Share
Hack de Sony : hypocrisie et racisme sous le sapin ?

Hack de Sony : hypocrisie et racisme sous le sapin ?

Les grandes sociétés doivent parfois composer avec des attaques « pirates » qui laissent échapper certaines informations croustillantes. Parfois ces informations dévoilées sont de véritables bombes posées là. C’est ce qui arrive en ce moment à Sony Pictures, confrontée à un des plus gros hack et leak de données de l’histoire.

Suppression d’emplois et délocalisation

Le lundi 24 novembre les employés de Sony Pictures découvrent qu’ils se sont fait pirater, par un groupe qui n’est pas encore identifié. Emails, documents sensibles, productions inédites du studio se sont retrouvés sur la toile. Les fuites ont mis à jour des conversations privées entre certains membres de la direction, ainsi que des documents financiers, juridiques et administratifs très secrets. Quelques 200 gigaoctets, rien que de documents administratifs, en ligne sur Internet, de quoi mettre Sony Pictures horriblement mal à l’aise. D’autant que ce que l’on apprend de tous ces leaks n’est vraiment pas glorieux.

L’industrie du cinéma peste régulièrement sur la mauvaise santé du secteur et des difficultés traversées. La consommation qui baisse, Internet et le piratage qui créent de nombreuses contraintes. Sony s’est déjà plaint à ce sujet. Et en effet, il est vrai que le chiffre d’affaires de la filiale cinéma et production audiovisuelle du groupe n’est pas celui qui pèse le plus lourd dans la balance (moins de 10% des ventes totales de Sony).

Ce que l’on apprend en revanche, c’est que la firme, sous couvert des difficultés financières contraintes par le marché, licencie 230 personnes pour délocaliser leur travail et ainsi assurer une production à moindre coût. De prime abord on pourrait dire «shit happens», c’est la loi des marchés parfois il faut en passer par là pour surmonter les difficultés. Mais c’était sans compter les informations divulguées par le piratage, révélant la face perverse de l’entreprise et un très sérieux manque d’honnêteté.

Hypocrisie tout ça, tout ça…

Plusieurs documents, que The Young Turks nous présente ici, font état des finances de Sony Pictures, notamment des profits générés par les différentes productions.

Et on ne peut pas dire que les films ne rapportent pas d’argent à Sony. On parle bien ici de «bénéfices», pas simplement de recettes, et les sommes sont hallucinantes : 50 millions de dollars de bénéfices pour «This is the End», 48M$ pour «Grown Ups 2» (Copains pour toujours 2), 39M$ pour «Captain Phillips», 18M$ pour «One Direction : This is us», etc. Des sommes qui ne peuvent pas réellement faire de Sony Pictures une entreprise qui souffre de la crise.

grown ups
Oh la belle affiche

Un autre document émis par Curtis Crider, le contrôleur et vice-président des finances, évoque les nouvelles stratégies de réduction de coûts et présente des sommes astronomiques en terme encore une fois de bénéfices :

“Currently, approximately $1B in production spending can be expected to deliver $500M-$600M in profits,” “Through his continued focus on financial discipline, Doug hopes to improve that ratio to a point where $800-$900M in production spending delivers $500-$600M in profits.« 

500 à 600 millions de bénéfices pour une production à 1 milliard, imaginez donc la somme des recettes. Jusqu’ici tout va bien. Parmi les documents volés certains font état des salaires des « patrons » de l’entreprise. Quelques trois millions de dollars pour le PDG et la Vice-présidente. Jusqu’ici tout va bien.

Pourtant, malgré sa situation financière la société doit licencier des employés. Et elle doit même recourir à l’aide de l’état ? Pourquoi d’ailleurs ?

