Share
L’absence de compte Facebook devient un facteur de meurtre potentiel

L’absence de compte Facebook devient un facteur de meurtre potentiel

Facebook-Killer

 

Il semble que cela va devenir la nouvelle lubie de la presse qui ne creuse pas très profondément pour pondre des articles…

L’absence de compte Facebook du tueur de Newtown est régulièrement mise en avant dans les médias, comme si cela pouvait représenter une tare ! 

« Socialement, Adam Lanza était donc un être étrange. A l’inverse de la plupart des jeunes de sa génération, il n’avait apparemment pas de page Facebook. »

L’article de L’Express à propos de la tragédie qui vient de se dérouler aux Etats-Unis arrive à mettre en avant le fait que ne pas avoir de compte sur Facebook serait un facteur social étrange, pouvant expliquer la solitude du jeune homme.

De là à classer à risque les gens ne souhaitant pas étaler leur vie privée en public (oui car le journaliste a écrit ici qu’il n’avait apparemment pas de page Facebook. Donc il n’en sait rien, il a juste fait une recherche sur Facebook, n’a pas trouvé de profil public et n’a pas creusé plus loin…) ou ne voulant pas être inscrit à un service revendant avec une voracité peu commune nos données personnelles et imposant de constants changements dans les conditions d’utilisation, il n’y a qu’un pas…

Lors de précédentes tueries, le même genre de raccourci débile avait déjà été émis. Comme si cette idée s’ancrait de plus en plus profondément dans les moeurs : une personne sans compte Facebook est forcément anormale.

Devenez tous fichés pour ne pas être considérés comme suspect…

Source

 

13 Commentaires sur cet article

  1. Mince, je n’ai pas de compte facebook et je joue à des jeux-vidéo.. Je crois que le mieux serai que je me rende tout de suite à la police pour qu’ils m’enferment !

    Répondre
    • Argggg! La peine de mort! Vite!!!!
      Comment peut on te laisser en liberté?? Tu es forcément un terroristo-pédophilo-anarchiste qui vénère satan! Vadé retroooo

      Répondre
    • On ira ensemble parce que je suis dans le même cas… aïe aïe aïe.

      Répondre
  2. on le lui attribue pas encore les jeux vidéos… ça va venir.

    Répondre
  3. sorry…

    on ne lui …

    Répondre
  4. Ca me semble être la conséquence policière de l’attrait de facebook. Il faut considérer qu’aux USA, 65% de la population avait un compte facebook début 2012. Si on soustrait ensuite les -16 ans de la population sans compte facebook (soit un peu plus de 20% de la population en 2010), et les + de 70 ans (soit presque 10% de la population) ça laisse quand même peu de personnes sans compte… (données extraites de http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPagePyramide?codePays=USA). D’où l’apparition d’un petit groupe de 5% de la population dont le profil est de fait marginal.

    A mon avis, la police fait le rapprochement depuis déjà longtemps (il me semble d’ailleurs avoir déjà lu ça il y a quelques années – impossible de retrouver la source), sans pour autant en faire un élément à charge ou à décharge. Après, que les médias s’en mêlent sans rappeler les « bonnes » questions portant sur l’exposition de la vie privée sur internet est effectivement un problème, nous sommes d’accord, mais tu connais les médias non ? Pour ma part ça fait 20 ans que je ne prend plus leur discours pour argent comptant, voire que je n’écoute plus leurs analyses.

    /Shill (sans compte FB :p)

    Répondre
  5. C’est Newtown la ville, pas Newton. 😉

    Répondre
  6. missemini

    on en avait pas quand on était môme et nous ne sommes pas tous devenu des tueurs !!
    et je connais pleins de mômes qui n’en ont pas à cause de leur parents qui ont peur des pédophile sur le net ou des harcèlement trop rependu sur Facebook par les jeunes entre eux !!

    Répondre
  7. C’est marrant, je sors d’une réunion avec un fournisseur où on disait que c’était facile d’être commercial, visiblement c’est facile aussi d’être journaliste.
    On peut penser dans l’autre sens : c’est pas une déduction, mais la seule qu’ils ont trouvé à écrire parce que justement il n’avait pas de FB.
    Comme l’affaire d’il y a quelques années, une personnalité est décédée (poète ou écrivain je ne sait plus) et dans l’heure, quelqu’un a modifié la page wiki du monsieur, en ajoutant simplement à plusieurs occurences quelque chose du style « très connu pour avoir écrit XXXXX ». C’était drôle de constater que tous les médias ont inclut cette phrase dans leur présentation de l’artiste, autrement dit, quand ils parlent d’une personnalité, leur source est wikipédia, et il ne cherchent pas de confirmation… ça a l’air gros comme çamais un grand nombre de journaux et autres médias ont été pris.

    Sinon, pour en revenir à FB, j’ai un compte fantôme ultra bloqué, ultra restreint, simplement pour échanger avec mes collégues de l’école. En quatre mois, j’ai du poster 3 messages.
    Généralement, je me vante de ne pas en avoir, car c’estplus ou moins le cas.

    Répondre
  8. Encore une preuve que le journalisme d’aujourd’hui ne cherche définitivement plus à informer mais simplement à faire du chiffre, en appelant à des réflexes primitifs comme les amalgames. Par contre, comme il est dit dans l’article de nikopik, le problème ce n’est pas la relation qui peut être légitimement faite par les enquêteurs qui consiste à dire que quelqu’un qui n’a pas de compte facebook est potentiellement (mais pas forcément) quelqu’un de replié sur soi, en détachement avec la société ou du moins avec son environnement social, mais le fait que les journalistes simplifient ça en disant « pas de compte facebook = psychopathe marginal », la nuance est mince, et visiblement dans les commentaires, tout le monde ne l’a pas comprise.

    Autre point: Quid de l’amalgame fait cette fois encore entre pratique du tir sportif/possession d’armes de manière légale et intention de tuer? On stigmatise avec cela tous ceux qui pratiquent le tir sans nécessairement être des fous furieux, et en tant que passionné de tir il faut forcément à chaque fois soit s’en cacher complètement soit se justifier par rapport aux actes de quelques fous. Attention, là aussi nuance, être passionné par le tir sportif et les armes à feu (comme d’autres sont passionnés par les voitures et les courses automobiles), ce n’est pas être d’accord avec la folie (à mon sens) américaine de permettre à tout un chacun de porter une arme constamment avec très peu de contrôle (sauf dans certains Etats). Quand on pense qu’ils justifient ça à cause du placement de la ponctuation dans l’article 2 de la constitution, ça fait froid dans le dos…

    Répondre
  9. Et ben entre « L’Express » et « Le Point » on est gâté niveau Torchon ! ^_^ Je vais les follower, ça peut être marrant

    Répondre
  10. par la ils voulaient souligner le fait qu il avait pas d amis , qu il est asocial , non niko , tout le monde n’est pas sur FB pour les memes raisons. ce gros f** etait un tordu social. voila pourquoi ils ont fait le trait.
    ils ont pas dit il avait pas de fb donc il a tué. Mais c’etait un trait a relever . c’est vrai tout les jeunes ont un fb.
    j’aime te lire , mais bon, pas la peine de monter sur tes grand chevaux des qu un media parle FB, hadopi ou quoi.

    OUI bien sur il a pas voulu s inscrire car il avait peur de disséminer ses données perso…

    Répondre
  11. Minority Report vous connaissez ? On arrête les gens avant qu’ils commettent un meurtre ? Ben voilà, Facebook le fait pour vous 😮

    Répondre

Laisser un commentaire