Share

Les jeux vidéos sont un art

Cela n’est pas encore rentré dans les mœurs, mais les jeux vidéos ne représentent pas une forme de sous-culture du divertissement pour adolescent (c’est encore l’image qui leur colle à la peau parfois), mais une véritable forme d’art .

Si la définition de l’art est de combiner plusieurs éléments pour s’adresser aux sens, aux émotions et à l’intellect des personnes touchées, les jeux rentrent parfaitement dans cette catégorie.

Ils combinent les arts graphiques, les arts sonores avec les bruitages et la musique, le littéraire avec l’écriture, et enfin la jouabilité, le dernier arrivé, impalpable et difficilement quantifiable, mais pourtant indispensable !

Certaines œuvres interactives ont ainsi traversé les différentes générations de systèmes de divertissement (que ce soit sur ordinateurs, bornes d’arcade ou consoles), nous touchent et nous influencent encore malgré le nombre d’années.

Et les grands créateurs qui ont contribué à cela sont en général reconnus de nos jours, alors que beaucoup de grands artistes ne l’ont été qu’après leur mort, bien des années plus tard. C’est dire la portée incroyable de leurs œuvres touchant des millions de personnes !

Je pense que ce manque de reconnaissance vient du fait que c’est un art nouveau, qu’il n’y a pas une longue tradition, validant le verdict d’intellectuels conservateurs à même de reconnaître la puissance émotionnel du jeu vidéo. Par exemple, il est tout à fait admis de passer des heures à pratiquer d’un instrument et de susciter le respect pour cela, mais qui admirerait un programmeur passant des heures à fignoler son dernier jeu ? De même un mélomane possédant une collection impressionnante de vinyles sera considéré comme un fin connaisseur, celui qui collectionne des cartouches de Super NES comme un gros geek…

Je parle de tout cela car je suis tombé en extase devant le travail d’un artiste, Orioto, qui produit de superbes fresques vidéoludiques et dont le potentiel est pour le moment complètement inexploité (il a fait le design du jeu Facebook bien connu Elementz).

Vous allez voir de quoi je parle :

La passion d’Orioto est de réinterpréter des jeux de légendes avec des graphismes ressemblant à de véritables peintures. Et il a un talent assez fou pour faire cela.

Jugez plutôt :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous laisse reconnaître tous ces jeux vidéos légendaires 😉

Je n’ose imaginer ce que cela donnerait si c’était animé. Si je travaillais sur un projet de jeu vidéo en 2D à l’ancienne, je l’engagerais directement pour dessiner les graphismes !

Une petite réflexion pour finir : vous remarquerez que les films anciens, les musiques d’il y a 30, 40 ou 50 ans sont tout à fait accessibles sur nos systèmes Home Cinema actuels. On peut tout à fait acheter un DVD d’un film des années 60 ou un album de Led Zeppelin en CD ou même en MP3 pour l’écouter sur son baladeur moderne. Et il existe bien entendu des rééditions modernes de livres datant de plusieurs années !

Mais les jeux vidéos en sont encore restés à la bataille entre plateformes non-compatibles, et le seul moyen aujourd’hui de profiter des jeux de légende est soit le téléchargement de certains sur des plateformes de téléchargement, propres à chaque console, ou le passage par l’émulation, certaines œuvres restants inaccessibles pour des problèmes de droits de la propriété à n’en plus finir.

Il existe aussi la possibilité de collectionner les jeux et consoles d’époque, mais cela reste tout de même un peu contraignant.

Ira-t-on un jour vers un système ouvert où la guerre ne se fera plus sur le matériel, mais seulement sur le contenu des jeux ?

Source

8 Commentaires sur cet article

  1. magnifique !!!

    Répondre
  2. Grandiose, superbe.

    À dire vrai, on pourrait tout à fait imaginer de tenter de reproduire une telle touche artistique dans un jeu 3D, le tout en temps réel. On l'a bien fait pour du « cell shading », employé avec grande réussite, du moins à l'époque, dans de nombreux jeux, dont Zelda : Ocarina of time, pour n'en citer qu'un.

    Pour en revenir au fond de l'article, oui, le jeu vidéo est un art. À ceci près peut-être que ceux qui le créent ne sont pas tous des artistes. Mais là encore, cela se développe. Concrètement, les programmeurs, par exemple, écrivent un code source protégé par les mêmes lois, à la base, que celles de n'importe quel autre œuvre littéraire, même si celles-ci ont été spécialisées. En conséquence, en tant qu'œuvre de l'esprit, et protégées par le droit d'auteur, les programmes peuvent être considérés comme une œuvre d'art.

    Il va de soi que les graphismes, la musique, les vidéos des jeux sont déjà considérés comme des disciplines d'art à part entière. Mais il existe aussi des disciplines méconnues, comme le « gameplay », ou, pour parler français, la jouabilité. Et là, c'est un savant mélange d'esprit artistique et de savoir-faire technique qui est méconnu, et qui, pourtant, est certainement l'un des points principaux, sinon le point principal, des réussites vidéo-ludiques.

    Répondre
  3. Difficile à quantifier et à exprimer le gameplay. Cela se "ressent". D'où le génie de certains d'arriver à nous faire vivre des aventures folles avec quelque chose d'aussi ténu et impalpable, mais Ô combien indispensable !

    Répondre
  4. C'est vraiment superbe !

    Répondre
  5. Je complète ta réflexion avec laquelle j'adhère à 100% avec celle de Usulmaster, testeur de jeux vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xh6e42_le-jeu-video-est-il-l-avenir-de-l-art_videogames

    Le jeu vidéo est encore un ensemble récent par rapport aux autres arts. Il faudra certainement quelques dizaines d'années encore pour que toutes les générations y ait touché au moins une fois et que cette forme d'art soit reconnue…

    Répondre
  6. Merci Sébastien pour cet excellent complément d'informations 😉

    Répondre
  7. Je suis sans voix…

    Répondre
  8. Arf, j’avais raté cet article.
    Je te rejoint à 200%, je me bats pour faire reconnaitre les JV comme un art, mais c’est dur, même chez les jeunes, c’est vu par certains comme quelque chose de décadent, c’est triste.
    Sinon, je suis d’accord avec tout ce que tu as dit, et je suis aussi fan des oeuvres de Orioto (d’ailleurs, quelques un de ces dessins me font office de fond d’écran 🙂 ).

    Répondre

Laisser un commentaire