Share
Une extension pour bloquer les pixels espions

Une extension pour bloquer les pixels espions

Peut-être n’êtes-vous pas familier avec le concept des pixels espions (aussi appelés « pixels invisibles » ou « pixels de suivi »). Il s’agit en fait d’une minuscule image d’un pixel sur un pixel qui est intégrée dans certains courriers électroniques, derrière laquelle se cache une véritable technologie de pistage afin que les émetteurs d’emails puissent établir des statistiques sur ce que vous faites avec le courrier électronique qu’ils vous ont envoyé.

Pour fonctionner, ce pixel espion nécessite d’être chargé sur votre navigateur afin qu’il puisse installer un cookie qui va capturer des informations sur votre comportement. Le problème, c’est que quasiment aucune entreprise ne demande une autorisation préalable aux destinataires de ses campagnes d’emailing pour leur expliquer ce qu’est un pixel de suivi, comment il est utilisé dans le cadre de cette campagne d’envoi d’emails et qu’elles sont les informations récoltées. A noter au passage que la plupart des grands sites français, même des sites Web appartenant au gouvernement, ne respectent toujours pas les recommandations de la CNIL… C’est dire si le respect de la vie privée n’est pas encore à l’ordre du jour lors des campagnes d’envois d’emailing !

En bref : peu de recours pour vous si vous ne voulez pas que ces pixels espions traquent vos habitudes… Mais si vous utilisez le navigateur Chrome et le fournisseur de messagerie électronique Gmail, voici une extension qui pourrait vous dépanner.

Baptisée PixelBlock, cette extension pour Chrome permet de vous signaler quand un pixel espion est inséré dans un email. Elle vous signale aussi quelle est la source de ce tracking, en affichant une infobulle lorsque vous cliquez sur l’icône rouge de l’oeil barré symbolisant le blocage du monitoring de vos activités sur votre boite de réception :

Et non, tu ne sauras pas ce que je fais avec mes emails !
Et non, tu ne sauras pas ce que je fais avec mes emails !

Ainsi, les envois publicitaires et les newsletters que vous recevrez n’auront aucun moyen de savoir si vous avez ouvert leur email, si vous l’avez directement mis dans les spams ou à la corbeille, ou si vous l’avez transféré à un autre contact.

Si vous utilisez Chrome et Gmail, n’espérez tout de même pas que vos données de navigation soit à l’abri des regards indiscrets ! Google reste une des entreprises qui traquent le plus les habitudes de ses utilisateurs. Néanmoins, il s’agit ici d’une bonne initiative pour tenter de reprendre le contrôle des données que certaines entreprises récoltent sur nos habitudes de surf. Espérons qu’une version adaptée à de nombreux autres fournisseurs de messagerie et pour d’autres navigateurs Web puisse prochainement voir le jour !

Source

5 Commentaires sur cet article

  1. rodondomator

    Sommes-nous toujours concerné si nous utilisons un courielleur tel que thunderbird ?

    Répondre
  2. y’a encore plus simple : ne pas utiliser de service tel que outlook ou gmail, et lire les emails en texte brut uniquement…

    Répondre
  3. charles

    « Ainsi, les envois publicitaires et les newsletters que vous recevrez n’auront aucun moyen de savoir si vous avez ouvert leur email » … et ils ne pourront plus savoir s’il faut arrêter les envois!
    Ces statistiques servent à déterminer les adresses inactives, cela permet ainsi à celui qui envoie une newsletter de nettoyer sa base en retirant de la liste des envois ces mêmes adresses.
    Ces données permettent aussi de se faire une idée du taux de satisfaction des lecteurs d’une newsletter et ainsi d’en améliorer le contenu ou la présentation.
    Faut pas voir le mal partout, l’utilisation qui est faite de ces pixels de tracking dépend principalement de la politique des sociétés qui sont derrière les envois.

    Répondre
  4. Il suffit d’ouvrir l’email sans afficher les images, ce que proposent beaucoup d’outils par défaut tels que outlook ou thunderbird pour ne citer qu’eux.
    Après, il est vrai que sans les images certain mails ne ressemblent à rien.

    Répondre

Laisser un commentaire