qui de vos contacts à plussoyer (je ne vois pas comment appeler autrement le fait de mettre un +1) un contenu, ce qui serait sûrement plus susceptible de vous intéresser…

La fonction de chat audio et vidéo intégré à Google+, que je prenais au début pour un gadget, est très bien conçue et permet de faire des vidéos-conférences très sympa, mais aussi de suivre en tant que spectateur les débats de personnalités plus connues.

L’application pour mobile, si elle est encore perfectible, est tout de même pratique à utiliser. Signe des temps d’ailleurs, j’ai désinstallé celle de Facebook sur mon mobile, car je n’y allais quasiment plus depuis mon passage sur le réseau social de Google…

Voilà en ce qui concerne les principales fonctions annexes.

 

Conclusion : L’avenir des réseaux sociaux est-il sur Google+ ?

Quand je vois à quel point les interactions se font facilement avec 20 fois moins d’utilisateurs que sur le principal réseau social, je ne peux m’empêcher d’imaginer ce que cela donnera d’ici quelques années…

Ma notoriété actuelle sur Internet, je ne la dois pas à Facebook ou Twitter, noyé dans la masse des gros comptes influents (et parfois bien peu pertinents…).

Je la dois à Google+ et aux nombreuses personnes qui participent activement à commenter, échanger des points de vue, partager… à un niveau que je n’ai encore jamais vu dans aucun autre réseau social jusqu’à présent. Et ce n’est que le début !

Une mise en garde donc aux agences qui vendent des nombres de fans Facebook comme indicateur pour les entreprises en mal de notoriété : votre nombre de fans n’est absolument rien s’ils ne participent pas sur votre profil.

Les gens vont sur Facebook et aiment une page pour ce qu’elle représente (« Regardez tous, je suis fan de Nikopik ! » :-p), pour exprimer leurs goûts et leurs opinions, mais rarement pour échanger avec l’entreprise ou la personnalité (qui souvent ne prennent pas la peine de le faire).

D’ailleurs, et c’est une autre des raisons de l’échec de certaines personnes influentes sur le nouveau réseau social, Google+ oblige les tenanciers d’un profil à s’adresser bien plus à ses suiveurs que dans n’importe quel autre réseau. Une pratique que certains ont encore du mal à assimiler, mais une évolution normale vers une communication allant dans les deux sens. Les réseaux sociaux vont sûrement évoluer vers un véritable lieu d’échange, bien plus vivant que tout ce que l’on a connu jusqu’à présent, et non pas vers une plateforme de publicité à sens unique (beaucoup d’entreprise et de personnalités utilisent encore Facebook comme cela avec leurs « fans »).

Une chose aussi : confier la notoriété de sa marque ou de sa personne à Facebook est très risqué. Non seulement vous ne savez pas ce que deviendra l’entreprise bleutée dans les années à venir (surtout avec l’image désastreuse qu’elle traîne et la concurrence féroce qui fait rage sur Internet), mais en plus vous risquez de vous faire purement et simplement supprimer votre page sans avertissement. C’est la mésaventure qui est arrivé à la page « Le Dixième Art ». Avec 10 000 fans durant le début de l’année 2011, la page a été supprimée par Facebook, selon le motif que le compte administrateur était « fantôme » (difficile de faire plus vague n’est-il pas ?). Elle se traîne aujourd’hui péniblement à 500 fans

PS : tout ceci n’est que mon avis personnel, basé sur l’expérience que j’ai pu vivre sur Internet au travers des 3 plus gros réseaux sociaux, mais ça ne m’empêche pas de l’argumenter 😉

PS2 : Et pour ceux qui n’y croient toujours pas, jetez un coup d’oeil aux commentaires de cet article sur Google+ !

43 Commentaires sur cet article

  1. Excellent article! L’un des meilleurs que j’ai pu lire sur « l’évolution » de Google+.

    Répondre
  2. Alors là tout est dit =o

    Répondre
  3. C’est dommage par contre on peut pas mettre de +1 sur les articles de ton blog 😉

    Répondre
  4. Merci pour cet éloquent article !

