Share
La Sacem veut faire payer 2 fois la taxe copie privée pour tous les smartphones

La Sacem veut faire payer 2 fois la taxe copie privée pour tous les smartphones

Déjà qu’ils réclament de l’argent à Google et qu’ils ne se remettent toujours pas en question, les petits gars de la Sacem ne cessent de trouver des manière inventives de ponctionner notre argent.

La dernière en date est plutôt à hurler, puisque nous serions taxés 2 fois au titre de la copie privée sur nos smartphones grâce à la Sacem !

En effet, nous payons déjà une taxe copie privée car nos smartphones sont capables de stocker des musiques numériques.

Fermons les yeux sur le scandale qu’est la copie privée en France… et voyons ce que la Sacem propose de faire : nous imposer de payer une deuxième fois la taxe copie privée sur le même objet, avec comme excuse le streaming !

La Sacem considère que l’on stocke momentanément des titres lorsque nous utilisons une offre d’écoute musicale, et que donc il s’agit d’un acte de copie, par conséquent tous les possesseurs de smartphones doivent payer cette double taxe oO

Alors même que Deezer affirme que les utilisateurs n’utilisent son service qu’à 50% sur téléphone portable, et que seulement 50% de ces utilisateurs activent le mode hors connexion, la Sacem décide que tout le monde doit être taxé car, d’après eux, « ça va croître avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs de ces services. Nous y croyons beaucoup à la Sacem. Nous savons qu’il y a toujours une grande différence entre les promesses du marketing et les usages réels que l’on constate. »

Sérieusement, déjà que la taxe copie privée est un énorme délire, la faire payer deux fois sur le même objet pour un usage minoritaire, n’est-ce pas pousser le bouchon un peu trop loin ?

Source

 

32 Commentaires sur cet article

  1. Dire qu’on paye ça malgré nous et que cela sert à soutenir des entreprises que nous ne souhaitons pas soutenir à cause de leurs manières….

    Répondre
  2. Mais, les 10€ que je donne à Deezer tous les mois ne sont pas là pour les payer ?
    En même temps on continue à payer sans rien dire, ils seraient bête de se gêner.

    Répondre
  3. T V A bien ?

    Répondre
  4. Et encore, je ne serais pas surpris qu’ensuite ils proposent de rajouter une taxe sur l’abonnement auprès de l’opérateur…

    Répondre
    • dhrtjzjj2

      Le principe de la licence globale sans pour autant de donner le droit de télécharger derrière ?
      Ouais, c’est exactement le même concept que la taxe copie privée, donc ils en seraient bien capables.

      T’es bête en même temps, si ça se trouve, ils nous lisent et tu viens de leur donner l’idée ^^.

      Répondre
  5. poupoupidou

    plus c’est gros plus ca passe … 😉

    Répondre
  6. Il vaut mieux acheter en Angleterre ou en Allemagne et payer les frais port. La taxe a la copie privée représente un surcout d’environ 10%.

    Répondre
    • Sauf qu’en théorie, tu es quand même censé déclarer l’achat et payer la taxe, sinon c’est de la fraude fiscale…

      Répondre
      • Quand le vol légal te coûte plus cher que la fraude fiscale … ah mince, je me mets à penser comme Gégé 😀

        Répondre
      • Non c’est pas de la fraude c’est ici (encore) de la contrefaçon.

        Répondre
        • Et sans prendre sur le fait il est impossible de prouver qu’un DVD gravé soit de la contrefaçon ou pas. Les risques sont très très limités d’acheter à l’étranger sans rien payer à la copie privée et en plus les douanes n’ont pas vocation à vérifier une redevance privée.

          Répondre
          • Effectivement, ce qui va pousser les gens au marché gris ! merci la sacem…

        • Donc si acheter à l’étranger c’est quand même faire de la contrefaçon autant y aller à fond et télécharger, vu que c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Sont c… quand même à la SACEM.

          Répondre
  7. Haha ça y est, ils veulent taxer la ram, maintenant 🙂

    Répondre
    • Avec l’excuse que les fichiers temporaire (dont certain fichier musicaux) se foutent dans la ram?

      Comme écrit sur le mème du même nom: I don’t want to live on this planet anymore.

      Répondre
    • Bientôt, une taxe sur le cerveau, ce formidable outil de piratage qui permet de retenir un nombre incalculable d’informations dont bien sûr des bribes de musiques.

      Répondre
  8. Normalement on doit payer (ce faire volontairement racketter) à la copie privée et pour ce faire il faut remplir un papier mais combien de délai avons-nous pour faire cette déclaration?

    Répondre
  9. Hé ben … A quand la même taxe sur les caleçons, parce que mon cu*, il fait aussi de la musique de temps en temps !!!

    Répondre
    • Dr Waffle

      Oui mais il n’en stocke pas.

      Répondre
    • Bien se méfier avec ce procédé car on est à la limite entre 2 arts : on croit qu’on fait de la musique mais finalement on fait de la peinture !! 😀

      Répondre
  10. En tant qu’artiste et producteur, je ne défendrais pas spécialement la Sacem,

    En revanche sans rémunérations directes et/ou indirect, et à force que le public se plaigne sans cesse et sans cesse pour soutenir cette cause cherchant toujours le moins cher, et le plus gratuit ;-)), à l’heure où le marché de l’industrie musicale s’effondre de jour en jour…un jour arrivera où les producteurs de musique, de vraies musiques, mais aussi les créateurs se retrouveront des S.D.F tout simplement…

    A ce moment là sifflera un tsunami de silence dans les écouteurs du public, pour un arrêt net et irréversible de la création de contenu musical.

