Share
Une technique originale pour trouver un nouvel emploi : le CV de vos échecs

Une technique originale pour trouver un nouvel emploi : le CV de vos échecs

Ayant été récemment en recherche d’un nouveau job, je peux vous assurer que le marché de l’emploi est aujourd’hui encore très tendu, et qu’il est de ce fait très difficile de se différencier positivement face aux dizaines de candidatures que reçoivent les responsables de recrutement à la moindre offre mise en ligne.

Un chercheur d’emploi a néanmoins su sortir du lot grâce à une technique originale, qui tranche par rapport au modèle de la candidature traditionnelle : il a créé un CV de ses échecs professionnels.

On parle ici d’un chercheur d’emploi américain, pays où la reconnaissance des échecs passés est considérée comme étant une chose positive, prouvant que le candidat a su affronter des épreuves difficiles, en tirer des leçons et se remettre en question d’une manière adéquate.

Ainsi le CV de Jeff Scardino comporte de nombreuses références aux nombreux revers qu’il a dû affronter durant sa carrière de directeur artistique. En mettant en avant ses manquements plutôt que des qualités sur-vendues, voire même parfois carrément mensongères, Jeff espère ainsi démontrer que la sincérité peut payer plus que la malhonnêteté dans un Curriculum Vitae :

Le CV de l'échec, une manière originale de se vendre en mettant en avant ses fiascos passés.
Le CV de l’échec, une manière originale de se vendre en mettant en avant ses fiascos passés

Une stratégie qui s’avère véritablement payante, puisque le même CV en version traditionnelle envoyée à 10 recruteurs n’a reçu absolument aucune réponse, tandis que son CV de l’échec lui a permis d’avoir les retours de 8 entreprises, dont 5 qui lui ont proposé un entretien.

Si l’idée est véritablement originale et rafraîchissante, il est probable qu’elle ne puisse s’appliquer qu’à certains types de métiers, surtout portés sur l’aspect créatif ou sur la remise en question permanente de ses acquis.

Néanmoins, l’état d’esprit français en ce qui concerne la reconnaissance des échecs professionnels reste bien loin d’égaler celui des USA : si aux Etats-Unis, ces derniers peuvent être considérés comme étant parfois plus pertinents qu’une liste de diplômes, la France reste ancrée dans des préjugés et ferme la porte à ceux qui ont pu affronter des épreuves professionnelles par le passé. Une idée qui ne résiste pourtant pas à l’épreuve des faits, la totalité des grands hommes et femmes de ce monde étant bien entendu passée par une période d’échec avant de pouvoir atteindre le succès. Ça en est presque une condition sine qua non ! Ainsi, la prise de risque n’est pas prise en compte, et les profils les plus lisses sont ceux qui sont le plus souvent retenus. Et certains cherchent encore à comprendre pourquoi notre beau pays a du mal à avoir des entreprises innovantes et dynamiques…

Source

Laisser un commentaire