Share
Une technologie alternative au Bluetooth qui permet d’envoyer des signaux à travers le corps humain

Une technologie alternative au Bluetooth qui permet d’envoyer des signaux à travers le corps humain

Avec le boom des objets connectés arrive un gros problème à régler pour la plupart des industriels du monde des nouvelles technologies : comment faire en sorte que ces nouveaux périphériques compacts consomment le moins d’énergie possible afin de proposer des objets avec une autonomie conséquente ?

Car c’est bien ici une des limitations de nos nouveaux objets High Tech : leur autonomie. Qui a envie de recharger sa montre tous les 2 jours ? Une des pistes de recherche envisagée est donc d’utiliser des technologies de transmission de l’information qui soient bien moins gourmandes que le Bluetooth communément utilisé de nos jours. Et quel meilleur vecteur de ces signaux que notre corps ?

Jiwoong Park, en pleine démonstration de son prototype sur son propre corps
Jiwoong Park, en pleine démonstration de son prototype sur son propre corps

C’est ici une équipe de chercheurs californiens qui a eu l’idée de tester la possibilité d’envoyer et de recevoir des signaux magnétiques diffusés au travers du corps humain. L’un des principal avantage de cette technologie alternative au Bluetooth est que la consommation d’énergie d’un dispositif l’utilisant devient dérisoire face aux technologies sans-fil actuellement utilisées dans les objets connectés de notre quotidien actuel. L’étude conduite estime ainsi que le fait de passer directement pas le corps humain pour envoyer des signaux magnétiques plutôt que de devoir booster le signal Bluetooth afin que notre anatomie ne fasse pas obstacle aux informations transmises serait ainsi 10 millions de fois plus économique

Nos chercheurs imaginent déjà utiliser ce genre de technologie pour créer un réseau de senseurs consommant extrêmement peu d’énergie, afin de pouvoir surveiller en temps réel l’intégralité de notre corps.

Autre avantage de passer par une technologie utilisant notre corps comme vecteur : la sécurité des communications. Il sera plus difficile d’intercepter ces signaux sans avoir un accès physique à votre personne, alors que des signaux Bluetooth peuvent être interceptés à une certaine distance. Une condition Sine Qua None lorsque vous voulez transmettre en continu des informations sur votre santé.

En ce qui concerne les potentiels risques pour la santé, les recherches en cours estiment que cette technique ne devrait pas présenter de risques particuliers.

Ces recherches nous laissent entrevoir de nouveaux usages des nouvelles technologies couplés à notre corps. De quoi accroître les possibilités de monitoring de nos constantes vitales, voire d’envisager de pouvoir créer des montres connectées avec une autonomie bien plus importante dans un avenir proche…

Source

1 commentaire sur cet article

  1. anthony v.

    > En ce qui concerne les potentiels risques pour la santé, les recherches en cours estiment que cette technique ne devrait pas présenter de risques
    > particuliers.

    ahahaha.

    Répondre

Laisser un commentaire