Share
TF1 a essayé de subtiliser une vidéo du journal 20 Minutes et d’en réclamer les droits d’auteur

TF1 a essayé de subtiliser une vidéo du journal 20 Minutes et d’en réclamer les droits d’auteur

Il est toujours extrêmement drôle de constater que ceux qui nous prêchent de respecter à la lettre les droits d’auteur ou la propriété intellectuelle d’autrui soient aussi ceux qui tentent de les bafouer sans vergogne.

Ainsi, nous avons ici une situation où TF1 a subtilisé une vidéo de 20 minutes pour l’utiliser dans une de ses émission, et dont la chaîne française s’est ensuite réclamée la propriété pour la faire retirer de la page YouTube du journaliste de chez 20 Minutes. Un comble…

C’est Julien Ménielle, journaliste chez 20 Minutes et rédacteur en chef adjoint de la section vidéo, qui a découvert cette situation plutôt accablante pour TF1 :

Devant le tollé généré sur Twitter par ce genre de pratique, TF1 a semble-t-il rapidement fait marche arrière pour ne plus réclamer à YouTube le droit sur cette vidéo, qui de toute façon ne lui appartenait pas.

Pour plus de clarté, Julien nous précise comment se sont déroulés les faits :

Voilà ce qu’il s’est passé :

  1. TF1 utilise un extrait de mon interview de José Bové (jusqu’ici pas de problèmes) dans l’émission de Canteloup (vers 6 minutes) sans demander l’autorisation (bon, admettons) et en croppant l’image pour faire disparaître le logo 20 Minutes (là, non)

  2. Je récupère l’extrait (moins de 30 secondes) de l’émission de Canteloup pour le mettre sur ma page YouTube perso

  3. Je reçois une notification de YouTube qui me prévient que suite à la réclamation de TF1, la vidéo a été supprimé de mon compte et qu’à la 3ème incartade mon compte sera supprimé (c’est comme ça qu’ils procèdent)

  4. Je tweete le mail de YouTube, TF1 retire sa réclamation et la vidéo est de nouveau en ligne sur mon compte perso

Cette situation problématique a pu être rapidement soldée grâce à l’éclairage médiatique dont dispose 20 Minutes, mais que se serait-il passé si TF1 avait décidé de s’approprier le contenu d’un vidéaste amateur et de faire comme s’il s’agissait du sien ? Nous avons ici je pense une bonne illustration des dérives qui peuvent être provoquées par la toute puissance donnée aux gros producteurs de contenus sur YouTube. Ce n’est pas pour rien qu’un youtubeur a récemment décidé d’attaquer Google à ce sujet

Source

5 Commentaires sur cet article

  1. Patos le fourbe

    C’est d’autant plus laid que TF1 possède MetroNews, feu le concurrent de 20Minutes.

    Répondre
  2. Johan

    Ils sont coutumiers du fait.

    Il y a 1 an et demi, j’ai eu la mauvaise surprise de voir une vidéo de ma fille, à l’âge de 6 mois, utilisée dans une séquence consacrée à un humoriste (Demaison), dans une émission d’Arthur. On parle d’une bonne 20aine de secondes. Surprise d’autant plus mauvaise que mes (rares) vidéos sont en « privé » dès qu’il s’agissait d’elle.

    Un échange de recommandés plus tard avec la prod’, je me suis retrouvé désarmé face à au motif invoqué : c’était une information, donc le droit à l’image sur mineurs sauterait, selon eux. L’information étant en l’occurence de faire rire le plateau avec un bébé riant sur un spectacle de Demaison… J’étais hors de moi, mais complètement désarmé malgré le fait qu’il est clair qu’il y a un abus, les JT justement, qui eux font de l’information, floutant bien les visages de mineurs dans de nombreux reportages… Pot de fer contre pot de terre, quoi…

    Répondre
    • Comment ont-il trouvé la vidéo de ta fille? :O

      Répondre
      • Johan

        Je ne suis pas certain. J’ai soupçonné un fail de combinaison YT+FB, malgré des profils privés et vidéos non publiques… Même quand on est un utilisateur averti et souçieux de ne pas partager au monde entier, il faut vraiment être vigilant sur tous les détails des configurations… Ca n’enlève rien aux méthodes nauséabondes de ces « journalistes », tout juste bons à se torcher avec la loi :’) #trèsrancunier

        Répondre
  3. D’après l’explication de Julien Ménielle, contrairement à ce que prétend le début de l’article, ce n’est pas la vidéo originale qui a été supprimée du compte YouTube du journaliste, mais un extrait d’une émission de TF1 dans laquelle apparaît sa propre vidéo. Ça peut paraître un détail, mais ça laisse croire que TF1 censure des vidéos originale appartenant à d’autre alors que ce n’est pas le cas.

    Répondre

Laisser un commentaire