    Comment je fais pour mettre en ligne automatiquement mes articles WordPress sur Google+ ?

    Répondre
  5. Ben si, on peut, d’ailleurs il y a plus de « +1 » que de « j’aime’ 😀

    Répondre
  6. Merci pour le lien vers Widget Plus ! Cependant, tu as répondu sur Google+ à une question posée sur ton blog, ce qui montre bien la confusion que j’ai moi aussi. Connais-tu un moyen pour que les commentaires du blog soient ceux de Google+ ? Je sais que Facebook a une option de ce genre.

    Répondre
  7. arf je vois que le bouton pour retwetté sous opéra

    Répondre
  8. C’est vrai que l’absence d’API qui tienne la route est gênante pour le développement de Google mais c’est peut être un avantage pour la qualité des contenus. J’attend les comptes pro avec impatience.

    Répondre
  9. Bel article, tout pareil que toi je n’ai encore jamais vu un tel niveau de participation.

    Espérons que ce n’est pas un phénomène de nouveauté. Ou que les société de marketing vont commencer à venir semer le boxon.

    Ca sera à chacun d’être vigilant et de signaler tous les écarts de conduites pour garder un G+ aussi propre que possible. (Pour ma part je signal dès que je vois un compte qui ne correspond pas au profil G+ habituel : compte avec la même pub qui revient tous les jours, pub pour du porno etc …)

    Je ne me vois pas partir ailleurs, je ne dois ma participation sur des réseaux sociaux qu’à Google qui ont tout compris de ce que devait être un social media.

    @David Latapie
    Pour l’instant l’api G+ ne permet pas de développer encore des applications qui permettent des interactions complexes avec la plateforme. Mais ça viendra, pas d’inquiétude à avoir. Il faut juste s’armer de patience.

    Répondre
  10. Très bon article nico, pas trop court, pas trop long et je pense que tout est dit 🙂

    En ce qui concerne les hashtags sur G+ je trouve qu’ils ont leur utilité car les personnes qui nous suivent peuvent se référer à des catégories par exemple si l’on tag comme il faut 😉

    Par exemple sur mon compte G+, je commence à mettre les tags sur mes vieux articles :
    #crazywsGif
    #crazywsVideo
    #crazywsPhoto
    #crazywsAndroid
    #crazywsHardware
    #crazywsScience
    #crazywsHack
    #crazywsSecurity
    #crazywsInfographic
    #crazywsWebdev
    #crazywsWebdesign
    #crazywsPoll
    #crazywsTips
    #crazywsMusic
    #crazywsGaming
    #crazywsTuto
    #crazywsSerieTV

    Répondre
  11. Très bon article, bien étayé !
    j’aime la fin, quand on arrive sur les boutons : Facebook 0, G+ 22 !
    voilà, ça résume tout….

    ton paragraphe sur l’interaction entre le posteur et ses cercles est pour moi la représentation du partage
    j’avais Korben dans mes cercles, comme beaucoup, je l’ai retiré parce qu’il poste, et puis plus rien
    à contrario, je ne connaissais pas Nicolas, j’ai lu par hasard un post, et depuis…. bah je fais comme tout le monde
    et ce qui est plaisant, c’est bien de voir que Nicolas est bien avec nous : je reprendrai ton post sur les mouvements occupy, où nous avons eu un vrai débat, avec, cerise sur le gâteau, M. Bayrou qui est venu discuter car Nicolas l’avait interpelé : seul G+ permet ce type d’échanges

    par contre, n’est ce pas la « mort » des commentaires sur les blogs ?
    je suis des personnes qui postent su G+ et Facebook en même temps, difficile de suivre les conversations
    si je répond ici, il n’y a que les personnes présentes qui lisent (euh… oui, c’est logique)
    mais comme Nicolas post en même temps sur G+…

    comment fais tu pour suivre justement ?
    (d’ailleurs, ça fera office de test sur ta réactivité entre ton blog et G+)

    Répondre
  12. mince, je pensais qu’il y aurait l’heure : il est 19h24 chez free

    Répondre
    • Et il est 19h28 sur ma Freebox ^^
      Je cherche un moyen d’ailleurs de synchroniser les commentaires entre Google+ et WordPress, mais je n’ai trouvé jusqu’à présent que des solutions bancales.

