Share
Une surveillance automatisée mise en place pour les étudiants par correspondance

Une surveillance automatisée mise en place pour les étudiants par correspondance

Avec l’avènement des universités en ligne et des cours disponibles sur Internet, il est fréquent que des étudiants puissent aussi passer les examens depuis leur ordinateur s’ils ne possèdent pas un centre d’examen proche de leur domicile.

De là se pose la question : comment surveiller à distance et en même temps plusieurs centaines d’étudiants sur leurs ordinateurs personnels ? Tout simplement en exigeant qu’ils allument leur Webcam et en utilisant un logiciel qui va les surveiller de manière automatisée.

L’entreprise Verificient Technologies a développé le logiciel Proctortrack, une solution pour automatiser la surveillance des examens : en analysant le flux vidéo de la Webcam de l’étudiant, le logiciel est capable de détecter les comportements suspects (regards en dehors du champ de la caméra, stylo qui tombe par terre, parler à une autre personne en dehors du champ…). L’identité de l’étudiant est vérifiée par ce biais, et les actions effectuées sur l’ordinateur de l’élève sont aussi analysées, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas non plus de tricherie de ce côté-là.

L’étudiant est ensuite évalué par ce logiciel selon son intégrité présumée, de haute à basse suivant ce qu’il s’est passé durant les examens contrôlés par Proctortrack. Les segments vidéo suspects sont transmis à des surveillants humains, qui peuvent déterminer si oui ou non il y a eu des véritables tentatives de fraude durant les examens.

Le logiciel Proctortrack en action
Le logiciel Proctortrack en action

C’est aux étudiants eux-mêmes de télécharger et d’installer le logiciel Proctortrack sur leur ordinateur personnel, sur demande des professeurs.

Une méthodologie qui n’a pas plu à une des étudiante de l’université américaine Rutgers, Betsy Chao. Cette dernière s’est insurgée contre ces méthodes de surveillance automatisée et  lance une pétition pour enrayer cette automatisation des méthodes de surveillances des étudiants.

Il faut dire que le logiciel peut être très sensible comme on peut le voir sur le site de Proctortrack : aucune pause toilette n’est tolérée, des gestes simples comme des étirements ou le fait de faire tomber son stylo au sol peuvent vous catégoriser comme potentiel suspect à la triche.

De plus, bien que l’entreprise se défend de partager les informations récoltées à des tierces parties, elle se réserve le droit de pouvoir tout de même le faire dans sa politique de confidentialité.

La ruée vers le marché des cours en ligne pourrait conduire certaines universités et entreprises à mettre en place des méthode de surveillance qui ne seront probablement pas au goût de tous les étudiants. Mais la légitimité de l’obtention de diplômes en ligne passe aussi par une nouvelle forme de contrôle qui reste à définir. Dans le cas de Proctortrack, ce contrôle n’est-il pas quelque démesuré ?

Source

4 Commentaires sur cet article

  1. Salut Nikopik;

    « Dans le cas de Proctortrack, ce contrôle n’est-il pas quelque démesuré ? » : tu exagère là quand même, on parle d’examens, c’est normal de surveiller, faut arrêter de voir le mal partout….

    Répondre
    • Je pose la question. Je pense ne pas être le seul à me poser des questions à ce qu’un logiciel de surveillance enregistre des infos sur mon ordinateur, et qu’il puisse ensuite les revendre à des entreprises tierces sans me donner mon avis.
      S’il ne s’en tenait qu’à son but premier, pourquoi pas, mais là c’est tout de même autre chose non ?

      Répondre
  2. Surveiller est une chose et pendant un examen ça se défend.
    Exploiter les données en est une autre.
    Après, il y aura toujours des tricheurs que ce soit en réel ou en virtuel. Faire une surveillance trop hard est stupide. Elle a raison la demoiselle. C’est un peu du bullshit.
    Faire tomber son stylo nous fait devenir suspect ? Débile…

    Répondre
  3. Nicolas Embleton

    A noter que les entreprises de « Travail à Domicile » (Freelancers) , et surtout dans le domaine informatique, utilisent un procédé similaire depuis pas mal de temps, pour assurer que les télé-travailleurs soient bien à leur siège en train de travailler. (Je pense que Elance, Guru et Freelancer ont leur propre solutions similaires)

    Répondre

Laisser un commentaire