Share
La robotique au service de l’agriculture

La robotique au service de l’agriculture

Nous connaissons tous les bienfaits de la robotique dans la société d’aujourd’hui (notamment dans la médecine ou dans les entreprises demandant un travail difficile pour les hommes).

Mais nous nous demandons souvent ce que la robotique pourrait encore apporter à l’être humain. C’est là que différentes sociétés nous dévoilent leur vision des choses : des robots au service du monde agricole.

li9xxczslxhzy9x887bd
Dans cet article nous listerons et parlerons plus en détails de quelques unes des machines proposées par ces différentes entreprises.

  •  L’Agrobot SW6010:

qwimep4soyebvdcee4ke

Cet engin permet de cueillir des fraises avec une grande efficacité. Des capteurs se trouvant sur les bras du robot permettent de savoir si les fraises sont mûres ou non, sans même les cueillir, en se basant sur leur forme et leur taille. En plus de cela, il est également capable d’empaqueter les différentes fraises cueillies.
Une belle révolution dans le sens où, ici, le rendement ne néglige pas la qualité des produits !

  •  La Vision Robotics Grapevine Pruner:

phoca_thumb_l_IMG_1266
L’égalage est une tâche fastidieuse mais nécessaire pour maintenir des vignes en bonne santé. L’avantage est qu’ici… vous l’aurez deviné : ce robot le fait pour vous ! De l’extérieur on ne voit pas vraiment ce qu’il se passe.

ke12sdxpa4phi3n9ddin
Cependant de l’intérieur, on peut apercevoir des bras mécaniques qui s’occupent de couper avec minutie les vignes.

  • Le Conic System Pro-300:

g4iwqplkvtxjshrc7n22

Même si en apparence cela ressemble à un dispositif industriel, le Pro-3000 est en réalité un robot spécialisé dans l’ensemencement pour les serres. Cette machine est, apparemment, capable de semer jusqu’à 1 000 plateaux par heure.

  • L’Energid Citrus Picking System:

cziqjpxet9piwz5baqpe
Cet engin peu coûteux permet de récoler les oranges à une vitesse équivalente à celle qu’aurait un humain. Cependant, il ne faut pas oublier que contrairement à l’homme, la machine ne ressent pas la fatigue…

  • L’Harvest Automation HV-100:

mkw1mn7mwidqzzr0qisn

Besoin d’un compagnon idéal pour tailler les plantes et organiser les pots dans vos serres ? Dans ce cas ce robot est fait pour vous ! Il a été spécifiquement créé dans le but de travailler aux côtés de l’homme, en plaçant les plantes là où elles doivent se trouver.

  •  L’Agribotix Hornet:

eudt4edrd2lyxspknoq7

Ce drone a été créé dans le but de surveiller et de prendre en vidéo les champs, mais pas que. En effet, grâce à ses capteurs infrarouge, il peut également mesurer la santé des récoltes de là-haut.

J’aimerais savoir ce que vous pensez, vous lecteur, vis-à-vis de cette nouvelle révolution technologique. A mon sens, ces robots ne remplaceront pas les abeilles ni la main d’oeuvre humaine (pour le moment), mais apporteront tout de même une grande aide en matière de temps et de coût. Cependant seront-ils réellement un bien pour tous ces hommes employés dans les champs et pour ceux qui consommeront les denrées produites de manière robotique ? Ce mode de production figurera-t-il le futur de l’alimentation, ou les initiatives originales telles que Soylent Green auront-elles l’avantage à terme ?

N’hésitez pas à débattre dans les commentaires de cet article !

Source et Image

11 Commentaires sur cet article

  1. Symarhu

    C’est une belle avancé. Cependant, je vois deux schémas :

    Le producteur qui voudra plus de rentabilité et donc se procurera ces machines. Les fruits/légumes récolté seront moins cher en vente. C’est avantageux pour le producteur et pour le client final. Cependant, les gens qui faisaient alors ce travail n’en auront plus (ce qui est en fait, un faux problème, je m’explique plus tard).

    Le producteur qui par passion, continuera à la main. En général, ce sont les petits producteurs locaux (bio ou pas). Le problème, c’est qu’il n’arrivera pas à concurrencer les prix lié à la productivité et ne pourra pas en vivre. De plus, ces robots coûtent un prix qu’il ne peut se permettre de mettre sans rentrer dans l’engrenage de la production de masse. Si je fais l’analogie à mon travail (le développement), mon but n’est pas de devenir riche mais uniquement de pouvoir faire ma passion tout en pouvant vivre décemment. Je pense (peut-être à tord) que ce genre de producteur est dans le même cas.