      Ça serait pourtant l’idéal ! Mais en faisant tout de même attention à ne pas trop dépendre d’un seul acteur du Web pour continuer d’exister :-p

      Répondre
      • argh ! tu m’as eu ! 😀
        franchement, vu l’activité sur ton même post sur G+, je ne pensais pas que tu aurais répondu aussi vite….
        trop fort Nicolas, on comprend mieux les 8000 suiveurs
        bonne continuation, je retourne sur G+

        Répondre
  13. Article agréable et bien rempli, en effet. Par contre je regrette de ne pas avoir lu une ou deux phrases sur le danger que peut représenter un tel réseau social, comme tu le fais pour Facebook.

    G+ reste une grosse base de données qui trouve son bonheur dans la collecte d’informations en tout genre ; tous ces monstres ont la même mentalité de mégalo, donc méfiance.

    Répondre
  14. Néanmoins , vous avez oublié de comparer les interface de programmation ( API de chaque reseau ), que dite vous de ce coté ?!

    Répondre
  15. Bravo.
    Enfin quelqu’un qui dit tout haut les choses. A force de voir Google+ se faire casser en 2 à la moindre occasion, ça fait plaisir de lire ce genre d’article qui met en évidence des exemples pertinents.

    J’ai connu ton blog via Google+ justement 🙂
    Bonne continuation !

    Répondre
  16. très bon article a lire avant d’aller fire dodo!!
    et comme dit @eeeoui, moi aussi j’ai connu ton blog (now,dans mes bookmarks) via G+!! comme quoi?!! « les chiens ne font pas des chats » » …aucun rapport, en fait si, mais je me comprend ^^

    Répondre
  17. Moi aussi j’ai connu ton blog grâce à G+ . En fait j’avais envoyé une requête google search pour obtenir une invitation lors du lancement private, qui m’avait renvoyé vers toi. Du coup pour te remercier je t’avais cerclé.
    Vraiment pas regretté, c’est ton flux que je lis le +, de ce que je reçois, c’est le flux francophone le + intéressant.
    Donc déjà je voulais te poser la question, mais à la lecture de cet article, j’ai doublé mon envie de te la poser à toi plus qu’à un autre : aurais-tu un lien vers un vrai guide complet (pdf ou autre) avec approches step by step ? J’ai vraiment très envie de me perfectionner, mais surtout de diffuser un tel guide.

    Sinon :
    1-communauté créée la plus rapide, en 3 mois, presque la moitié de celle de twitter, pourtant effectivement très influente

    2-communauté la plus active/interactive : par rapport à FB, évident, par rapport à tw, je ne suis pas vraiment d’accord.

    3-du coup, G+ vs FB : tout va dans le sens de G+, sauf la préexistence d’un réseau qu’on n’a pas forcément l’envie ou le courage de recréer (objection à cette limitation : l’idée c’est en fait de faire comprendre qu’il ne faut pas s’en recréer, mais s’en créer un nouveau, bien plus riche, bien plus souple, et beaucoup plus facilement via contacts email, surtout si gmail)