Notamment pour faire face à ce piratage. En effet, de nombreuses données sensibles appartenant aux employés eux-mêmes ont été divulguées, certains ont vu passer leurs papiers d’identité ou leurs cartes de paiement sur la toile… Des dédommagements sont évidemment demandés, et les dépenses en sécurité vont être énormes, la société va avoir besoin d’argent et elle se tourne donc face à ceux qui ont l’argent. L’aide du FBI a également été sollicitée pour retrouver les coupables.

On apprend en outre grâce à la vidéo et certaines sources que ce qui se passe en interne chez Sony Pictures n’est pas très joli. Entre les inégalités de salaires, la surveillance de certains employés (ayant des frais médicaux importants), les économies drastiques que la société réalise, on ne sait plus où donner de la tête. Comme l’explique Wes Clark Jr, qui a travaillé chez Sony en tant que scénariste, la réalité du travail est difficile, la moindre économie est faite, les salaires ne sont payés que lorsque le film a généré des recettes,  les conditions de travail sont très difficiles, alors qu’au final l’entreprise est plutôt pérenne.

Quand y’en a plus, y’en a encore..

Comme si cela ne suffisait pas, de nombreuses autres «révélations» ont été mises en lumière. Du commérage sur les célébrités, aux sujets aussi divers et variés que le fonctionnement de l’entreprise en interne, en passant même par la manière dont ils conçoivent leurs présentations PowerPoint. Tout y est passé et maintenant on lave son linge sale en public.

Et finalement, ce qu’Internet semble le mieux retenir de toute cette histoire, ce sont tous ces petits faits et ces échanges d’emails entre certains membres de la direction. Ces conversations privées, reprises partout sur le web, interrogées et décryptées.

Notamment cet échange d’emails dans lequel Amy Pascal (vice-présidente Sony Pictures) a écrit à Scott Rudin (Producteur) «What should I ask the president at this stupid Jeffrey Breaksfast» – «Que devrais-je demander au Président à ce stupide petit-déjeuner…» (événement organisé par Jeffrey Katzenberg, producteur et cofondateur de Dreamworks SKG).

Ces échanges de mails contiennent des propos offensants voir même racistes, notamment concernant Obama et plusieurs célébrités. Une lettre d’excuse a d’ailleurs été publiée par Rudin concernant les propos tenus, qui en effet peuvent blesser les personnes concernées. Mais comme le souligne le présentateur de The Young Turks, il s’agit de conversations privées, entre personnes qui travaillent ensemble, s’entendent bien, personne n’est à l’abri de tenir des propos similaires, simplement ironiquement. Et il ajoute que si cette histoire relance le débat sur le manque de diversité dans les studios, on ne peut pas non plus parler de racisme dans cette affaire. A chacun de juger de l’impact et la signification de ces propos.

excuse

excuse2

«Des e-mails privés entre des amis et collègues, écrits à la va-vite (…) et dont le contenu est écrit avant tout pour plaisanter, peuvent avoir des effets offensants alors que cela n’en était pas le but. J’ai fait une série de déclarations qui n’étaient que des blagues. (…) Elles sont en fait indélicates et inappropriées  et pas drôles du tout. A tous ceux que j’ai offensés : je suis profondément désolé, et je regrette et présente mes excuses pour le tort que j’aurais pu causer»

C’est plutôt triste de voir que tous ces remous et enfantillages font presque oublier l’important dans cette affaire… Nous sommes dans une société dans laquelle les secrets sont de plus en plus difficiles à garder et cette histoire fera sans doute réfléchir certains quant à leurs conversations spontanées et censées être «privées».

