Share
Laisser les œuvres libres circuler librement risquerait de freiner le développement de l’offre légale

Laisser les œuvres libres circuler librement risquerait de freiner le développement de l’offre légale

N’y aurait-il pas un petit problème de voir qu’une telle conclusion ait pu sortir de la part de la commission chargée de l’avenir de la culture en France ?

C’est bien la mission Lescure qui a osé sortir de tels propos. Des propos qui font peur pour l’avenir de la culture libre…

« En parallèle, pas de dépénalisation des échanges non marchands au programme, mais la volonté de « valoriser » les licences libres du type Creative Commons. La mission Lescure estime que laisser les œuvres circuler librement (ce qu’elles font déjà…) risquerait de freiner le développement de l’offre légale, en particulier la VOD. »

Valoriser les licences libres ? Pour taxer des contenus gratuits ?

Laisser les oeuvres circuler librement risquerait de freiner le développement de l’offre légale ? Et que faudrait-il faire, restreindre les accès aux oeuvres librement accessibles à tous ?

Avec de telles idées, le possible avenir de la culture en France me semble vraiment noir… Faut-il vraiment rendre payant d’énormes pans de notre culture, les seuls qui soient accessibles gratuitement et légalement, ou les empêcher de circuler librement pour injecter encore des fonds à une industrie ne sachant pas s’adapter, et qui parfois n’hésite pas à se moquer ouvertement de ses clients ?

De toute façon, de telles propositions sont tout simplement impossibles à mettre en place sans une surveillance extrême d’Internet : les partisans du libre ne vont pas se laisser dépouiller facilement de leur patrimoine et de leur philosophie de partage du savoir et de la culture, et rien ne saura empêcher les gens d’échanger des fichiers.

La mission Lescure, déjà dans une voie de garage ?

Mise à jour : En fait il fallait interpréter ce passage par la volonté de mettre en avant les licences Creative Commons, et non pas de les rendre payante. De même, dans l’extrait « Laisser les oeuvres circuler librement risquerait de freiner le développement de l’offre légale », il faut en fait comprendre que le piratage risque de freiner l’offre légale, et non pas la circulation des oeuvres libres.

Tweet Lescure

Je suis rassuré ^^

Source et Image

9 Commentaires sur cet article

  1. Effectivement je vois mal comment ils somptent mettre en place ces propositions…
    De plus , faudra qu’on m’explique pourquoi on confie au CSA la mission de « reguler » l’offre legale (deezer, canalplay, etc…)
    http://www.liberation.fr/medias/2013/02/20/lescure-les-positions-du-missionnaire_883309

    Répondre
  2. C’était évident depuis des années qu’une telle proposition allait sortir.
    Si tu analyses :
    Un morceau de musique gratuit -> diffusion libre et sans contrainte;
    Une plateforme de diffusion en P2P -> plus grande force de pénétrations qu’une plateforme major
    Au final la major veut interdire la circulation des oeuvres gratuites encore plus lorsqu’elles sont faites par des pros, car c’est un manque à gagner. Ils n’arrêteront jamais…

    Répondre
  3. Et tu verras que le prochain stade va être d’essayer d’interdire les plateformes non labellisées PUR.

    Répondre
  4. « Laisser les oeuvres circuler librement risquerait de freiner le développement de l’offre légale »
    Ce qui voudrait dire qu’une licence libre n’est pas légale?
    Il y a vraiment un problème sur cette formulation « offre légale »… Offre « taxée », « payante », etc. serait plus approprié.

    Répondre
  5. KaosPorthis

    C’est fatiguant de les écouter déblatérer des plans inenvisageables, c’est ridicule et prouve qu’ils sont inaptes à traiter le thème internet.

    Répondre
  6. il n’est pas écrit « laisser les œuvres libres circuler librement ». La phrase « La mission Lescure estime que laisser les œuvres circuler librement (ce qu’elles font déjà…) risquerait de freiner le développement de l’offre légale, en particulier la VOD » ne serait-elle pas à lier à la première partie de la phrase précédente (« pas de dépénalisation des échanges non marchands »), et non pas à la seconde (« valoriser les licences libres du type Creative Commons ») ?

    Répondre
  7. Le modus operandi de nos « élites » de nos jours: Ils essayent de faire passer une grosse bouse, puis quand ils s’aperçoivent qu’on n’est pas si demeurés que ça et qu’on s’est aperçu que ce qu’ils racontaient c’était du 100% bullshit, alors ils pondent un démenti en traitant de cons ceux qui leur ont mis le nez dans le caca.

    Pitoyables bouffons!

    Répondre
  8. syracasis

    => Qu’est-ce qui est le légal ?
    C’est ce qui entre dans le cadre de la loi.

    => Qu’est-ce que la loi ?
    Et là, je bloque. J’aurais bien aimé poser cette question au bac de philosophie, histoire d’avoir quelques idées de réponse.

    Par contre, avec un peu de recul, voici ce que je me dis : l’informatique est un secteur d’avenir. Et donc, ils ont certainement raison d’imposer des règles précises dès maintenant. Ce sera plus difficile dans l’avenir.

    Répondre
    • Mais là on ne parle pas d’informatique (soit la technique, le moyen) mais de partage et de culture (donc le but).

      Répondre

Laisser un commentaire