    4- G+ vs tw ne me semble pas si net. Les inconvénients dont tu parles n’en sont pas vraiment je pense. j’élimine d’emblée la pauvreté de l’interface : presque personne n’utilise tw site comme interface tw. Les interfaces tierces sont si nombrueses qu’on trouve forcément son bonheur.
    revenons donc au coeur. 140 max, c’est le coeur du concept, ce qui fait selon moi que twitter sera toujours plus réactif en outdoor, en mobilité extrême, en mode reportage/envoyé spécial, plus facile à utiliser sur mobile, car les longs textes sur smartphones, moyen, franchement. Cette caractéristique 140max en comporte donc les avantages inhérents, pendants des inconvénients que tu pointes (à juste titre selon moi).
    Les liens raccourcis effectivement -1-dangereux potentiellement(fishing menace) -2- par manque de transparence nuisent au jugement de la pertinence du lien du message, donc à sa compréhension rapide (on ne peut pas juger la pertinence du lien par rapport à son nom, site de provenance car je sais que si ça vient de nikopik je vais dire c bon, si ça vient de kikoulol.blog.perso.fr …, ni l’intitulé en fin d’adresse kikoulol.synthese_de_ce_que_ma_generation_certes_debile_mais_innovante_veut_dire_a_ses_aines regagne des points face à nikopik.j_ai_la_flemme_de_remettre_des_hastags_dans_mes_vieux_articles).
    Cependant sur tw encore plus qu’ailleurs, tout est affaire de choix de ses contacts, du « savoir follower et défollower ». Avec là encore avantages et inconvénients. Mais si on joue le jeu tw, et que donc on choisit bien et on réactualise régulièrement ce choix, fin du risque fishing et confiance sur la source pour pertinence des liens raccourcis.

    5- Jouer le jeu : le coeur du pb est là. Selon moi, si on joue le jeu de chacun de ces réseaux, à fond, et vraiment, on dégage FB et on garde G+ en 1 sur tous ses devices, et tw en 1 sur son intelléphone (c) :p
    Je crois qu’il ne manque qu’un pearl-tree ou pearl-tree like soit en 3è réseau, soit intégré ds la V3 de G+, et on n’aura plus besoin que de compter sur l’évolutivité de Google.
    Tous les autres réseaux pourraient simplement être remplacés chacun par un cercle G+ (ex de LinkedIn, je pense vraiment recopier tous mes contacts LinkedIn dans mon cercle pro, et désormais ajouter en parallèle, tout en militant pour qu’un max de gens fassent pareil. Nul doute qu’alors Google ferait évoluer ses services pour créer une typologie *simple* (c’est essentiel, sinon usine à gaz, 5 grand max !!) de cercles, pro/perso/créa/info-veille-apprentissage/jeu par exemple, avec des outils plus spécialisés selon l’appartenance du cercle à l’un de ces catégories.

    On gagnerait tous un temps fou avec la convergence. Bon ok on augmente sa dépendance, mais tant que google est transparent et anti-evil, …)

    6- comme dit +Amine « interface de programmation ( API de chaque reseau ) » serait intéressant à comparer. Pour les applis tierces, il y a l’existant, qui en 3 mois ne peut rien signifier encore, mais surtout le cadre de dev de ces applis. L’univers google nous a habitués à un transparence sans comparaison avec les autres géants, on attend donc avec grand intérêt un décryptage par quelqu’un qui serait outillé pour.
    Pour évoquer plus précisément maintenant les applis de publication synchronisée, donc automatisée, le risque est que soit les blogs ne soient plus commentés, soit G+ ne souffre de la même déshumanisation que celle reprochée à FB, non ? Donc le blog ou le flux G+, mais l’un des deux sera deshumanisé.

    je serais curieux de savoir ce que tu en pense, cher nicopik.

    Répondre
    • Je me suis permis d’éditer légèrement la mise en page de ton commentaire pour le rendre plus lisible. Il faut dire qu’il est conséquent et je te remercie pour cela 😉

      En ce qui concerne Twitter, effectivement il y a des avantages à cette plateforme et beaucoup de gens apprécient encore le concept. J’ai bien précisé que c’était mon avis personnel : je n’accroche pas, et je pense que je n’accrocherais jamais. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais vraiment je n’arrive pas à me forcer à passer du temps sur Twitter à cause des inconvénients que j’ai décrit. Je ne pense pas avoir raison ou tort, c’est vraiment une simple question de goût.