    Alors ce jour là, ne restera plus qu’à consommer les bonnes daubes marketing, et autres dinosaures du showbiz, pour vous servir… :
    Une bonne soupe « populaire » ;-)))

    Répondre
    • La musique libre existe c’est bien la preuve que ce discours est faux (ou du moins en partie)

      Répondre
  11. Vous avez raison la musique libre existe, mais ce qui serait intéressant de savoir c’est comment est-elle financée d’une part, inclue t-elle un développement artistique sur le long terme et peut-elle être pérenne sur le long terme ?

    En plus clair comment un artiste peut-il vivre sur tout au long de sa carrière, en se mettant en danger, et en étant déficitaire, et sans que la qualité artistique de son travail n’en pâtisse ?

    La encore je crois qu’il y a erreur de croire que la musique faite avec des bout de ficelle peut arriver à des résultats concret afin d’en vivre dignement (car je crois que c’est le but de tous non?))

    La production musicale de qualité (incluant les enregistrements, le matériel, les techniciens compétents, la promotion, le montage d’un projet sur scène, le vidéo clip, et j’en passe…) est métier qui coute cher contrairement à ce que les gens veulent bien s’imaginer ! ))

    Si vous voulez plutôt parler de musique d’amateur je comprends bien, mais alors votre commentaire avec le sujet de cet article est hors débat je pense ? )))

    Répondre
    • Pourquoi tous ceux qui pensent avoir un talent quelconque musical devrait vivre uniquement de la musique, c’est pas une loi que je sache (en faisant, s’ils vendent pas assez forcement peser leurs déficits sur la collectivité, les autres artistes, tout ça pour garder une pseudo diversité artistique).

      Pour en revenir au sujet je comprends toujours pas le fait que je fasse de la copie privée entraîne une perte pour les artistes, donc je vois aucune raison de l’indemniser. Par contre si la SACEM, la SACD et tout les autres avouaient que la redevance copie privée est bien une compensation du partage sur Internet, là on pourrait discuter.

      Répondre
      • Et encore une compensation Franco-Française alors que ce sont les artistes Américains et Japonais qui sont les plus partagés.

        Répondre
  12. Ce n’est pas une histoire qu’ils ne vendent pas assez ou pas, nous sommes bien d’accord, mais c’est plutôt à mon sens que même si on vendait peu auparavant on pouvait espérer des revenus suffisant pour en vivre et ré investir sur d’autres projets entre autre.

    Hors pour préciser un peu plus ce que je disait sur l’effondrement de l’industrie musicale.

    Les investissement nécessaires pour faire un disque professionnel et/ou scénique sont bien en dessous des revenus depuis que le mp3 est apparût sachant qu’iTunes par exemple ou tout autre distributeur prennent une commission de 30% à 40% soit net pour le producteur entre 50 et 60 cents par titres…on est bien loin des 2€ net de revenu pour un album physique…

    La copie privé peut être donc une source complémentaire de revenu et toute autres taxe bienvenues ou subventions pour soutenir la création musicale (comme dans le cinéma par exemple)

    Dans le but d’être juste, comme le consommateur est devenu Le Gagnant dans l’histoire (et c’est bien car suis aussi personnellement un consommateur) car il n’est plus obliger par exemple d’acheter un album entier mais juste le(s) titre(s) qui lui plaît (à 1€ pour 15, 17€ pour un album à l’époque du support physique) il faut bien compenser la baisse des revenus des artistes et des producteurs.

    Le nouveau modèle économique juste et équilibré est entrain de se mettre en place et est à ré inventer. Tout en étant d’accord que la copie privé (SACD etc..)doit elle aussi être revue quant à la répartition de ses revenus aux artistes majeurs comme en développement ce qui n’est pas le cas (ils sont bien discrets la dessus et honnêtement n’est pas tout encore compris en détail la dessus) d’autant plus en effet vous avez raison que le musique dominant est Américaine et/ou l’étranger…

    Chacun tire la couverture de son côté mais pour l’instant les créateurs ne s’y retrouve toujours pas et sont léser dans l’histoire.

    Maintenant je me rend compte que l’article de Nikopik n’est pas exact)) car la SACEM n’a rien à voir avec la copie privée:

    SACEM= droits d’auteurs et éditeurs

    SACD, ADAMI, SPPF… et autres organismes= Copie privée, droits voisins

    Répondre
    • C’est pourtant bien la Sacem qui appelle de ses souhaits à taxer deux fois au titre de la copie privée les smartphones.

      Répondre
    • Donc tu avoue bien que la RCP n’est pas une redevance pour compenser la copie privée mais bien un 13eme mois taxé sur le dos du consommateur pour compenser le partage, sans que bien sur nous n’ayons le droit de le faire, vous êtes vraiment à gerber.

      Répondre
  13. Di, au lieu d’essayer à tout prix d’adapter d’anciennes règles obsolètes au monde actuel comme le font les majors on peut aussi envisager le problème d’une façon plus positive et constructive.

    Comparons par exemple quelques coûts pour un artiste pas encore très connu avant / après internet :

    se faire connaitre :
    Internet : gratuit , à l’échelle planétaire
    Avant : annonces/ pubs payantes, très chère, plus ou moins obligé de passer par une major pour se faire connaitre

    Diffuser sa musique :
    Internet : Gratuit (p2p)
    Avant : distribution de medias physiques, payant bien sûr.

    Gagner de l’argent avec sa musique
    Internet : vente directe, paypal, bitcoins etc , énormément de solution, parfois complètement gratuites, en tout cas toujours plus intéréssantes qu’un contrat avec une major
    Avant : arriver à dénicher un contrat avec un major qui va vous laisser 0.5% des bénéfices..

    Bref, stop pleurer sur la culture va mourir si vous achetez plus de musique et start s’adapter au monde actuel, aux nouvelles technologies et à toutes les opportunités qu’elles offrent.

    Répondre

Laisser un commentaire