Rejoignez les
34718 abonnés

Baisse de 50% du téléchargement illégal depuis la fermeture de Megaupload, mais forte hausse du partage anonymisé

Publié le par Nikopik dans la catégorie Hadopi, High Tech, Internet

Une récente étude réalisée par l’Ifop affirme que près de la moitié des internautes pratiquant le téléchargement illégal ont cessé de télécharger un mois après la fermeture de Megaupload.

Un résultat dont les organismes qui luttent contre le piratage se sont emparés pour justifier selon eux la fermeture arbitraire de certains sites Internet sans passer par la case justice.

Mais ce que cette étude ne dit pas, c’est comment le domaine du téléchargement illégal a évolué en à peine un mois pour faire maintenant place à un véritable système de partage anonymisé et encore plus incontrôlable !

Si certaines personnes se sont rabattues sur des solutions de VPN pour tenter d’échapper aux radars d’Hadopi, parfois contraignantes et rarement gratuites pour obtenir une connexion de qualité, d’autres internautes ont choisi des logiciels qui semblent former la prochaine génération des plateformes de partage de fichiers en ligne : les systèmes de téléchargement anonymes, décentralisés et non-censurés.

Il y a quelque temps, je vous avais déjà parlé de Tribler, ce client BitTorrent qui a sorti un système de partage en ligne de fichiers quasiment impossible à stopper et à censurer, laissant déjà présager un avenir bien difficile pour la lutte anti-piratage par les ayant-droits.

Que s’est-il passé pour Tribler suite à la fermeture de Megaupload ? Le nombre d’utilisateurs a tout simplement explosé !

Et ce n’est pas la seule application a rencontré autant de succès : RetroShare, un logiciel de partage encrypté Open Source, permet d’échanger toutes sortes de fichiers avec des contacts de confiance, sans qu’une personne externe puisse savoir ce que vous faites, puisque les flux sont encryptés. Et si vous téléchargez un fichier depuis chez un inconnu, le téléchargement transitera via un de vos contacts qui a cette personne dans ses amis.

Pour résumer, nous avons là un système de partage impossible à surveiller et à censurer, où l’anonymat des utilisateurs joue un rôle important.

Et que s’est-il passé pour Retroshare suite à la fermeture de Megaupload ? Le nombre de téléchargements de l’application a aussi considérablement augmenté :

Il semble donc que le futur des échanges de fichiers en ligne passe par des solutions garantissant l’anonymat des utilisateurs, la décentralisation des serveurs et l’absence de possibilité de censure par n’importe quel acteur privé.

Les majors n’ont peut-être pas encore compris qu’à force de jouer au chat et à la souris avec les hackers et les internautes, il allait devenir pour elles de plus en plus difficile d’espérer contrôler et même surveiller ce qu’il se passe au niveau des téléchargements illégaux en ligne, et que les systèmes mis en place aujourd’hui (comme ce que propose l’entreprise TMG qui travaille pour Hadopi) étaient déjà obsolètes pour les personnes ayant un minimum de connaissances informatiques, mais que ces connaissances allaient aussi se propager rapidement sur la toile pour envahir de plus en plus de foyers.

Le futur du partage de fichiers sur Internet devrait donc continuer sereinement durant les prochaines années, les éditeurs de contenus culturels feraient bien de s’inspirer des offres intéressantes mises en place par Netflix ou Hulu aux USA, avant que le grand public ne s’empare de ces logiciels de téléchargements anonymisés et décentralisés, car une fois que ce sera fait, il ne sera tout simplement plus possible d’arrêter le partage en ligne, à moins d’imposer une surveillance très stricte de ce qui transite sur les réseaux. Et même dans ce cas, les bidouilleurs de tout poil trouveront encore d’autres parades pour contourner ces systèmes de censure portant atteinte aux Droits de l’Homme.

Il va falloir sérieusement envisager autre chose pour continuer à exister messieurs les gros éditeurs ;-)

Source et Image



8 réponses à Baisse de 50% du téléchargement illégal depuis la fermeture de Megaupload, mais forte hausse du partage anonymisé

  1. AoneTil

    Quid de Giganews & Cie ?… En forte hausse, là aussi, il me semble…

    Le téléchargement illégal ne cesse pas, les usagers s’adaptent (contrairement aux majors), se retranchent de plus en plus derrière des systèmes cryptés, « anonymisés », c’est tout.

    Une seule réalité : les chiffres sur le téléchargement à partir des P2P public et maintenant des sites de DDL arrangent le gouv. FR dans la propagande qui veut veut que Hadopi et tout le reste soit un « succès »…

  2. AoneTil

    J’oubliais : pousser le « téléchargeur » derrière toujours plus d’anonymisation n’est peut-être pas anodin non-plus, voir purement calculé.

    L’ensemble des gouvernements de par le monde n’ont pas vu à temps qu’Internet était un média comme les autres, mais hors de leurs contrôle contrairement au « 4ème pouvoir », qu’il n’était pas si aisé d’y appliquer rapidement une censure etc.

    Nous pousser vers de telles méthodes de DL permettra ainsi de mieux faire passer, le temps venu, un contrôle sournois du net, via DPI, mouchard comme il en est question avec Hadopi et la Lopssi 2 etc.

    Comme disait l’autre, «  »1984″ était censé être un roman, un fiction, non pas un manuel »…

    • Nikopik

      En espérant que ce genre de contrôle DPI ne sera jamais mis en place dans le pays des Droits de l’Homme…

  3. beby

    Il vaut mieux dire chiffrer que crypter https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#.C2.AB_Chiffrement_.C2.BB_ou_.C2.AB_Cryptage_.C2.BB
    En ce qui concerne le DPI, on y vient petit à petit malgré les démentis http://reflets.info/orange-dement-lutilisation-du-dpi-a-des-fin-publicitaires-sans-laccord-explicite-de-ses-abonnes/
    Mais bon, suffit de chiffrer avec un niveau assez fort. Après s’ils interdisent le chiffrement des données c’est une autre histoire http://www.lepoint.fr/monde/l-interdiction-des-blackberry-trop-cryptes-s-etend-dans-les-pays-du-golfe-04-08-2010-1221895_24.php

    • beby

      Arg vilain script qui a zappé ma balise humoristique :(

  4. Dépannage Informatique Lille

    Comme AoneTil, je pense que l’anonymat sur le net va aider le gouvernement à nous fliquer un peu plus, le beau prétexte…

    En tout cas c’est pas demain que va s’arrêter l’échange de fichier (aka téléchargement illégal). Je n’ai pas l’impression que les majors, maisons d’édition etc… aient envie de s’adapter:
    il y a quelques jours, on pouvait voir dans un reportage une nana bossant pour un éditeur.
    Question: »Pourquoi le livre numérique est dans certains cas plus cher que le papier? »
    « Heu…c’est compliqué…je ne peux pas en parler… »

    Les technos actuelles permettent de réduire les coûts de diffusion, mais ça le ferait pas trop de baisser les prix, autant continuer à l’ancienne, en pompant au maximum.
    Je m’éloigne un peu de l’article, y’aurait à dire pendant des heures…

    • Ann O'nym

      De même qu’un DVD coûte moins cher qu’une VHS mais est vendu plus cher.
      (on vend encore des VHS ?)

  5. Lypik

    Tribler ne changera rien pour le flashage des téléchargeurs par TMG/HADOPI.

    Source : Via Sebsauvage : http://176.31.231.138/~sebsauva/links/?2u54tA

    (premier commentaire) http://linuxfr.org/news/tribler-ou-le-bittorrent-en-veritable-p2p-de-bout-en-bout

Ajouter un commentaire