      En ce qui concerne les interfaces de programmation, difficile d’avoir un avis sur celle fournie par Google, encore bien incomplète ! J’attends de voir ce qu’ils nous réservent (l’un des responsables s’est exprimé sur ce point il y a très peu de temps, il a précisé que ce n’était qu’une question de jours avant que l’on puisse apercevoir le potentiel de l’API). Attendons donc 😉

      Répondre
  18. Quelques fautes de frappe que j’aimerais éditer … possible ?

    Répondre
  19. pas vu ce lien
    si tu peux pour moi ne serait-ce que remplacer vas par va (« 3-du coup, G+ vs FB : tout vas dans le sens de G+ »). les autres fautes sont supportables, pas celle-là 😉

    Pour toutes les autres questions contenues auxquelles tu n’as pas répondu :p et pour les commentaires que je voulais faire mais j’avais faim et ma fille aussi, je continue la discussion sur g+ sinon, on va pas chacun jongler en copiollant tout le temps.

    Répondre
  20. Je suis arrivé ici grâce à G+ :p

    Répondre
  21. Gabriel besançon

    Pas mal pas mal !!!! très bonne article et plaisant a lire, ça remet effectivement en place les mauvaise langue qui train par ici !!
    Mais aux finale ! ils récupère autant nos données si ce n’est pire( CF le problème de suivie GPS de apple qui été pire cher android) je n’ai pas vérifier mais il y a de quoi s’inquiéter … en même temps si nos données ne sont récupérer uniquement pour la pub …..

    Répondre
  22. Article très bien écrit, bravo. Le problème est que je ne suis d’accord que quand tu compares Google+ et ses concurents.

    Je suis utilisateur des 2 plate-formes. Je connais beaucoup de gens qui utilisent twitter. Je pense donc connaitre les 3 plus gros réseaux.

    1 – Twitter c’est un nuage de SMS qu’il faut savoir trier.
    2 – FB c’est kikoolol land
    3 – G+ c’est effectivement plus mûr, mais maintenant que le site est ouvert que va-t-il devenir ?

    Je considère G+ au même niveau que FB, c’est dangereux. Il va falloir éduquer les gens à l’utilisation de ces réseaux sociaux. Tout le monde sort des articles incendiaires sur FB et la confidentialité. Mais ces gens-là utilisent souvent des iPhone (ou autres produits apple) et G+.
    Je ne reviendrai pas sur FB, le réseau en prend dans les dents tous les jours. Mais quid de Google ? Si tu es connecté à G+/Gmail/iGoogle, malgré le fait que tout est cohérent, connecté, que c’est beau, ca laisse plus d’ouverture à Google pour te traquer. Ils connaissent le contenu de tes mails, de ton carnet d’adresse, de tes recherches, des liens qui t’intéressent dans les recherches, ton réseau d’amis, ce que tu partages, tes rendez-vous, des documents en ligne, tes photos, tes vidéos. Oui tu peux mettre un produit google en face de chacune de ces lignes.
    Tu trouves (toi Nicolas ou un autre, je ne te vise pas précisément, je vise l’internaute, le citoyen derrière son écran) normal que google ait toutes ses infos sur toi. Alors bien sûr tu peux supprimer ton compte, ton historique, mais est-ce que ca veut vraiment dire que G supprime de sa base toutes tes données ? Moi je ne travaille pas chez eux, je n’ai donc pas accès aux sources de leurs applications, ni à leurs bases de données. Personne ne peut donc me certifier que leurs pratiques respectent parfaitement la confidentialité des données des utilisateurs.
    http://www.google.org/flutrends/intl/fr/

    En plus, on parle d’appli intéressante qui tourne sur le réseau social du moteur de recherche comme la vidéoconférence. On est donc obligé de se connecter aux USA pour chatter avec son voisin de palier ? Comme j’aime le répéter Google n’est pas le centre du Web, ce n’est pas 3615 Google. On peut très bien vivre sans Google… difficilement d’accord.