    L’avènement de ces robots est au profit de la production de masse. On peut aller contre sous prétexte que ça supprime des emplois ou autre. Cependant, c’est se battre contre un raz-de-marée, on ne pourra pas résister longtemps. L’agriculture va énormément changer grâce à(ou à cause de) ce genre de chose. Surtout que cette robotique n’est pas incompatible avec les produits bios. Elle remplace seulement la main d’oeuvre. Il va falloir seulement se prendre en main et prendre conscience que le besoin de main d’oeuvre va énormément diminuer (et pas seulement dans le secteur de l’agriculture). Il va falloir changer notre regard sur le travail et considérer que celle-ci ne doit plus être la seule source de revenu. ( cf tout ce qui est lié au revenu de base, mais ce n’est pas le sujet).

    La question qui se pose réellement, ce n’est pas les emplois, c’est plutôt la façon dont va concurrencer un petit producteur locale face à ces gros producteurs qui utilisent ces robots. Comment combattre des prix qui seront forcément inférieur au sien dû aux très faibles coûts d’exploitation? Finalement, quelle est la différence entre une récolte cueilli à la main, et une récolte cueilli par un robot sachant que la qualité du produit est la même (si elle respecte les normes biologique par exemple)?

    Répondre
  2. Duncan Idaho

    Ce qui est intéressant, c’est que ces méthodes semblent prendre en compte l’état du fruit avant récolte… On ne néglige du coup pas la qualité.

    Pour moi, la question de la main d’oeuvre est une fausse question : tous les métiers pénibles (et manuels) ont vocation à être robotisés.
    Ça fera moins de travail, certes, mais la question du chômage est aussi une fausse question : de toutes façons y’a pas assez de travail pour tout le monde !
    Et sans la robotisation de l’agriculture, on n’aurait pas d’aussi grandes plantations !

    Répondre
    • Datawolf

      Il y a déjà tellement de chômage, un peu plus un peu moins…
      Belle mentalité !

      Répondre
      • Symarhu

        C’est justement une question de mentalité. Il faut être réaliste à un moment donnée : La courbe du chômage ne PEUT PAS être inversé. Notre avancé technologique entraîne la suppression de postes et ces robots en sont le parfait exemple.

        Deux solutions : Soit on reste hypocrite et on joue l’autruche en tentant de faire baisser la courbe du chômage (et en jouant sur les chiffres par la même occasion).
        Ou alors, on prend en compte que le chômage n’est qu’une conséquence lié à notre avancé technologique (bon pas que, mais une grande partie) et on s’émancipe. On se libère de cette doctrine qui lie salaire à travail. Il existe des solutions… malheureusement très peu évoqué dans les medias de masse (http://revenudebase.info)

        Répondre
      • Duncan Idaho

        Non : Plutôt que tout le monde n’a pas besoin de travailler pour produire suffisamment de quoi vivre pour tout le monde.

        Dans un monde idéal, on pourrait ne travailler que si on le voudrait, toute la nourriture pourrait être produite par des robots 😉

        Dans tous les cas, certains métiers passent à la trappe du fait de la technologie : Standardiste, conducteur de calèche, les employés qui passaient dans les rues pour allumer les lampadaires au gaz… Et plus actuellement, les employés dans les chaines de production auto ^^

        Répondre
        • Je pense qu’on peut automatiser les tâches les plus fastidieuses et créer des nouveaux postes à plus forte valeur ajoutée. Je suis persuadé que si on change nos mentalités pour se dire que si on produit plus vite et mieux et que d’un autre côté, on fait travailler mieux les gens, on ira très loin. Le seule problème c’est qu’il faut convaincre les patrons de repositionner leurs employés et de les former…

          Répondre
          • Symarhu

            L’objectif n’est pas de se retourner contre les patrons non plus. Quand tu as 200 ouvriers à la chaîne remplacé par 10 machines. Même avec la meilleure volonté du monde, tu ne pourras ni les former, ni les repositionner. Quelque uns, peut-être mais pas tous.

  3. Merci pour cet article, cette technologie est impressionnante mais inutile.

    Tasser la terre avec des machines lourdes fait disparaître les micro organismes qui la composent et empêche les racines des plantes de se développer. Il faut mettre plus d’engrais et de pesticides pour permettre le développement des cultures, ce qui ne permet pas le bio.

