Share
Carrefour utilise dans son catalogue une photo d’une blogueuse sans autorisation et risque la publicité mensongère

Carrefour utilise dans son catalogue une photo d’une blogueuse sans autorisation et risque la publicité mensongère

Comme quoi l’utilisation du droit d’auteur n’est pas simple pour tous, même pour des entreprises.

C’est cette fois Carrefour qui essuie une pluie de critiques pour avoir piqué la photo d’une internaute afin d’illustrer son catalogue.

Cette affaire commença lorsque la blogueuse de Chut je pâtisse a été alertée par une de ses fans sur le fait que l’enseigne utilisait une de ses photos pour son catalogue de vente.

On peut effectivement constater sur l’image d’illustration de cet article que la photographie est bien exactement la même, à ceci près que l’indélicat graphiste a pris soin d’effacer grossièrement la signature du blog pour l’insérer dans le catalogue du supermarché.

La marque a réagit promptement sur Twitter, mais n’a pas donné plus d’informations sur cette situation somme toute embarrassante :

En ce qui concerne le strict droit de la propriété intellectuelle, il n’est pas sûr qu’il ne soit pas permis à Carrefour d’utiliser cette image comme bon lui semble. En effet, en théorie, toute oeuvre photographique est automatiquement protégée par le droit d’auteur, mais elle doit pour cela être originale.

Une notion tellement floue qu’il serait bien difficile de trancher pour savoir si oui ou non la photo de Chut je pâtisse est originale (de par sa mise en scène, son cadrage, etc…) ou non.

Néanmoins ce qui me choque encore plus ici, c’est que l’enseigne utilise une photo de produits maison préparés par une pâtissière expérimentée pour promouvoir ses produits industriels qui ne doivent pas avoir la même apparence (sachant qu’ils sont annoncés sur le catalogue comme étant Nature par Carrefour, alors que la blogueuse les a préparé avec des pépites de chocolat) ni le même goût.

Si on regarde la définition de ce qu’est une publicité mensongère, il apparaît qu’une publicité mensongère est en langage courant une publicité contenant des éléments faux, ou conçus pour induire en erreur. Je pense que l’on a bien ici des éléments faux ou pouvant induire en erreur les potentiels consommateurs n’est-ce pas ?

3 Commentaires sur cet article

  1. Doit y avoir un « photo non contractuelle » quelque part dans les catalogues, sinon MacDo aurait déjà eu des procès au cul 🙂

    Répondre
    • La réflexion est intéressante, sachant que Mc Do comme l’immensité des entreprises du milieu agro alimentaire utilisent souvent de la « fausse nourriture » réalisée par des artistes spécialisés dans leurs photos et clips publicitaires.

      Répondre
    • Sauf que pour McDo, les photos sont faites pour illustrer tout ce qu’il y a dans les burgers.
      Ici est une vidéo qui explique bien : http://www.koreus.com/video/makingof-seance-photo-mcdonalds.html
      Les ingrédients tout ça sont bel et bien les mêmes, mais ça prend du temps à tout agencer, et ça serait pas pratique en vrai. En vrai, les oignons et tout sont cachés, mais faut le voir sur la photo pour avoir un aperçu réel de ce qu’y a dedans.

      Alors que là, c’est vraiment mensonger, c’est la photo d’une pâtisserie faite maison par une pâtissière expérimentée, utilisée pour vendre des pâtisserie de supermarché.

      Répondre

Laisser un commentaire