    Je vous propose de réfléchir à ces 2 hypothèses :
    – Si Google est coupé du monde ? Que deviennent vos données ?
    – Si Google devient payant ? Vous paierez pour récupérer vos données ?

    En tout cas, je n’y laisse que mes données publiques (enfin j’essaie) et tant qu’un réseau social qui ne me garantit pas le respect de la confidentialité de mes données, je n’y laisserai rien.
    J’attends donc beaucoup de Lorea.

    Répondre
    • Très bon point de vue effectivement.
      Je me souviens d’un article à propos qu’un internaute qui avait été bloqué, à tort, par Google. Tous ses emails, son blog, ses documents, etc… n’étaient plus accessible,s et Google a beaucoup fait la source oreille avant de se pencher sur son problème…
      Il faut effectivement resté vigilant, même si je considère Google comme une entreprise plus ouverte que Facebook, et aussi plus honnête (avis personnel ;-)).

      Répondre
  23. Même si je suis d’accord avec vous, il y a quand même un truc qui me dérange et c’est rare mais il faut que je vous le dise au risque d’être un poil à coté du « débat », du sujet et de me faire mal voir 🙂

    Si j’étais psy, je dirais à la lecture de cet article et des commentaires qu’on a affaire à des personnes en pleine dissonance cognitive ayant besoin de rationaliser leurs convictions, leurs choix.

    Votre article (et les commentaires sauf le mien) et vos arguments sont très justes, cohérents et tous convaincants pourtant ils ne sont pas valide. La raison est simple, n’importe quel pro Facebook peut faire le même exercice pour défendre « son choix ». Tout comme le votre, son article sera bon.

    Est ce bien le fond du problème de polémiquer sur les atouts de l’un, les avantages de l’autre ? C’est une chaîne sans fin, un dialogue de sourd et les « intellectuels » diront qu’ils exposent leurs idées, leurs point de vue afin de faire avancer le débat et bla bla bla. Si vous voulez mon avis, en réalité le débat aura pas bougé d’une cacahuète après des kms d’arguments !

    Je pense , plutôt, que l’on est dans le « troll politiquement correct » et que vous vous égarez simplement.
    Et si la réponse à la question « quel est le meilleur réseau social » était toute simple ?

    Il n’y a pas de réponse ! Mais il y a « votre réponse » que vous n’avez pas à justifier auprès des autres car elle est forcément bonne pour vous, AUJOURD’HUI, mais pas pour eux. Nous n’avons pas les mêmes objectifs, les même attentes, les mêmes sensibilités et pourtant, pour beaucoup d’entre nous, c’est Google+ qui nous apporte le plus de satisfaction aujourd’hui !

    Que voulez-vous faire ?
    Que recherchez-vous ?
    Comment savez-vous le faire ?
    Comment pouvez-vous le faire ?
    Où pouvez-vous le faire ?
    Auprès de qui voulez-vous le faire ?
    Etc, etc,,,

    Le meilleur réseau social est celui sur lequel vous obtenez le plus de réussite et de satisfaction tout connement …

    Et si vous voulez en avoir le cœur net, essayez d’en parler à votre boulangère, votre épicier ou je ne sais qui encore XD

    Sinon pour moi c’est Google+ 😉

    Répondre
    • Point de vue intéressant 😉

      C’est sûr qu’il n’existe pas de réponse ni de vérité universelle et incontestable dans ce domaine !

      Ça serait comme essayer de prouver par A + B que les PC sont mieux que les Macs, ou que les personnes qui jouent sur consoles n’ont rien compris à ceux qui jouent sur PC, et inversement…

      Toutefois, j’ai écris cet article car je suis tombé sur une vague de pamphlets attaquants Google+ sans argumentation aucune, ce qui m’a motivé à partager mon expérience.