Mais ce qu’il faut plutôt retenir ici, c’est ce qu’illustre la réponse de Rudin concernant la rencontre avec Obama : «would he like to finance some movies…». Le Président serait-il intéressé de financer quelques films ? Là est tout notre propos

Encore une fois ce que ce piratage a révélé et ce qui ressort de ces emails, ce n’est pas quelques rumeurs et propos déplacés (bien que ce soit fâcheux), c’est toute cette recherche de profit, ce copinage et cette hypocrisie qui fait vomir… On demande de l’aide et des subventions au gouvernement, on met 230 familles sur la paille pour  dépenser moins, on est une société  donc il est légitime de rechercher le profit par tous les moyens.  Car oui on s’appelle Sony Pictures et on vend du rêve, y’a qu’à voir notre dernier partenariat. Franchement non, rien ne justifie ces agissements. Sony n’est vraiment pas à plaindre. Quand on voit l’état des finances on ne peut pas dire qu’ils aient besoin d’aide. Jusqu’à quel point sommes-nous prêts à aller pour gagner toujours plus en dépensant toujours moins ? Visiblement jusqu’au licenciement en masse, juste avant les fêtes de fin d’année pour économiser les dollars et passer un joyeux réveillon. Merci Père Noël, on repassera pour les cadeaux.

A qui profite le crime ?

Les pirates ne sont pas encore clairement identifiés. Les attaques et revendications sont signées GOP, pour semble-t-il, «Guardians of Peace» mais le FBI n’a pas encore une piste vraiment sérieuse.

GOG

Une possible implication de la Corée du Nord a été évoquée. Et si Kim Jong-un avait été vraiment piqué au vif par son portrait dans The Interview ?

interview
Ceci rend pas très content Monsieur Kim Jong-un.

Non, restons sérieux. Les revendications des pirates semblent financières puisque des emails, adressés quelques jours avant l’attaque, réclamaient une compensation monétaire si l’entreprise ne voulait pas subir d’attaques. Tout ceci reste encore flou, plus de 11 téraoctets de données ont été volées sans problème, notamment les dernières grosses productions de la société. FuryStill AliceAnnie et Mr Turner ont d’ailleurs été diffusés sur la toile. Et Sony Pictures qui tente maintenant de réagir, en demandant à la presse de ne pas divulguer les données et en mettant en place des attaques distribuées par déni de service (DDoS) à l’encontre des sites rendant disponible le téléchargement de ces données.

Quoiqu’il en soit, pour Sony, comme pour Microsoft un peu avant lui, les fêtes de fin d’année ne se présentent pas sous les meilleurs auspices.

AncreSources :

http://www.vox.com/2014/12/12/7377685/sony-hack-drama
http://www.vulture.com/2014/12/sony-hack-reveals-2013-studio-profits.html
http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/13/sony-pictures-face-a-un-piratage-historique_4540084_3234.html
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/12/12/piratage-de-sony-une-responsable-s-excuse-pour-ses-propos-indelicats-sur-obama_4539527_4408996.html
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/12/11/ce-que-revelent-les-milliers-de-documents-confidentiels-voles-a-sony-pictures_4537271_4408996.html
http://www.01net.com/editorial/637018/sony-pictures-les-5-fuites-les-plus-croustillantes-merci-les-pirates/
http://www.nextinpact.com/news/91411-sony-pictures-contre-attaque-pour-eviter-son-pire-noel.htm#/page/1

Merci à mon ami David pour son aide avec la traduction de la vidéo 🙂

2 Commentaires sur cet article

  1. heu…je croyais qu’un DDoS était une chose illégale !?
    apparemment, par pour Sony..!

    Répondre
  2. koriaendre

    Aucune société privée n’est philanthrope. Sony, pas plus – ni moins – que les autres.
    Combien de petits patrons reverraient de faire du Sony like ?

    As tu un iPhone ? (ou android, ou …)
    http://www.bfmtv.com/international/ouvriers-battus-une-usine-fabrique-l-iphone-5-343766.html
    (je n’ai pas cherché pour les autres, ça ne doit pas etre beaucoup mieux)

    Ou achètes tu tes vêtements ? Mango, Benetton, The Children’s Place, Cato Corp, Joe Fresh Carrefour (marque Tex), Auchan (marque In Extenso) et Camaïeu
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Effondrement_du_Rana_Plaza

    A coté de ça, Sony ferait presque bon élève …

    Répondre

Laisser un commentaire