    Utiliser des avions et des camions nécessite des usines, des aéroports, des routes, du pétrole et diminue les surfaces de terres arables. Cela suppose aussi de travailler sur de grandes surfaces, et donc d’unifier les surfaces arables restantes : raser les haies, les bosquets, assécher les ruisseaux et les zones humides.
    Dégrader un peu plus les conditions de notre vie.

    Les principales difficultés sanitaires rencontrées par les agriculteurs français ne sont plus liées à la difficulté du travail mais aux produits chimiques qu’ils utilisent.

    Il y a 500 faillites par an dans la profession agricole française et cette profession détient le record de suicide en France. Faut-il continuer à supprimer des emplois en attendant un hypothétique revenu universel ?

    Je ne suis pas sur que la robotisation soit une solution aux problèmes qui concernent l’agriculture, les agriculteurs et les consommateurs.

    Répondre
  4. Le problème est plus important que le chômage ou pas le chômage.
    Il y aura de plus en plus de robot pour faire de plus en plus de taches.
    Le problème, c’est le fondement même de l’économie-dette.
    S’il n’y a plus d’employé, il n’y a plus de salaires, plus de d’endettement du coup la croissance et la création monétaire est stoppée.
    On est déjà dans une économie de l’abondance. Beaucoup d’entreprises produisent plus que ce qu’elles peuvent vendre (ou plutôt que les gens peuvent acheter).

    Lorsqu’on achète un aspirateur robot ou serpillière ou autre. On ne pense pas forcément que ça prendrait la place d’une personne qui ferait le ménage.

    Si l’on compare avec les grand céréaliers qui s’endettent à coup de million d’€ pour acheter des tracteurs (semi-)automatisés. ça revient à 1 personne pour s’occuper de plusieurs centaines d’hectares.
    Le problème robot ou pas robot n’est pas la question. C’est tout le système économique qui approche de son point de singularité.

    Répondre
  5. Le chômage ok mais il y a un aspect a ne pas négliger , la pollution …
    Remplacer des hommes par des machine qui tourne au carburent autour de nos aliments n’est pas une bonne solution..
    De nouvelle usine pour les produire etc etc …
    Une avancé , non je ne pense pas plutôt une régression et surtout un nouveau moyen de faire du fric.
    Je suis d’accord avec Olysh !

    « Tasser la terre avec des machines lourdes fait disparaître les micro organismes qui la composent et empêche les racines des plantes de se développer. Il faut mettre plus d’engrais et de pesticides pour permettre le développement des cultures, ce qui ne permet pas le bio.
    Utiliser des avions et des camions nécessite des usines, des aéroports, des routes, du pétrole et diminue les surfaces de terres arables. Cela suppose aussi de travailler sur de grandes surfaces, et donc d’unifier les surfaces arables restantes : raser les haies, les bosquets, assécher les ruisseaux et les zones humides.
    Dégrader un peu plus les conditions de notre vie.
    Les principales difficultés sanitaires rencontrées par les agriculteurs français ne sont plus liées à la difficulté du travail mais aux produits chimiques qu’ils utilisent. »

    Ça fait 40 ans, depuis l’agrochimie, que l’homme est sur la mauvaise voie niveau agriculture.
    Ce n’est plus un secret, bien que les multinational ce battent pour nous faire croire le contraire.
    Autre chose; lorsque l’agriculteur parcoure sa parcelle pour la maintenance c’est là qu’il détecte les anomalies tel que les maladies les parasites etc.
    Avec ces machines le contrôle ne peut être fait et même pire avec les fraises, elle se retrouvent directement dans sont emballage.
    Je n’est aucun doute que c’est machine seront utilisé, ces sociétés en feront l’outils de demain a grand coup de marketing, enfoncent un peu plus l’agriculteur dans la dette et dans la dépendance des fabricants.
    Comme les pesticides et les engrais..
    Comme d’habitude l’homme fait les choses sens ce soucier des conséquences au nom du bénéfice….
    Serte la robotique nous met des petites étoiles dans les yeux mais il faut rester lucide sur son utilisation..

    Répondre
  6. Petite parenthèse Nikopiks sur ta phrase d’introduction.
    « Nous connaissons tous les bienfaits de la robotique dans la société d’aujourd’hui »
    Et bien, je parle notamment en médecine j’ai pu entendre a plusieurs reprise que finalement avec le recule; la machine opérante est un gouffre financier qui est largement remplaçable par l’homme, un gadget que les hôpitaux regrettes d’avoir investis.

    Répondre

Laisser un commentaire