      A chacun de se faire la sienne, mais au moins il existera un point de vue positif et argumenté sur G+ 😉

      Répondre
  24. alphonse

    Très d’accord avec André Casu. Le meilleur c’est celui avec lequel on a les meilleurs résultats.
    Par exemple pour ce qui me concerne ( je parle de moi puisque je connais bien le cas ) aucun retour, commentaire, suivi avec G+ Et tout le contraire avec Facebook, dont singulièrement on dirait aux yeux des détracteurs qu’il n’y a que des gens qui postent la dernière photo de leur cuite ou signalent qu’ils viennent de se casser un ongle qui utilisent Facebook. Il y a des groupes et des pages très actifs sur de nombreux sujets.
    G+ attire beaucoup de « geeks » et on y trouve nombre de discussions tournant autour du dernier I-Chose : sera-t-il blanc clair ou blanc foncé ? les dernières versions du jeu machinchose, les 250 sites qu’il faut consulter pour réussir – plus ou moins – à installer la dernière distribution Litrux… et encore, à condition d’être ingénieur système !
    Facebook et G+ sont très biens et ne s’excluent pas, de même qu’il y a place dans un autre genre pour Blogger, Canalblog, Eklablog, Tumblr, WordPress etc…

    Répondre
  25. Pierre Brunel

    Super article ! Continu comme ça ! Toutes les raisons de laisser tomber Facebook y sont

    Répondre
  26. Hello Nico !! On en avait parlé ensemble au tout début du lancement de G+ et j’étais un peu en attente de plus de trafic, maintenant que c’est le cas et que j’ai fait ma petite étude comparative, je te rejoins tout à fait sur ce que tu dis dans ton article! G+ allie pro et perso, de véritables échanges, je m’étais noté de développer mon profil cette semaine (qui je l’avoue est carrément mort mais c’était voulu pour l’instant ^^ par contre le tien est très riche encore bravo :-)) et tu m’as encore plus convaincue dans ma démarche! Merci pour ce très bon article et pour tout ce que tout nous donne comme infos en général, je te suis souvent même si je ne commente pas beaucoup parce que sur un autre projet, mais là ça va venir ! Bon dimanche ! Biz !

    Répondre
  27. Grange Ivo

    J’ai découvert ton site grâce au JDG, je viens de lire ton article, il est très bien construit, très intéressant, très beau travail 😉

    Répondre
  28. En effet excellent article merci et vive G+ !

    Répondre
  29. Je veux bien croire la croissance exponentielle du reseau Google+ mais il parait que les gens y passent pas plus de 3 minutes alors qu’ils passent des heures sur facebook par exemple
    Il ne suffit donc pas de faire du chiffre, il faut aussi faire de la qualité !

    Répondre
    • La qualité est bien là, mais l’arrivée en bourse de Facebook a été l’occasion de faire ressortir des données venant un peu de nulle part, et ne correspondant pas à grand-chose, afin de dénigrer la concurrence.

      Répondre
  30. perso c’est l’inverse, j’ai comme nikopik.com avant g+ 🙂

    par contre, faisez pas trop de pub pour G+ après on va se trouver avec les trolls qui écuments habituellement fb qui vont viendre ! ^^

    Répondre
  31. vous savez les gars il m’est revenu qu’il y a quelques jours « facebook » aurait commis une erreur sur la révélation de reapparitons des vieux messages, et si c’etait voulu? et pas une erreur pour voir la communication que cela pourrait avoir, je veux dire que ce n’est pas rien, c’est comme garder les « +1 » de Google + qui eux se consevent, et c’est tres bon d’ailleurs qu’ils se conservent, Google + est l’outil du futur, le grand reseau social est arrivé, bravo Google Dieu Google 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire